Critique de jeu : Le Secret de Monte Cristo

Temps de lecture: 2 minutes

Prologue

Filosofia est un éditeur prolifique québécois, surtout (re)connu pour leurs traductions et rééditions.

Avec Le Secret de Monte-Cristo, ils se lancent dans la véritable édition originale.

Sorti au premier trimestre 2011, Le Secret de Monte-Cristo, d’Arnaud Urbon (Utopia) & Charles Chevallier (Intrigo), se situe dans l’oeuvre d’Alexandre Dumas, décidément à la mode ces temps avec Mousquetaires du Roy d’Ystari (notre critique ici).

Edmont Montès vient de se libérer du château d’If et part à la recherche du trésor sur l’île de Monte-Cristo. L’objectif des joueurs est donc de partir avec un groupe d’aventuriers dans les sombres donjons du fort pour ramener les trésors les plus intéressants.

Mécaniques

La mécanique principale du jeu est la majorité. Le joueur qui possède le plus d’hommes dans un donjon choisit son butin en premier. On a déjà vu de nombreux jeux de majorité, des bons et des moins bons, et l’on pourrait alors se dire que Le Secret de Monte-Cristo n’apporte rien de neuf dans le paysage ludique actuel. Et pourtant.

La majorité n’est qu’un élément, au final pas si capital que ça, puisque la mécanique principale est l’action slide, i.e. la gestion du tour de jeu.

L’action slide est une sorte de bouliers, avec de véritables billes toutes jolies et colorées. Celui qui possède sa bille tout en bas du boulier sera le premier joueur, pour 4 actions différentes.

Tout le sel / piment du jeu réside justement dans la gestion de son tour de jeu : jouer en premier et obtenir des avantages? Ou jouer plus tard pour mieux gérer sa stratégie? Sachant que lorsqu’une bille est jouée, elle est placée en-haut d’un autre couloir.

Gameplay

Le jeu est très fluide, il n’y a que 4 actions et donc 4 tours de jeu par manche, et le jeu s’arrête quand un joueur atteint 40 points. On n’attend pas son tour, le jeu est presque rapide, on ne s’embête pas, et la tension réelle.

Chaque trésor compte entre 1 & 3 points, et il faut encore gérer une piste de trésor, un coefficient multiplicateur pour chaque trésor, pour remporter les points. On reconnaît ici la patte d’Arnaud Urbon et de son Utopia, qui reprenait la même mécanique des temples.

Conclusion

Le Secret de Monte-Cristo est un très bon jeu, rapide, tendu, léger, avec une richesse tactique appréciable à la « Nicht die Sahne »: ce que je ne prends pas, je le laisse aux autres. Alors quoi leur laisser?

Le matériel est juste impressionnant. Plutôt que de véritables billes, l’éditeur aurait pu faire le choix moins onéreux de mettre des cubes en bois, mais non. Les illustrations de Michael Menzel (L’âge de pierre, Cuba) sont toujours aussi colorées et chatoyantes.

Mini-Faq

Nous avons contacté Arnaud Urbon sur un mini-point, pas forcément très clair dans les règles:

peut-on utiliser un sac trésor seul pour ramener un trésor? Comprenez par-là, peut-on utiliser une carte retournée joker seule pour n’importe quel trésor, de valeur un bien entendu?

Sa réponse était : OUI ! Pas besoin d’associer les joker avec d’autres sacs.

1 Comment

  1. « Le jeu est très fluide, il n’y a que 4 actions et donc 4 tours de jeu par manche, et le jeu s’arrête quand un joueur atteint 40 points. On n’attend pas son tour, le jeu est presque rapide, on ne s’embête pas, et la tension réelle. »

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec ces phrases. Tout d’abord, un manche est de minimum 4 tours! Il est en effet possible de ne pas provoquer un décompte au 4ème tour. Ensuite, si on attend son tour… il faut qu’une bille d’un joueur arrive en bas de la pile ET qu’on fasse l’action de cette pile pour pouvoir jouer… et ça peut prendre du temps… on arrive facilement à des temps morts de 10-15 min à attendre… Pour moi ça a été l’inverse, je me suis ennuyée…

    Bref, le jeu m’a fortement déçu. Y avait de l’idée, de l’innovation s’était très tentant mais au final non merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.