Jeux de rôle

Donjon & Cie, le jeu de rôle qui vous offre un job d’enfer !

Dans le jeu de rôle Donjon & Cie, incarnez les employés d’un donjon, réceptionnez les visiteurs et… soulagez-les de leurs effets personnels.


Donjon & Cie – Livre de base

Donjon & Cie est un jeu de rôle pastiche d’Heroic Fantasy, paru aux éditions John Doe. Il s’agit d’une collaboration avec Black Book éditions.

Bienvenue dans la grande famille Donjon et Compagnie

L’action de Donjon & Cie se situe dans un mystérieux labyrinthe aux milles dangers, repère de Monsieur Noir et de ses sbires. Lieu qui cache en son sein un gigantesque trésor.

Enfin ça, ce sont les bruits que font courir le Service Mercatique ! Afin d’attirer les gogos… Euh les clients, dans le donjon ! En effet vous allez interpréter des employés de la société Donjon & Cie. Des hôtes d’accueil dont le but est de gérer la « relation client » : tuer les aventuriers imprudents et récolter leurs trésors.

Il y a réellement un immense butin ici, mais intégralement constitué par les visiteurs, une sorte de Crowdfunding avant l’heure. Mais la seule contrepartie c’est le… trépas.

Vous l’avez compris, ici on va jouer les méchants pas très gentils : orcs, gobelins, morts-vivants, œils volants maléfiques, ex-ministre français etc.

Comme dirait le roi Loth: Pour faire court, vous êtes ici chez les salopards. 

En cas de doute, référez-vous au manuel de l’employé

Donjon & Cie utilise un système de jeu assez old-school, nommé Macchiato Monsters largement inspiré de l’excellent système The Black Hack. C’est assez simple et efficace. Vous aller devoir créer votre personnage sur quelques critères tirés aux dés, puis choisir sa race, ses traits, ses compétences particulières etc.

Le système de combat est très complet. Il propose de nombreuses options et subtilités. Enfin, pour autant que l’on puisse parler de subtilité quand on manie une hache à deux mains…

Et rajoutez une petite particularité : les dés d’usage. Ils permettent de gérer les ressources qui peuvent diminuer : nourriture, munitions, faveur d’un PNJ etc. Une mécanique qui apporte un peu de fraicheur au tout. Sans parler du dé de risque du Chaos qui gère l’instabilité de la magie et qui m’a bien fait marrer.

Le jeu est satyrique, voire parodique, mais pas amateur : Les règles, c’est du solide !

Dans Donjon & Cie, un bon client est un client mort !

L’univers est assez bien rendu. Il y a une grande variété de monstres jouables et aussi beaucoup, mais beaucoup de classes de clients. Ce qui est vraiment très sympathique. Cela permet de varier les rencontres.

Même si vous êtes des créatures démoniaques il va falloir vous la jouer fine. Il faut éviter de faire de la casse durant les combats. Réparer le donjon n’est pas gratuit ! Et c’est là que la seconde partie du jeu, peut-être la plus fun, débute : votre progression dans le monde de l’entreprise.

C’est tout bonnement caustique et hilarant : il va falloir trouver votre chemin dans le donjon. Ou plutôt, dans sa bureaucratie. Voire sa politique. Il faut être en bon terme avec la maintenance, sinon vos pièges ne seront pas réarmés. Ou avec le département Expansion pour les cartes des nouvelles zones. Car un donjon doit aussi proposer des nouveautés ! L’alternance entre le mode aventure et le mode entreprise est bien pensé et franchement sympathique.

Le Donjon dont vous êtes l’anti-héros

Donjon & Cie m’a beaucoup fait penser aux livres dont vous être le héros de mon enfance. Je me suis toujours demandé pourquoi il y avait tant de créatures hétéroclites dans ces fichus labyrinthes ! Maintenant j’ai compris. C’étaient certainement des succursales de Donjon & Cie, car ils sont très… inclusifs.

D’autre part, le rapprochement avec le jeu vidéo Donjon Keeper ou encore le fameux et excellent jeu de plateau Donjon Lord de l’auteur de Codenames est assez évident. Mais là où ces deux jeux nous mettaient dans la peau du maitre du donjon, ici vous jouez les sous-fifres, les employés. C’est bien plus drôle !

Votre niveau sera par ailleurs représenté par votre ancienneté dans l’entreprise, là encore c’est créatif et bien trouvé.

Serez-vous l’employé du mois ?

J’ai vraiment trouvé ce jeu très réjouissant ! Son univers est extrêmement bien détaillé, fluide, facile à comprendre. Le système de combat est relativement accessible. Pareil pour la gestion de la magie.

J’ai eu un peu peur qu’il ne s’agisse que d’un « bête » donjon crawler, mais le jeu offre bien plus ! À savoir, le quotidien d’une bande d’employés de bas étage : problèmes administratifs insolubles, collègues fainéants, dangereux, idiots. Voire les trois, à la fois.

Bref, Donjon & Cie, c’est la série « The Office » chez les monstres et dans des donjons.

À noter que le jeu se prête idéalement à un one-shot par sa facilité d’accès et son ton décalé. Néanmoins, en soignant l’aspect d’alternance entre l’aventure et la gestion du quotidien en entreprise, il y a vraiment moyen de se faire plaisir sur une campagne.

Bref, j’ai été charmé par ce jeu à l’univers et au design faussement Old-School. Le livre de base est disponible chez Philibert pour 40 Euros. Je vous conseille de vous jeter dessus comme un troll sur un pâté de Hobbit !


Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Article écrit par Didi. Sa passion : les jeux, mais surtout, les jeux de rôle. Ses chroniques sur Gus&Co vous présentent des nouveautés, et dépoussièrent aussi quelques raretés débusquées sur ses étagères.

Votre réaction sur l'article ?
+1
5
+1
2
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :