NIFFF 2012 : The Incident, un film intense

20120708-115607.jpg

The Incident relate une rébellion / évasion de détenus dans un asile psychiatrique, dû à une bête coupure de courant à la suite d’un orage. Comble de malheur, cet événement a été subtilement amplifié par un détenu qui a empêché ses confrères psychotiques de docilement avaler leurs calmant.

S’ensuivent alors des minutes éprouvantes pour les gardiens et cuisiniers de l’hôpital, un survival-horror qui injecte une signification puissante aux mots survival et horror.

Ce long-métrage est le premier du réalisateur français Alexandre Courtès qui a déjà signé des clips vidéos pour U2, Daft Punk, White Stripes. Sa caméra, nerveuse, fluide, sa lumière et sa musique plongent le spectateur dans un univers carcéral obscur, intense et surtout claustrophobique.

Les premières minutes du film sont assez banales somme toute, puisqu’elles placent les personnages principaux, leur donnant une texture et une empathie qui les rendront humains et attachants par la suite dans leur calvaire atroce.

Si le jeu des acteurs est impeccable, comme l’est un casting très grunge des cuisiniers avant l’heure puisque le film se passe en 1989, le personnage principal du film est bel et bien l’hôpital en lui-même. Imposant, lourd, métallique, sombre, son architecture devient angoissante et immerge les protagonistes dans un dédale de portes fermées. Ce décor, unique, est véritablement la cheville ouvrière du film, et le réalisateur l’a savamment exaltée.

Mais attention, The Incident n’est pas destiné à un grand public, oh non, loin de là. Le spectateur se verra propulsé dans un univers angoissant, mais surtout horrifique et violent à tendance gore dans certaines scènes insoutenables (que je ne déflorerai pas ici pour ne pas ruiner le dégoût du spectateur).

Si la fin pourrait paraître comme un happy-end, il n’en est rien, elle surprend et intègre entièrement le thème principal du long-métrage, à savoir, la folie.

Alexandre Courtès a depuis tourné l’un des sketches du film Infidèles avec Jean Dujardin sorti en 2012, et il est fort à parier que ce réalisateur saura se placer parmi les meilleurs ces prochaines années.

Un film à ne pas louper, intense et cruel.

The Incident aka Asylum Blackout pour le titre américain (alors que The Incident est le titre… français)
Réalisé par Alexandre Courtès, sorti en 2011.
Une co-production americano-franco-belge. Le film est en vo anglaise, tourné avec des acteurs américains.

La BA en vo

One Comment

  1. Vu hier, un film réussi, lourd et glauque voire oppressant…un zeste de gore et on monte une mayonnaise bien épaisse.
    Ca dérange un peu, ca énerve parfois mais ça ne laisse pas indifférent !
    Belle prestation de Rupert evans que l’on avait croisé dans Hellboy.

Laisser un commentaire