JSP#74, un excellent numéro

Le tout nouveau JSP de mai-juin 2011 est juste excellent. Voilà, c’est dit. Et pourquoi ?

Parce que la rédaction a pris le choix éditorial de se la jouer « vintage », dans le cadre de la prochaine sortie d’Evo de Philippe Keyaerts (Small World).

Pourquoi « vintage » ? Parce qu’Evo est un remake, sorti en 2001, et qu’il va ressortir ces prochains jours remanié ; les américains parleraient de « make-over »: règles revisitées, illustrations, ergonomie. Asmodée a ressuscité pour cette occasion le Studio Descartes, éditeur de jeux dans les années 80 (Vinci, devenu depuis Small World, Les Dragons du Mekong).

Ce numéro est extrêmement cohérent et riche, il place le lecteur à l’aube des jeux de société dits aujourd’hui « modernes ». Des années 70 aux années 2000, JSP retrace l’historique des jds.

Mais plutôt que de le faire de manière historique, exhaustive, froide et insipide, la rédaction propose des éclairages intelligents des grands jalons ludiques : Ludodélire (Full Metal Planet, Supergang), un excellent & riche article par Natacha Deshayes sur l’évolution du jouet et du jeu pour enfants, une interview de Peter Olotka, un des auteurs de Rencontre Cosmique (sorti en 1977, réédité en 2009), les livres dont vous êtes le héros, et j’en passe.

JSP se permet même d’annoncer la toute prochaine sortie de « nouveaux » jeux tels que les Colons de Catanes, Civilization, Full Metal Planet, en leur annonçant des carrières ludiques toutes erronées et hilarantes. Il fallait oser.

En deuxième partie de magazine, on trouve bien évidemment une riche section de critiques de nouveautés, bien réelles celles-là : Oz, Pergamon, Olympus, etc.

Bref, j’ai réellement eu du plaisir à lire ce numéro 74. Si je consulte d’habitude la presse ludique surtout pour ses critiques et les annonces de sortie, j’ai littéralement dévoré toutes les pages de ce numéro tellement je me sentais pris dans ce tumulte vintage. M’approchant extrêmement dangereusement de la quarantaine, les années 80 me sont encore très proches (et pour la mode vestimentaire, heureusement très loin). J’y ai découvert le jeu de rôle, les parties de Civilization très très courtes (à peine 10h de jeu), Full Metal Planet, et bien sûr Supergang, dont nous avons épuisé les pistolets à fléchettes collantes à force d’y jouer de manière frénétique.

Ce numéro de JSP m’a littéralement transporté dans ces années-là, et plus que de la nostalgie, j’ai me suis senti vibrer. Et n’est-ce justement pas ce que l’on attend d’un jeu, d’un film, d’un livre, de se sentir immergé, transporté?

Bravo à toute la rédaction ! Une thématisation rend le magazine beaucoup plus riche et chatoyant.

Le lien sur le site de JSP

Et le sommaire du #74 est ici

Comme JSP est partenaire de notre Bar à Jeux, cet excellent numéro 74 sera également à découvrir lors de la prochaine ouverture du 18 juin.

2 Comments

Laisser un commentaire