Animonde. Le reboot essentiel qui se fait désirer

Peu de personnalités auront autant marqué le monde du jeu que lui

Auteurs de nombreux jeux de rôle dans les années 80 et 90, Bitume, In Nomine Satanis / Magna Veritas, COPS, et de jeux de plateau dans les années 2000, L'Age des Dieux, Claustrophobia… Aussi rugueux que flamboyant, on ne se sort pas indemne d'une rencontre avec le personnage

Vous l'aurez reconnu. Il s'agit évidemment de Croc. Auteur et éditeur de jeux qui aura marqué le jeu de rôle et de société francophone (mais mondial, aussi)

Sa ludographie dégouline de testostérone, avec des jeux sombres et violents. Très masculins

Et soudain, c'est la surprise

En 1988 Croc signe un jeu qui surprend toute la communauté de joueurs. Animonde. Un jeu de rôle de 88 pages auto-édité. Le seul et unique jeu de rôle de Romantique-Fantasy.

Comme si l'auteur avait voulu prendre un contre-pied, un bol d'air frais ventilé de poésie. Prouver à son public (et à soi-même) qu'il était capable d'autre chose. Les vrais artistes sont ceux qui se réinventent

À moins que Croc ait créé Animonde suite à rêve après une soiree bien arrosée doublée d'un hectare de fumette

Stop! On a compris, tu baves devant Croc. Mais Animonde, c'est quoi?

Animonde, c'est du pur méd-fan. Du Donjons et Dragons. Avec des classes, des compétences, des lancers de dés (pas un D20 mais un D100. Gros changement…). Rien de bien original

Sauf que

Animonde, c'est surtout une version beaucoup moins hirsute que DnD. Plus douce, plus lyrique. Avec moins/aucun donjon, et pas vraiment de gros dragons méchants

Et tout commence par la somptueuse couverture réalisée par Mézières, le célèbre auteur de bd (Valérian et Lauréline, dont l'adaptation sort d'ailleurs justement aujourd'hui au ciné)

Animonde, de quoi ça parle? D'un monde méd-fan dans lequel le métal est honni. Il existe mais est très mal vu. Très peu de gens ont le droit, l'envie d'en utiliser. Quelques chevaliers spéciaux le font mais ont mauvaise réputation

Exit donc les épées, les armes. Les pièces d'or, même.

Aucune arme, aucun argent?

Si, mais non

Tout est dans le titre

Animonde

Comme personne ne manipule de métal, les individus ont développé une relation extrêmement forte avec les animaux et la nature

Symbiose

Tout ce qui devrait être métallique est alors remplacé par l'animal. Mais l'animal vivant! C'est ce qu'on appelle la Symbiose. La capacité à pouvoir se lier avec des animaux pour tisser une relation saine de respect mutuel

Dans Animonde, il n'est pas question d'exploitation mais d'intégration, de relation

La monnaie, pièces d'argent, pièces d'or, est remplacée par des escarnais/escargots de différentes couleurs pour représenter leur valeur que l'on s'échange

Les armes par des créatures vivantes et tranchantes ou mordantes

Les véhicules, pas de fiacres ou de calèches, aussi en partie composés de métal, mais des créatures, toutes fantastiques et oniriques, qui permettent de se déplacer

Plus un personnage est doué en symbiose et plus il pourra bénéficier de l'appui d'animaux pour s'équiper et résoudre ses quêtes. Une compétence extrêmement cruciale dans le jeu

Zen Attitude (avant l'heure)

L'un des facteurs à gérer pensant la partie est la Paix Intérieure (PI)

Selon les actions de son personnages, les rencontres, les décisions, sa PI peut augmenter et diminuer et impacter son jeu

Une sorte de santé mentale, mais plus spirituelle, relationnelle. Très zen

Reboot???

Depuis 1988 et sa première et unique édition, Animonde a disparu. Certes, il y a eu deux suppléments écrits par Croc, le premier sorti juste après le livre de base, une présentation plus détaillée du monde, et en janvier 1989 un recueil de scénarios.

Mais depuis, plus rien

Heureux sont les possesseurs de la première heure (comme moi) de cet insolite et incroyable JDR

Deux éditeurs se sont pourtant saisis du projet de le rééditer

En 2006, c'est le Studio Saint Germain qui décroche les droits et tente de le relancer. Pour abandonner trois ans plus tard sans avoir publié une seule ligne. Snif 😢

Puis grosse annonce en 2013 par Moonster Games qui dit vouloir ressortir le jeu pour octobre 2014… Ô joie!

Ô désespoir!

Car trois ans plus tard, en 2017 on n'a toujours rien vu. L'éditeur ne répond pas et ne semble plus motivé par le projet. Snif encore 😢

Caramba, encore raté!

À l'heure du nouvel Âge d'Or du jdr et des incessants reboots slash eighties-revival (INS/MV, Rêve de Dragon, Chill, Torg, Raoul, même 😂), l'heure est venue pour Animonde de nous revenir en pleine forme

Le premier nom naturel qui nous vient à l'esprit est bien évidemment l'éditeur Raise Dead. Qui collabore déjà étroitement avec Croc sur Bitume (à sortir) et INS/MV (déjà sorti)

Habitué à des jeux plutôt sombres et violents, rebooter Animonde et le côté bobo-gaucho-écolo de Croc pourrait enrichir le catalogue de Raise Dead et leur faire venir une nouvelle clientèle. Et tout est dans le titre. Faire revenir les "morts". Animonde

Mais si Raise Dead rechigne à se lancer, BBE/Casus Belli pourrait s'engouffrer dans la brèche. En 2017 ils ont déjà annoncé vouloir relancer/rebooter/rééditer des palettes de (vieux) jeux. Animonde, le candidat idéal. Un prochain HS Casus Belli?

À moins que

À moins que, comme à son époque avec une auto-édition plutôt confidentielle par Croc, un tout nouvel éditeur qui n'aurait pas encore pignon sur rue pourrait se lancer sur le projet. Grâce au crowdfunding, encore bien plus répandu dans le marché du JDR que dans celui du jeu de plateau, Animonde pourrait tenter la précommande participative pour un reboot. Et ça marcherait!

Vu le nombre de JDR aujourd'hui financés via ce canal (plus que de joueurs, presque, mais je suis taquin 😝), Animonde aurait toutes ses chances

Un jeu… essentiel?

En pleine crise environnementale actuelle (le 2 août prochain nous aurons atteint la limite annuelle de réserve de ressources planétaire. À partir du 2 août et pour les cinq prochains mois, l'Humanité va vivre à crédit) Animonde fait figure de jeu écolo-bobo essentiel pour son contexte allégorique. Vivre en harmonie avec la nature. Construire plutôt que détruire. Intégrer plutôt qu'exploiter. Animonde, 30 ans plus tard, est plus que jamais criant de modernité

Animonde aura réussi à innover par son univers extrêmement original

L'heure du reboot a sonné. Pour fêter les 30 ans du jeu en 2018. La date parfaite!

Un projet qui vous motive? Vous y avez joué dans les années 90? Des souvenirs?

2 Comments

  1. Animonde : bientôt 30 ans !

    J’ai découvert Animonde à la fin des années 1980 dans un catalogue de la première boutique Jeux Descartes de la rue des Ecoles à Paris. Une antre minuscule garnie d’étagères surchargées de livres et de boîtes de jeux, avec un nid à figurines au premier étage… Que de souvenirs ! Trop jeune à l’époque pour apprécier l’OVNI qu’était alors Animonde, je ne rêvais que de donjons et de dragons. Je n’ai donc été sensible ni à la poésie graphique du paravent-couverture de Mézières, ni au postulat incroyable de ce jeu hors-normes : la violence est un cancer qui ronge l’humanité, l’avenir de l’humain est dans la symbiose avec toutes les formes de vie…

    Peut-être était-ce inévitable ? Après la décennie 1970 qui avait vu le naufrage des idéaux hippie et leur récupération caricaturale par une société de consommation florissante, ce discours teinté de « flower power » pouvait sonner en 1988 comme une nostalgie ringarde, en décalage avec les préoccupations de son temps… Quelle erreur ! Quatre ans plus tard, en 1992 à Rio, Severn Suzuki, du haut de ses 12 ans, faisait s’interroger les délégués de l’ONU en rappelant des évidences : la crise sociale et environnementale s’aggrave de jour en jour et personne ne semble prendre conscience de ses conséquences pour l’humanité. Vingt ans plus tard, toujours à Rio, José Mujica, vieux sage révolté, constatait que rien n’avait changé.

    Nous sommes bientôt en 2018 et les pires prévisions des pionniers (le fameux rapport « Limits to growth » du MIT date de 1972) se sont réalisées, tous les indicateurs sont désormais au rouge ou s’apprêtent à y virer, et nous savons maintenant que certains des pires scénarios de l’effondrement pourraient se réaliser de notre vivant…

    Dans ce contexte, le tout proche trentième anniversaire d’Animonde prend donc une résonance particulière. En 1988, comme de nombreux rôlistes français je pense, je n’avais pas compris le message visionnaire de Croc. En 2018, il me semble que nous n’avons jamais eu autant besoin d’Animonde… En effet, il nous faut d’urgence inventer une nouvelle civilisation qui coopérera avec la biosphère au lieu de la détruire, et ce jeu, modestement, nous montre la voie.

    Le temps serait-il enfin venu pour une renaissance d’Animonde, qui enfanterait des Animondes, réseau de racines d’un grand arbre, dont le feuillage tout entier serait constitué des rêves de ceux qui croient, comme Jeremy Rifkin, que notre destinée est d’entrer dans le « jeu profond » pour rejoindre et contribuer à la grande aventure de la vie dans l’univers ?

    Le vent du large se lève. Hissons les voiles vers des îles inconnues !

Laisser un commentaire