Essen 2012, J-0 : palabres, fails, stress

Voici un nouvel article de Fendoel qui couvre Essen pour Gus&Co.

Il a participé à la journée presse du mercredi, et a suivi Sébastien Dujardin, éditeur de Pearl Games, pour voir comment celui-ci vivait l’avant-salon.

20121018-130824.jpg

Jour 0 – Construction

Nous avons pu suivre le petit éditeur belge Pearl Games la veille du commencement du salon d’Essen, aussi appelé Spiel. La journée commence tout d’abord par la construction du stand et par le rangement des boites de jeux. Pearl Games, cette année, c’est tout d’abord l’extension pour Troyes, Dames de Troyes, et Gingkopolis un tout nouveau jeu avec du cube en bois. Les cartons avec les boites sont là. Tout va bien pour le petit éditeur. On ouvre les cartons, on dresse les tables, la mise en place est rapide et vite faite par Sébastien Dujardin et sa femme. Il faut aussi mettre en place une boite de chaque jeu dans la salle de presse. Sébastien va chercher en vitesse une boite de Troyes. « Les Dames seules, ça n’est pas très photogénique » dit il. Tout est prêt dans les temps. Sébastien en profite pour faire un petit tour et voir les autres jeux « En fait, on s’installe un peu comme on veut. Certains sont venus hier pour prendre les meilleurs emplacements. Nous somme arrivés ce matin, mais ça va, on est bien placés. » Tout de suite, il manipule les tuiles, les cartes. « Tiens regarde ça » dit il en me tendant une carte aux coins en angle droits, « franchement, pour les économies qu’ils font là-dessus. Il m’explique que les cartes aux coins arrondis coutent un tout petit peu plus cher. L’œil du professionnel.

Jours 0 – Palabres
Tout est prêt avant la conférence de presse qui commence à 11h. Les francophones se retrouvent et discutent entre eux. La seule occasion pour certains de se croiser dans l’année. Nous retrouvons Ludigaume et le petit Ludigaume, tric trac, entres autres. La conférence va commence. C’est en allemand. Les francophones ne semblent pas à l’aise avec la langue de Goethe. Ça se disperse, ça discute et ça blague. Tout le monde est impatient d’aller voir les jeux directement en salle de presse. La conférence se termine et la salle se vide rapidement. Les journalistes vont prendre des photos en salle de presse, prendre des cartes, noter les numéros des stands de certains nouveaux jeux .

Jour 0 – Fails
Nous retrouvons Sébastien, sa femme et les Ludigaumes pour manger notre première currywurst accompagné de petits pains ronds. Ça parle jeux. Ça parle thème des jeux, mécaniques, préjugés des joueurs. « Ça m’énerve les gars qui sont noyés dans leurs préjugés avant de commencer la partie ; Gus devrait faire un article là-dessus, les préjugés ». Un jeune éditeur vient nous saluer. Ses jeux n’arriveront pas à temps pour le Salon. « Ils ont passé des tests en Chine, mais le labo n’était pas agréé. Je dois tout refaire passer en France. » La discussion part sur les jeux faits en Chine vs les jeux fait en Europe. De leur esthétique (brillants ou mats), de leur mécanique. « En Chine, ils mettent un plastique sur les plateaux, alors qu’en Allemagne c’est un vernis, c’est très différent. Le plastique a un inconvénient, il se décolle mais il a un avantage, il dure plus longtemps. Le vernis, ça ne se décolle pas, mais ça s’use plus vite. Et visuellement, le plastique de la fabrication chinoise ne me convient pas. » Nous parcourons les allées. Le jeune éditeur n’est pas le seul à essuyer des retards. Room 25 chez Matagot ne sera pas sur le salon. Un autre éditeur a eu un problème de production et les boites n’ont pas les couleurs de pions attendues. Un éditeur avec un jeu à mécanique innovante s’est rendu compte qu’elle a un problème ; Il fait un correctif à la hâte sur son site web.

Jour 0 – Stress
Nous croisons Emmanuel Beltrando. Il parcourt le salon. Cool. Nous le retrouverons plus tard attablé avec un groupe de japonais en train de jouer (l’article de présentation du marché ludique asiatique et Essen, à lire ici).
Les stands commencent à être en place. Certaines personnes retirent leurs commandes. Chez Repos Prod, le stress domine. « Tout est sous contrôle, normalement tout est sous contrôle ». Les boites devraient arriver cette nuit. Pour les commandes, il faudra attendre.

Les gens commencent à quitter le salon. Fatigués, mais tout est en place pour demain.

Je tiens à remercier Sébastien Dujardin et sa femme pour m’avoir permis de les suivre dans l’installation du stand de Pearl Games. Je tiens à remercier les ludigaumes (le petit et le grand) pour m’avoir guidé dans ce jour 0.

2 Comments

  1. Extra ! Merci de nous faire vivre ça de l’intérieur.
    Sans compter que Sébastien Dujardin, que je ne connais que grâce aux Tric Trac TV, a l’air de quelqu’un de très sympathique !

Laisser un commentaire