Jeux de plateau

La Résistance, quand les éditeurs de jeux de société indépendants s’unissent pour résister

L’union fait la force. Pour faire bloc contre Asmodee et Hachette, les éditeurs de jeux de société indépendants s’unissent et lancent le collectif La Résistance.


Les grands distributeurs ont décidément passé la 4e ! Depuis quelques mois, c’est la guerre ouverte et déclarée entre Asmodee et Hachette, pour savoir qui rachètera quel éditeur de jeux.

Asmodee en achète un, Hachette réplique en en rachetant un autre à son tour. La liste des acquisitions est aussi longue qu’une journée sans tofu. Parmi les récentes cibles, tombées, on notera, et c’est non exhaustif : Libellud, Repos Prod, Philibert, Tric Trac, Board Game Arena, Plan B, Le Scorpion Masqué, Gigamic, sorry we are French.

Désormais, les deux colosses se regardent en chiens de faïence et jouent à qui en aura une plus grosse (d’écurie d’éditeurs).

Ça me rappelle ce dessin-animé Tex Avery que j’avais vu étant enfant, avec une course à l’armement effrénée. Chacun son tour, l’un des belligérants en rajoutait une couche, etc. Jusqu’à écraser la planète sous deux colonnes d’armes.

Et au milieu, comme des chiens (encore une expression avec des chiens ?) dans un jeu de quille, survivotent encore quelques éditeurs de jeux de société, indépendants, pour l’instant, qui se demandent bien à quelle sauce ils seront mangés et s’ils doivent céder au chant des sirènes. Tenir ou ternir, subir ou servir, il faut choisir. Vendre, ou ne pas vendre ? Pour combien ? Et à qui ? Ce n’est plus « si », mais « quand ».

Pour… résister et prendre le taureau par les cornes, les quelques derniers éditeurs de jeux de société qui n’appartiennent ni à l’un, ni à l’autre groupe, comme Matagot, Super Meeple, Cocktail Games ou Iello, un nombre qui fond comme neige au soleil (d’avril) et comme peau de chagrin, viennent d’annoncer lancer aujourd’hui un collectif, La Résistance.

Selon le communiqué de presse, La Résistance a comme objectif de :

  • Soutenir les membres, dans la communication et la distribution
  • Créer un réseau de partage et d’entraide
  • Aider les nouveaux éditeurs à se lancer sur le marché
  • Établir des relations saines de travail avec les deux grosses entités, Hachette et Asmodee
  • Et… résister, bien sûr

Avec de plus en plus d’éditeurs et autres structures ludiques qui se font racheter, l’union fait la force ! Pour découvrir le communiqué de presse de La Résistance, c’est ici.

La Résistance, une bonne idée, selon vous ?

20 Comments

  • Jean-Roger

    Oui, c’est une bonne chose car si les monopoles étaient la panacée, ça se saurait…

    Je ne sais pas s’il y a un lien de cause à effet avec le rachat par « l’universelle aragne » de Rio Grande Games, mais depuis son rachat par Asmodée, il est excessivement difficile de trouver en France les nouveautés de cet éditeur (Nevada City & Beyond the Sun pour ne citer que ces deux là)…

  • Erik

    Je trouve des biais cognitifs à cet article. En effet, il’ est nulle part fait mention de l’éditeur de Reef. Ou, plus opportunément, de WTF (what the fish).

  • Erik

    Le secteur du jeu prend l’eau de partout depuis que les gros poissons ont pris les petits dans leurs filets. Remarque bateau, certes, mais s’ils rament pour s’en sortir, les galériens du jeu de plateau n’ont pas à se faire débaucher par les maquereaux.
    Ça serait mieux pour tout le monde que les gros changent de thon !

    Chalut !

  • Franck

    Sous cet article plein d’humour, il y a peut-être une part de vrai?!!

    La résistance est peut-être en marche (mais invisible, pour le moment, du « grand public »).

    Wait and See 😉

    Franck.

    • Erik

      Ce serait plutôt le sujet d’un article complet, non ?
      Mais je n’en verrais pas trop l’intérêt sans l’intervention d’éditeurs indépendants.
      En tant que joueur, je n’ai pas encore ressenti un effet de concentration-position dominante qui nuirait à la variété du jeu de société en général.

      J’avais même lu de la part des développeurs repris par Asmodée leur satisfaction de n’avoir qu’à s’intéresser à l’aspect création de leur activité.

      • Franck2

        Tout à fait!
        La reprise d’éditeurs indépendants par de « gros » distributeurs, cela permet aux éditeurs de se concentrer sur leur coeur de métier ;).

        Le côté négatif est surtout côté joueurs…
        Je ne donnerais pas de noms (ce n’est pas forcément ceux que l’on croit d’ailleurs 😉 ), mais certains distributeurs se croient tout permis avec les revendeurs (notamment des ententes obligatoires sur les prix, au risque de se voir un refus de vente ou des pénalités financières si les revendeurs refusent de respecter ces arrangements illégaux …).

        Pour les revendeurs passionnés qui proposent des tarifs attractifs, afin de rendre le jeu de société accessible au plus grand nombre, il est courant de faire intervenir des avocats pour obtenir gain de cause et pouvoir pratiquer des tarifs libres.
        Mais cela occasionne des coûts de fonctionnement plus important pour ces boutiques, qui proposent donc des prix moins attractifs que si elles n’avaient pas eu à payer ses frais superflus causés par des « voleurs » qui confondent joueurs et poule aux oeufs d’or!

        Rien ne peut nous garantir que dans un avenir proche, ces mêmes distributeurs n’abuseront pas de leurs positions dominantes pour « interdire » aux revendeurs de proposer des jeux venant d’éditeurs indépendants (c’est peut-être déjà le cas ?!!)…
        Et là, la variété de jeux de société va en prendre un coup, et il sera trop tard pour changer cela « facilement »!

        Pour reprendre l’article du 07 juin 2020 intitulé « Les éditeurs de jeux de société exercent parfois une pression malsaine ». => « Depuis quelques années, nous sentons en effet que l’industrie du jeu de société devient de plus en plus irascible, au point d’exercer une certaine pression sur les médias qui en parlent. […] ».
        La pression n’est pas que sur les médias, elle est exercée sur tous ceux qui sont en « contact » avec les joueurs, comme par exemple les revendeurs!

        Comme je disais dans mon premier commentaire : la résistance est peut-être déjà en marche?!!
        L’avenir nous le dira 😉

  • Alexandre

    La résistance : constituer un troisième groupe afin de résister aux deux gros (vachette et démodé).
    Ca me rappelle ce que Starski disait à Hutch : « Celui qui lutte contre les monstres doit prendre garde, à ne pas devenir un monstre lui-même. »

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :