Critique de jeu : Quarriors!

Nous avons rédigé une mini-aide de jeu à télécharger ici

Vous pouvez également trouver les cartes traduites en français par Hebus ici

Quarriors! est un jeu de Mike Elliot (Thunderstone) & Eric Lang (Appel de Cthulhu JCE), sorti chez WizKids en août 2011, un jeu pour 2 à 4 joueurs d’une durée de 30 minutes.

Au moment de sa sortie américaine, il a créé un bon buzz sur le net. Tellement que nous avons voulu voir de quoi il s’agissait et que nous l’avons commandé.

Quarriors ! n’a pour l’instant (septembre 2011) pas encore été traduit en français, et aucun éditeur francophone ne s’est encore avancé. Pour autant que vous maîtrisiez quelque peu la langue de George Clooney, vous devriez néanmoins pouvoir vous débrouiller, il y a assez peu de texte à lire, et toutes les actions sont clairement symbolisées sur les dés.

Mécanique

Quarriors ! est un dice-building. Voilà, c’est dit. Comme Thunderstone, Dominion, le tout récent Rune Age (lire notre critique ici) ou Resident Evil (lire aussi notre critique ici), on achète des cartes dés que l’on défausse et que l’on retrouve alors ultérieurement dans sa main.

Lors de la mise en place, on tire 3 cartes de base, 7 cartes de créatures et 3 cartes de sorts différentes. Ces cartes sont placées au milieu de la table, et selon la couleur des cartes, l’on y place dessus les 5 dés correspondants.

Chaque joueur possède un sac de la même couleur que son marqueur sur la mini-piste de scores, sac dans lequel il va pouvoir placer ses dés, à utiliser comme son deck.

Les dés représentent les cartes sur la table, cartes sur lesquelles figurent les faces des dés ainsi que des pouvoirs spéciaux selon le tirage. On ne prend donc aucune carte en main, les dés sont en fait utilisés pour les simuler.

Pour gagner la partie, il suffit d’atteindre un certain nombre de points de gloire qui dépend du nombre de joueurs. Ces points de gloire sont obtenus en scorant ses créatures encore en jeu au tout début de son tour, pour autant qu’ils aient bien entendu résisté aux assauts ennemis.

Matériel

Le matériel est juste superbe ! Les illustrations sur les cartes sont excellentes, très BD, et les dés multicolores sont très disco-flash : jaune pétant, rose, vert, mauve etc.

Même la boîte est originale puisque carrée, fait rare dans les jeux de société, et riche en illustrations au style toujours très BD à la King of Tokyo (notre critique, encore, à lire ici. Oui bon j’arrête).

Bref, du très bon matériel très groovy.

Attention toutefois à la petitesse des symboles, pas toujours lisibles sur les dés. Pour autant que vous n’ayez pas une très bonne vue, vous risquez d’être quelque peu gêné.

Thème

Côté thème c’est assez light. On y joue un mage-guerrier qui invoque créatures & sorts pour les balancer contre les autres joueurs. C’est simple et léger, on ne se sent absolument pas immergé dans une aventure à armer ses guerriers (Thunderstone) ou dévoiler les secrets de quelque sombre manoir (Resident Evil).

Si pour vous l’intégration d’un thème est extrêmement importante dans un jeu, vous risquez d’être ici sérieusement déçu. Mais si au contraire le plaisir et la fluidité d’un jeu et d’un beau matériel représentent deux aspects majeurs, vous serez à même de fermer les yeux sur ce thème simpliste.

Interaction

Quarriors ! est très interactif car à chaque tour, on est obligé de combattre les créatures de ses voisins.

Le système de combat est facile, on oppose le total d’attaque de ses dés de créatures à la valeur de défense d’une créature ennemie. Si le total est égal ou supérieur, la créature ennemie est alors défaussée, sinon il ne se passe rien. Et on continue comme ça avec toutes les créatures ennemies d’un joueur, ainsi qu’ensuite avec tous les autres joueurs.

Le jeu à 2 ne présente que peu d’intérêts, au contraire d’une partie à 4 dans laquelle les interactions et combats seront beaucoup plus épiques. Plus il y aura de combats, et moins il y aura de chance pour que vos créatures tiennent un tour complet, sachant que pour gagner des points de gloire, et ainsi remporter la victoire, il faudra que ses créatures tiennent jusqu’au début de son prochain tour.

Conclusion

Quarriors ! est un deck-building avec des dés. Même mécanique certes, mais avec pas mal de renouveau : dés & combats.

Il est évident que les allergiques au hasard préféreront éviter ce jeu, car dès qu’il s’agit des dés (ne pas me tromper d’accents sur les e), le hasard risque d’être bien trop prégnant.

Oui bon d’accord certes, on lance des pelles de dés, oui bon d’accord certes, selon le tirage on obtiendra tel ou tel avantage, mais au final, les tirages sont toujours bénéfiques d’une manière ou d’une autre, il n’y a aucune face de dé inutile ou défavorable, on devra alors juste adapter sa stratégie. Mais au final, c’est un peu ce que l’on pourra dire / reprocher à tous les autres decks-buildings, Dominion y compris, son jeu dépend de ses cartes en main.

M’enfin, comme dirait Gaston, si vous êtes allergique au hasard, jouez aux échecs.

Il faut quand même préciser que Quarrios ! est un jeu léger, un deck dice-building d’apéro, encore plus que Rune Age. On pourrait quelque peu l’apparenter à King of Tokyo, en moins fun mais en plus tactique. Les parties sont courtes, compter entre 20 et 30 minutes, ce qui donnera furieusement envie de se refaire une ou deux parties derrière.

D’autant que le temps d’installation est quand même quelque peu conséquent : tirage des cartes, placement des dés, ce qui pourra frustrant puisque l’on passe presque autant de temps à préparer le jeu qu’à y jouer (ça me rappelle d’ailleurs Asteroydz d’Ystari que je n’ai pas du tout apprécié pour cette raison), surtout à deux aux parties courtes.

Bref, Quarriors ! est un jeu fun, léger, rapide, extrêmement fluide et agréable. Sans être non plus extraordinaire et génial, on passe un bon moment à y jouer.

Dernière remarque : une extension est déjà prévue en anglais pour novembre 2011!

Ce que j’ai beaucoup apprécié

Le matériel et les illustrations, très funky-flash, même la boîte en métal carré est chatoyante.

La fluidité & la simplicité du jeu, malgré 20 petites pages de règles ( !).

L’interaction

Les tirages des dés qui poussent constamment à revoir sa stratégie.

Le genre du deck-building revisité

Ce que j’ai moins apprécié

Le temps de jeu presque équivalent au temps d’installation, surtout à 2 joueurs.

Les dés ne sont pas tous toujours clairement lisibles, certains symboles sont trop petits et peuvent ainsi prêter à confusion. Exemple : les dés jaunes Portal, difficile parfois à discerne le 1 ou le 2 au milieu du vortex.

Le thème contreplaqué.

A 2 joueurs, le jeu est nettement moins palpitant qu’à 4

Une vidéo d’explication

En gros, comment ça marche, petit rappel des tours de jeu.

Chaque jouer, à son tour, suit cet ordre d’actions.

1. scorer ses créatures encore en jeu, et détruire (remettre un dé sur sa carte) à choix un dé de sa défausse par créature scorée. Action obligatoire.

2. tirer 6 dés du sac et les lancer. S’il n’y en a pas assez dans le sac, remettez tous les dés de votre défausse dans le sac et tirez-en autant que pour en avoir 6. Action obligatoire.

3. activez vos créatures en payant leur niveau, ainsi que des sorts (gratuits). Un sort s’attache à une créature et ne peut être pas joué tout seul. Action optionnelle.

4. combat: vos créatures actives attaquent le premier joueur à votre gauche, et ainsi de suite, pour attaquer tous les joueurs à la table. Action obligatoire.

5. achetez un seul dé sur une carte en dépensant son coût. Action optionnelle.

6. défaussez tous vos dés restants. Action obligatoire.

Merci aux Chinois de produire la grande majorité de nos jeux, sans qui nous ne pourrions avoir de tels jolis dés en plastique.

Pour télécharger cette aide de jeu en PDF

7 Comments

    1. Bonjour Johan, de rien pour la critique 🙂

      Pour l’instant, si je ne m’abuse, aucun éditeur francophone n’est sorti du bois pour une vf. Les textes ne sont ni longs, ni compliqués, tout est ouvert et il n’y a que sept cartes différentes en jeu à maîtriser. Au pire avec un bon dico vous devriez pouvoir vous débrouiller.

Laisser un commentaire