Le journalisme crowdfundé, l’avenir de l’information ludique? Le cas TricTrac

Temps de lecture: 5 minutes

Exchanging Money - Flickr - by Bindalfrodo

situation

Une petite bombe vient de détonner dans le milieu ludique: TricTrac, nos confrères ludiques, le site francophone le plus visité, a décidé samedi 16 février 2013 de passer au crowdfunding.

Qu’est-ce que le crowdfunding ? C’est quand le public participe directement au financement d’un projet, Kickstarter en est l’exemple-phare.

logo_31

Depuis samedi, TT invite son lectorat à participer à son financement. Vu la quantité de travail que TT abat, vidéo, news, présence dans les salons, etc. le fonctionnement du site, jusque-là uniquement financé par la pub, ne semble plus suffire.

Comment fonctionne leur système? Les « pledgers », les participants au financement, peuvent désormais acheter des pouicos, en fait des « jetons » pour accéder à certains contenus. Les vidéos HD coûteront un certain montant de pouicos / jetons, etc, tout aura dorénavant un prix. C’est ce qu’on appelle le Pay-per-View. Mais TT ne fermera pas pour autant son accès gratuit, il y aura juste « deux vitesses » un contenu gratuit mais allégé et des contenus payants premium.

La plupart des journaux font d’ailleurs pareil depuis quelques temps, comme la Tribune de Genève par exemple, qui publie certains articles gratuitement sur leur site tout en proposant une version complète et upgradée dans leur édition payante. Le site, gratuit, devient donc une plateforme publicitaire et non une concurrence.

De plus, puisque tout ceci se passe dans le monde du jeu, TT annonce vouloir exploiter un système gamifié dans lequel les gens eux-mêmes pourront participer, et recevoir directement des jetons d’autres personnes. Donc oui, du journalisme participatif participatif.

Rappelons que les médias traditionnels se portent mal depuis quelques années. La presse écrite voit son budget diminuer, de nombreux licenciements sont annoncés ici et là (e.g. arrêt du magazine de jeux Jeux sur un Plateau). Pourquoi? Car aujourd’hui l’information arrive plus rapidement par le net et via les réseaux sociaux. A quoi bon lire, et acheter, un journal quand l’info se propage rapidement et gratuitement?

La presse doit donc s’adapter pour ne pas disparaître, fidéliser les lecteurs grâce à un contenu différent, plus abouti, plus professionnel, analytique, enrichi, apporter une réelle plus-value à l’information brute.

communaute

Et TT là-dedans? Il est clair que la « concurrence » est rude dans le milieu ludique puisque de nombreux sites, confrères et amis, proposent exactement les mêmes services que TT: vidéos, news, critiques, etc. Est-ce que TT va alors réussir son pari participatif ?

Je pense que oui, car les lecteurs de TT se sont jusque-là montrés très souvent fidèles et sont même parvenus à créer une véritable communauté soudée, capable de soutien, de sympathie et d’empathie, j’en veux pour preuve le décès tragique de 20.100, l’un de leurs journalistes, ou la récente affaire (rocambolesque et ridicule) avec l’éditeur MyWittyGame, et sur une note plus légère également les TricTrac d’Or participatifs.

Il est donc fort fort probable que les lecteurs « jouent le jeu » et paient leur « redevance », sans parler des éditeurs et autres professionnels qui vont évidemment se lancer dans le projet car ils ont depuis bien longtemps saisi l’importance du site en terme de fréquentation, et par conséquent en terme de visibilité pour leurs produits.

travers

Encore faudra-t-il que TT parvienne à fidéliser ses lecteurs sur le long terme, le plus important défi qu’attend la rédaction. Si le financement participatif commencera très certainement sur les chapeaux de roue, la rédaction de TT pourra donc partir optimiste sur son nouveau mode de fonctionnement et financement, mais elle devra toutefois veiller à maintenir attrait et intérêt pour ne pas voir son plus fidèle lectorat, et désormais client, préférer un contenu gratuit.

Car rappelons-le, les journalistes de TT ne sont pas de vrais journalistes, ils n’ont pas de formation équivalente, tout est empirique et au bagout. Se pose alors la grande question, comment réussir à percevoir suffisamment d’entrées d’argent sur le long terme alors qu’au final d’autres sites proposent les mêmes services, et gratuitement, et tout aussi bien vu qu’ils ne sont pas non plus des journalistes? Je citerai à titre d’exemple JedisJeux, qui colle également de très près à l’actu, ou le Repaire des Jeux qui proposent aussi des vidéos d’explication de jeux. Quelle sera alors la valeur ajoutée de TT pour que son lectorat continue à acheter des jetons / pouicos et ainsi financer le site?

opportunité

Ce que l’on pourrait conseiller à TT c’est de mettre en place une réelle expérience, pas juste un accès à des vidéos de présentation de jeux, des news ou des critiques. Car au final, en proposant aujourd’hui et demain de l’information ludique, même gratuite, TT place déjà des produits: regardez, ce jeu est top moumoute, achetez-le. Ou au contraire il ne vaut rien, faites l’impasse. On peut donc se demander si le lecteur-client-pledger va vouloir dépenser de l’argent sur le long terme sous forme de jetons, jetons qui au final lui donneront ensuite envie d’acheter un jeu. Ne serait-ce pas là une nouvelle forme de publicité, astucieuse, pour ne pas dire pernicieuse? Payer pour être informé sur des produits, eux-mêmes parfois placés par des annonceurs?

Si TT veut éviter l’écueil de voir son lectorat, jusqu’ici extrêmement nombreux, fidèle et loyal, s’en aller « vers d’autres cieux ludiques » pour ne pas passer pour une vache à lait (de soya), TT doit se réinventer et proposer une réelle expérience et avec une véritable plus-value.

A quel type d’expérience fais-je référence? L’un des grands facteurs à tout système et produit mercantile c’est le sentiment d’appartenance à une communauté que la marque parvient à créer, tel Apple par exemple. Avoir un produit Apple c’est faire partie d’un groupe, d’une famille. Plus qu’un sentiment de participer au financement de TT, d’en appeler à la bonté des gens, qui existe, certes, TT doit toutefois s’imaginer en marque.

Et pourquoi pas des jeux de société en ligne? Voire des jeux en live estampillés TT? Et pourquoi pas carrément des bars à jeux TT dans lesquels les clients IRL paieraient en jetons-pouicos virtuels? À quand une appli TT avec un contenu exclusif (cf notre poisson d’avril de 2012)? Des rencontres et tournois TT de par la France Belgique Suisse? Des événements sponsorisés par TT? Voire même en plus grand, une véritable maison d’édition de jeux TT?

Participer au financement du site doit proposer une expérience plus riche que simplement celle de voir un barbu faire le pitre avec un micro. Pour ça on a déjà Cyprien, Hugo Tout Seul et Norman qui le font bien mieux et gratuitement. Si TricTrac veut aujourd’hui voir plus grand, il doit se voir en grand demain.

conclusion

Quoiqu’il en soit, le paysage ludique est sérieusement en train de changer, les amateurs d’hier deviennent les professionnels de demain, ce qui prouve un certain dynamisme et engouement.

Enfin, même si les rapports entre notre site Gus&Co et TT n’ont pas vraiment toujours été des plus cordiaux, Monsieur Phal étant d’humeur plutôt mercuriale et nous bien trop suisses pour être intéressants, nous leur souhaitons beaucoup de succès dans leur aventure innovante. Oui.

Quant à nous, si nous essayons et apprécions de nous démarquer des autres sites ludiques par nos analyses et sujets divers, nous continuerons de le faire gratuitement et sur notre temps libre, aussi longtemps que possible.

Pour lire toute la (longue) explication de la rédaction de TT

8 Comments

  1. Je fais parti de la génération qui a vu disparaitre les quotidiens, hebdomadaires et mensuelles d’informations papiers (bon ok j’exagère un poil ^^ ) pour de l’info gratuite et virtuelle (en dehors de l’achat du PC, de la connexion internet et de la belle mère qui pédale dans la cave pour l’électricité).

    Alors non je ne suis pas encore prêt à payer (et quel prix!) pour des informations mêmes originales et bien préparées.
    Non je n’ai pas envie de faire parti de ces personnes qui soutiennent ce principe tout simplement parce que l’actuel me va très bien.
    Je ne leur jette pas la pierre, bien au contraire et je leur souhaite réussite et « fortune ». Je suis sur qu’ils trouveront leur audience.

    Mais depuis Tric trac, j’ai découvert un nombre conséquent d’autres sites d’informations et de retour d’expérience menés des blogueurs et des passionnés… (merci gus&co, jedisjeux etc.) qui me satisfont amplement.
    (j’espère juste que ce phénomène ne s’étendra pas et en particulier à BGG.)

    Et je ne savais pas que les relations avec TT étaient tendues… ça remonte à loin?

  2. Bon, j’ai réagi à chaud, mais il y a eu un petit pb sur le module de commentaires.
    Voilà finalement ma réaction :

    Pour commencer, Tric Trac est un site sur lequel je me rends de temps en temps pour consulter les vidéos de très bonne facture que l’équipe propose.

    Pour le reste, je ne suis pas fan du tout du site.

    Une fois cela posé et pour la problématique mentionnée dans l’article du jour de Gus, j’ai lu quelques articles du blog beta de Tric Trac. J’ai lu aussi les premières pages du topic idoine sur le forum de Tric Trac. Je comprends le besoin qu’un site d’information a d’attirer l’attention sur son financement. Je conçois que ce financement passe par un appel au lectorat.

    Il me semble toutefois que l’ère du net payant soit encore relativement jeune et que, s’il faut effectivement oser, s’il faut du courage pour se lancer dans ce genre d’aventures, il reste logique d’en subir des contrecoups.

    La communication est un moyen primordial pour faire passer la pilule auprès des lecteurs / futurs contributeurs. La particularité de Mr Phal, c’est bien qu’ils sait fédérer et animer autour d’une idée, mais il présente néanmoins quelques lacunes en termes de com’. Ses tics de langage, il en use alors qu’il sait tout à fait écrire « normalement ». C’est mon avis personnel, mais je trouve que cela nuit souvent à son propos.

    De même, sur le forum et sur le sujet, il réagit à chaque intervention – ce qui l’oblige à batailler contre chaque individu. Je pense qu’il y perd en énergie et en focus.

    Enfin, je trouve cela dommage de ne pas évoquer Board Game Geek qui, au travers de sa propre « monnaie », permet d’accéder à des goodies. Cette monnaie est accessible via des dons ou via des participations. Même si le modèle est légèrement différent, il aurait été intéressant que Mr Phal en fasse mention.

    Pour conclure, je crois savoir que la communauté TT est prête à supporter financièrement le site, et je me plais à penser qu’il pourrait exister d’autres modèles, moins contraignants, peut-être plus flatteurs, voire encore à inventer.

  3. Je comprends la nécessité que peut avoir une entité telle que TT de trouver diverses sources de financement. Je ne leur reproche pas leur décision, et leur souhaite au contraire bon vent. Cela étant, je suis plutôt dubitatif quant à l’avenir d’une telle démarche. Je vois principalement deux problèmes, déjà évoqués dans l’article.

    Le premier est la qualité de l’offre gratuite qui circule sur le même sujet. Gus&Co ou Jedisjeux proposent des tests de jeux que je trouve vraiment de qualité (à mentionner aussi Vind’jeu, que j’aime bien). On y trouve aussi des avis d’autres joueurs, et l’accès à des extensions. Tout pareil mais gratuit. La « communauté Tric Trac » est-elle solide au point de rester fidèle?

    L’autre problème est que personnellement, si je vais sur TT, c’est certes pour me tenir au courant des sorties, mais c’est aussi et surtout pour m’aider dans ma décision d’achat d’un jeu. Payer pour accéder à un tel site reviendrait donc à « payer pour ensuite payer ». Le coût réel d’un jeu serait donc son prix+(le prix de mon abonnement annuel à TT/le nombre de jeux achetés dans cette année)+les frais de livraison ou de déplacement au magasin, etc. Si je peux faire des économies sur l’un de ces facteurs, je ne vais pas hésiter! S’il s’agit d’acheter une maison ou de placer mon argent, je veux bien me payer les services d’un conseiller, mais pour un jeu…

    Bref, je ne suis pas sûr qu’une telle orientation, à l’heure du gratuit et particulièrement dans le domaine des jeux, ne soit très pertinente. Mais j’espère me tromper, et suis curieux de voir ce que cela va donner!


    1. L’autre problème est que personnellement, si je vais sur TT, c’est certes pour me tenir au courant des sorties, mais c’est aussi et surtout pour m’aider dans ma décision d’achat d’un jeu. Payer pour accéder à un tel site reviendrait donc à « payer pour ensuite payer »

      « Tout ce dont vous bénéficiez actuellement sur trictrac _RESTERA_GRATUIT_ (hormis la haute qualité sur les vidéos. Mais même la « basse qualité » est déjà de qualité équivalente à la haute qualité de YouTube par exemple …), il n’y aura que les NOUVELLES fonctionnalités SUPPLÉMENTAIRES & co (reportage chez un éditeur, suppression de la pub, etc.) qui seront payantes pour ceux que ça intéresse ».

      Donc vous pourrez toujours autant vous renseigner sur les jeux avant d’acheter, et profiter du site comme vous en aviez l’habitude, et tout cela gratuitement …

      Cela est expliqué en clair sur l’article de trictrac, et ré-expliqué à de multiples reprises un peu partout …

  4. Je pense investir un peu dans le pouicos pour ma part car à part Gus and Co que je vais de temps en temps visiter pour la pertinence des articles (Jedisjeux était vraiment bon mais le forum m’ayant vraiment rebuté, se sentant un poil ignoré.) , je retourne systématiquement sur TT au moins 3 fois par jour.
    Payer raisonnablement pour soutenir le site et participer à son essor me ravit, tout comme je paie un abonnement pour BGA et Yucata afin de participer à l’évolution de leurs structures.
    Tiens ça me fait penser ….on peut aider GUS and CO ?? (faut que je cherche)…

    1. Oh oui oh oui oh oui, on peut aider Gus&Co, nous avons toujours été partants pour du journalisme participatif.

      Envoie-nous des articles que tu as envie d’écrire et nous nous ferons un plaisir de publier.

      Et en guise de pouicos on paie en kilo de fondue suisse. Suisse j’ai dit, pas Savoyarde. Bruno des Montagnes, couché !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.