Critique de jeu : Who Would Win

Il y a un seul film dont je suis pratiquement capable de réciter tous les dialogues, comme ça, tout à fait naturellement. Il s’agit du cultissime film « la cité de la peur ». Vous aussi ?

Un des échanges entre Dominique Farrugia / Simon Jérémi et Alain Chabat / Serge Karamazov :

Simon Jérémi : À votre avis : c’est qui le plus fort, l’hippopotame ou l’éléphant ? Non parce que, l’hippopotame c’est quand même très très fort.
[…]
Simon Jérémi : Vraiment, t’es sûr que l’éléphant il est plus fort que l’hippopotame ?
Serge Karamazov : J’en suis certain : j’ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu’en fait, c’est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe. De l’éléphant, hein, je parle.

Who Would Win (WWW), c’est exactement ça, en mieux.

Mécanique

Deux joueurs participent au duel : chacun tire une carte avec une personnalité réelle ou fictionnelle, puis une activité commune. Un autre joueur gère le sablier. Chaque joueur a alors 20 secondes pour prouver que la personnalité qu’il a tirée serait la plus forte dans cette activité.

Qui gagnerait au tennis, Paris Hilton ou Jean-Paul II ?

Qui gagnerait au jardinage, James Bond ou Godzilla ?

Qui gagnerait aux jeux vidéo, Jeanne D’Arc ou Puff Daddy ?

Une fois les deux argumentaires entendus, les autres joueurs à la table votent pour déterminer le vainqueur.

Bref, fous rires assurés.

Mais WWW n’est pas seulement un jeu d’ambiance hahahaha, il est surtout un formidable appareil à improvisation et argumentation.

VO ?

Sorti en 2009 aux USA, le jeu n’existe pour l’instant qu’en anglais. Certes, il y a beaucoup de célébrités sportives et politiques inconnues de ce côté-ci de l’Atlantique, mais le jeu est absolument jouable, il suffit de prendre une autre carte si l’on ne connaît absolument pas la personne. Les activités sont suffisamment simples pour pouvoir être jouées.

Ou alors, encore mieux, faites vos propres cartes. Nous sommes en train de travailler sur une version de WWW suisse :

Qui gagnerait  au parachute, Christophe Blocher ou Heidi ?

Qui gagnerait au paintball, Roger Federer ou Darius Rochebin ?

Trouver

Où trouver le jeu ? Nous l’avons trouvé sur Amazon.com pour 15 dollars, pas cher du tout. Le port était toutefois de 25 USD pour la Suisse, grrr. Mais si vous avez un petit cousin qui part bientôt aux USA, demandez-lui de vous le ramener.

Conclusion

WWW est un très bon jeu, pour autant que l’on aime improviser, et rapidement. 20 secondes, c’est court, et c’est tant mieux.

Le nombre de cartes dans la vo est suffisamment élevé pour pouvoir jouer longtemps, et les combinaisons  de personnalités et d’activités sont infinies.

3 Comments

  1. Perso, j’ai beaucoup de réticences avec les jeux où les joueurs votent car, quoique l’on en pense, il y a toujours une grosse part de subjectivité, même de mauvaise foi par fois.

    Chacun ses goûts…

    1. Je te rejoins tout à fait, d’autant que la plupart du temps, les joueurs vont attribuer les victoires selon les points déjà obtenus au préalable, genre pour favoriser, ou pas, un joueur, et ceci malgré sa prestation.

      Mais avec WWW, finalement, on n’a que faire des points, comme dans Dixit ou Cyrano, gagner n’est pas important, on n’est pas dans jeu avec points & victoires, c’est accessoire, on peut même absolument s’en passer.

      Ce qui compte, c’est le plaisir d’entendre, de raconter, d’improviser, et au final, surtout, de s’amuser, le principe et l’essence même du jeu.

  2. Dommage que « la cité de la peur » soit un film adapté des sketchs du SNL & des Zaz : les nuls n »ont rien créé ou presque.

Laisser un commentaire