6 jeux à ne pas jouer avec un mauvais perdant

Temps de lecture: 3 minutes

Il y a quelques jours nous avons fait une partie avec un joueur qui s’est méchamment fait attaquer au premier tour dans le jeu Kemet et qui l’a très très mal supporté. Il a passé alors toute sa partie à bouder seul sur sa chaise (d’habitude on est trois à se partager une chaise en Suisse. A cause de la neige).

Il y a près d’une année, fin mai 2012, nous avions dressé un portrait des types de joueurs de jeux de société, tel que le zappeur, la pieuvre, le tricheur, etc. La liste est longue.

Ça nous a donné envie de vous proposer ici 6 jeux à surtout ne pas jouer avec un mauvais perdant.

Kemet-box

1. Kemet

Comme dit dans l’intro, Kemet est un jeu d’affrontement « violent » puisqu’on passe sa partie à tâcler sans vergogne le plus faible. Et si le plus faible c’est le mauvais perdant, vous risquez de morfler toute la partie. D’une manière ou d’une autre.

Rencontre Cosmique2. Rencontre Cosmique

RC est un gros gros jeu d’enfoirés (comprenez par-là alliances et… trahisons). Y jouer avec un mauvais perdant serait une très mauvaise idée puisqu’on passe sa partie à manipuler, à faire des coups de p…, manigancer dans l’espace. Et le mauvais perdant apprécie très peu de se voir « rouler dans la farine ».

pic1413154_md

3. Robinson Crusoe.

En fait, j’ai mis Robinson Crusoe, mais j’aurais pu autant proposer n’importe quel jeu coopératif : Ghost Stories, l’Ile Interdite, la Galaxie Interdite, Pandémie, Zombicide.

Comment ça, le mauvais perdant n’aime pas perdre dans un jeu coopératif? Non. Tellement pas qu’il finira par tricher, car perdre à un jeu coopératif le rendra encore plus énervé. C’est bizarre mais c’est comme ça. Et tricher à un jeu coopératif c’est vraiment tout moisi.

boxshot_sw4. Small World

Non, je ne jouerai plus à Small World avec un mauvais perdant. SW présente deux dangers potentiels pour un mauvais perdant : d’abord, les peuples ne seront jamais les bons, les combinaisons seront, pour ce joueur, toujours inopportuns et maladroits, il passera sa partie à râler et à plomber l’ambiance.

Ensuite, dans SW il y a le grand risque d’avoir un phénomène de « tir au pigeon », i.e. que tous les joueurs s’en prennent à celui qui est en tête. Même si les pv sont face cachée, il n’y a pas besoin d’être un génie en maths pour se souvenir des scores approximatifs de tout un chacun. Et pour peu que le mauvais perdant soit en tête, tous les autres vont vouloir lui mettre la pâtée. Et là, c’est le drame.

241_1

5. Loups-Garous

En fait j’ai mis LG, mais j’aurais pu mettre un peu tous les LG-like (notre comparatif ici). Ce n’est pas tant à la première partie que le mauvaise perdant se manifestera mais bien à la prochaine. Et à la suivante. Et à celle d’après. Encore et encore. Pendant des années. S’il (ou elle, hein) a été éliminé rapidement et pour aucune raison « valable » (?), le mauvais perdant s’en souviendra longtemps, très longtemps. Vengeance !

citadelles_edition3_front

6. Citadelles

Ce jeu, un grand classique et un dinosaure, connaît toujours autant de succès aujourd’hui. Sauf chez les mauvais perdants. Il suffit que son personnage se fasse assassiner pour qu’il le vive très mal. Et qu’il s’en souvienne aux tours suivants Et plusieurs semaines / mois / années suivantes. Non, on n’assassine pas un mauvais perdant.

Mais au fait, pourquoi est-on mauvais perdant? Et surtout, est-ce que cela vaut vraiment la peine de jouer si on n’aime pas perdre? Est-ce que jouer, tout simplement, ne signifie pas aussi perdre que gagner?

Pour prolonger la discussion, le très bon site ludique Potion Rouge vient d’ailleurs de publier un article intéressant sur le fait de perdre en étant un bon loser.

Verriez-vous d’autres jeux à ne pas jouer avec un mauvais perdant? Une anecdote avec un mauvais perdant à nous raconter?

15 Comments

  1. Mais existe-t-il des jeux auxquels jouer avec des mauvais perdants? Ca peut être une idée d’article, si de tels jeux existent! Corollaire de cela: ça se soigne d’être mauvais perdant? Peut-être en lisant des articles comme celui que tu mentionnes sur Potion Rouge.

    Sinon, je confirme pour Rencontre Cosmique. « Ben si ça vous fait plaisir de gagner à plusieurs, allez-y; mais moi je vois vraiment pas l’intérêt. »

  2. Je n’ai pas d’anecdote précise, de parties jouées avec un mauvais perdant, qui me vient vite à l’esprit. Cependant j’ai connu un type de joueur qui celui-ci, je désignerais de « mauvais gagnants »

    C’est un être vaniteux et prétentieux de nature. Par tous les moyens explicite, il tente de faire ressortir ses bons coups. Lui aussi a de la difficulté à s’adapter aux jeux coopératifs. Il ne partage pas les honneurs et ne tolère pas que d’autres joueurs puissent gagner eux aussi, car il veut être le seul et unique « gagnant ».

    Le jeu de société n’étant pas un sport de contact, il serait interdit et surtout de mauvais gout de lui lancer une figurine ou un dé à la figure, pour lui faire réaliser qu’il gâche particulièrement le plaisir des gens autour de lui.

    Ces genres de personnes ne réalisent pas à quel point ils sont désagréables (pour être poli). Je crois que les comportements des mauvais gagnants/perdants sont génétiquement encrés au plus profond du tempérament de ces personnes et se voit, à mon avis, très difficile à être soigner.

  3. Diplomacy ?
    J’avais écouté un podcast où les animateurs racontaient leur dernier samedi Diplomacy. Moment clé de cette journée : un (mauvais) joueur, excédé, avait claqué la porte et était rentré chez lui.
    On pourrait en rire, mais ce joueur, en dehors de sa susceptibilité déplacée, était apparemment un bon ami des animateurs, et ils s’étaient brouillés à la suite de cet épisode…

  4. Samllworld dans la liste des jeux pas avec un mauvais perdant ? Dans ce cas tous les jeux qui ont une part de hasard et d’interaction entre les joueurs donc risque d’acharnement (dont à peu près 90% des jeux) ne peuvent pas être joués avec un mauvais perdant.

    Idem citadelle et loup garou. Mouais.
    (Je ne connais pas les autres)

    Un jeu par contre que je trouve parfait dans ne pas jouer avec un mauvais joueur est Alcatraz :
    http://www.trictrac.fr/index.php3?id=jeux&rub=detail&inf=detail&jeu=15551
    C’est un jeu collaboratif, MAIS la règle précise qu’il faut forcément en laisser un en prison ! Bref coup de p## et compagnie 🙂 J’ai bien aimé le jeu, et le mécanisme mais je m’en suis sorti (ce qui aide), il y a eu quelques tensions sur le jeu 😀

  5. Une de mes partenaires de jeux trouve que je suis mauvais perdant. Ca m’arrive de l’être dans une circonstance particulière : quand je ne peux pas jouer. Je suis plus intéressé par le jeu que par la victoire. Quand je joue contre une IA / un autre joueur et que je perds sans rien n’avoir pu faire, alors oui, je suis frustré.
    Quand je perds alors que la partie était serrée, alors j’ai pris mon pied.
    C’est la raison pour laquelle, je ne vois pas l’intérêt d’un jeu comme Loup Garou (je lui préfère Résistance). C’est la raison pour laquelle, je ne vois pas l’intérêt de jouer en Legacy à Magic. C’est la raison pour laquelle je suis peu fan des jeux sans garde-fou (ex : me faire assassiner 2 fois de suite à Citadelles a tendance à m’énerver sérieusement).
    Parce que m’empêcher de jouer, ce n’est pas simplement m’empêcher de gagner, c’est surtout m’empêcher de m’amuser.

  6. Par contre, Seasons c’est pas mal pour soigner un mauvais perdant (comme…moi, par exemple), parce qu’il est assez difficile avant le décompte final de savoir qui va gagner (et il me semble que le mauvais perdant rale plus souvent pendant la partie qu’après…au final, une fois que c’est perdu, c’est perdu, y a plus rien à raler, juste à réclamer une revanche qui sera refusée si on a été trop insupportable).

    Anecdote: un soir, j’ai râlé quand même pendant toute la partie de Seasons parce que j’avais l’impression que RIEN n’allait comme il fallait, j’avais JAMAIS les dés que je voulais, tout le monde était MECHANT avec moi…

    …mais j’ai gagné au final. Et haut la main. LA HONTE. Je n’oublierais pas le regard à la fois sarcastique, exténué et haineux de mes camarades de jeu.

    Ca m’a soigné pour un moment de toute manifestation de « mauvais perdage »

    Sinon, je suis bien d’accord avec Geoffroy sur ce qui énerve le mauvais perdant avant tout: ne pas pouvoir jouer comme il le veut. Effet décuplé si on est face à un « mauvais gagnant »…ou, la pire espèce, un gagnant condescendant: « Non mais à ta place j’aurais fait ça, et ça, et ça »… »évidemment que j’ai gagné je meilleur stratège (le mauvais perdant entend: « je suis plus intelligent » et c’est vexant) »…
    Ce genre de commentaires laissera surement de marbre un joueur fair play, mais fera exploser un mauvais perdant qui se retient pour ne pas gacher la soirée (comme…moi, encore)

    Sinon, dans les jeux auquels on PEUT jouer sans aucun souci avec un mauvais perdant, il y a tous ceux où le score final n’a aucune importance (jeux de soirée, en général, comme Duplik, Time’s Up, voire Taboo …)

  7. Galaxy Trucker pour un nouveau: batailler pour faire un vaisseau qui tient debout pour se le faire détruire sur un lancement de dé malchanceux… plutôt frustrant si on a pas de « self-control »

    (et sinon, mon premier comm’. Alors j’en profite pour féliciter l’auteur du blog: je suis fan: des analyses pertinentes, un peu de mauvaise foi et du fun, toujours…)

  8. Héhé, article très marrant (que je découvre sur le tard…), qui m’a fait penser qu’un jeu aurait tout à fait sa place ici : Fief. Entre les voisins ambitieux qui peuvent venir tailler leur part dans le royaume du mauvais perdant, le hasard des événements (la peste tombe toujours chez moiiiii !), des combats hasardeux (jets de dés…) et des « retournements diplomatiques » (euphémisme pour « trahison d’un allié »), ce jeu comporte tous les éléments qui obligent de choisir avec discernement avec qui y jouer (et surtout avec qui ne pas y jouer !).

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.