Jeux iPad vs IRL, Fight !

Temps de lecture: 5 minutes

Plaçons sur un ring les jeux de société « en dur », « en vrai », IRL (In Real Life) comme on dit dans le jargon 2.0, et leurs cousins numériques sur itablettes. Qui va gagner?

Depuis que les itablettes sont sorties, plusieurs jeux de société ont été portés en numérique.

L’offre en jeux de société sur itablettes est pour l’instant encore plutôt faible, comme l’est sa croissance par ailleurs.

Pourquoi?

Le marché ludique n’est pas encore prêt à marquer le tournant digital, les développeurs sont encore peu présents et ne se pressent pas au portillon. Il faut dire que cette technologie est encore relativement jeune.

En passant, je me demande bien d’ailleurs si la formation actuelle d’informaticiens prépare ses étudiants au codage d’applis sous iOS / Android / Windows. Quelqu’un a une réponse?

Nonobstant (j’adore ce mot, tellement la pète de le placer au milieu d’une conversation), les iPad et consœurs représentent un outil incroyable pour pratiquer nos jeux de société préférés.

Et bien justement, plaçons sur un ring les itablettes et les jeux de société IRL

Round 1, fight!

Mise en place

Asteroydz d’Ystari a été parmi l’une de mes plus grosses déceptions de 2010 (à lire notre Flop 10 de 2010). Pourquoi? La mise en place prenait autant de temps que le jeu lui-même. Chronomètré, nerveux, tendu, intense, le concept de course entre des astéroïdes était certes excellent, mais la mise en place, la mise en place, mon dieu!

Passer 15 minutes à placer correctement toutes les tuiles, pour ensuite ne jouer que 10 minutes. Non, pas glop. Et à mon grand désespoir, j’avoue que l’excellent Mr Jack à New York me fait le même effet, ce qui me rebute passablement d’y jouer.

On pourra me traiter de flemmard, d’impatient et de râleur, mais si je joue, même pour du hard fun (l’article qui présente la différence entre Simple Fun et Hard Fun), je n’aime pas passer trop de temps avec la mise en place. Pareil avec Agricola. Ou pire, les Demeures de l’Epouvante, qui prend clairement 30′ pour tout installer.

Bref,  les itablettes présentent l’avantage certain et inouï de faire la mise en place automatiquement, et c’est tout bénéf pour le plaisir de jouer. On effleure son écran LCD, et paf, tout est placé. Si vous jouez à Small World sur iPad, vous savez de quoi je veux parler.

IPad 1 – IRL 0

Round 2, Fight!

Poids et encombrement.

Je fais pas mal de rando à vélo avec ma copine épouse Co, et transbahuter 4-5 boîtes de jeux ne le fait pas trop du tout. Nous sommes partis dernièrement pour une petite semaine, et paf, l’iPad gonflé à bloc de jeux de société ne prenait pas de place entre les strings de rechange (les miens) et le matériel de réparation.

Et même si on préfère les aéroports aux sentiers perdus dans la nature, enfourner la boite des Demeures de l’Epouvante avec toutes les cartes du Trône de fer JCE dans sa valise risque bien de vous coûter un surcoût pour surpoids. Non, pas pratique. Sans parler de la place que les jeux prennent chez soi, et j’en sais quelque chose (cf. ma ludothèque).

iPad 1 – IRL 0

Round 3 – Fight !

Coût

Les jeux de société coûtent entre 10 euros pour les petits jeux de cartes jusqu’à 80 euros pour les tous gros jeux. Donc comptons une moyenne de 35-40 euros, tandis qu’un jeu sur itablette ne coûtera jamais plus que 6 euros pour les plus chers, la moyenne se situant plutôt autour de 3 euros. « Y a pas photo », comme disait Robert Doisneau.

iPad 1 – IRL 0

Round 4 – Fight !

Mises à jour / extensions

Lié au précédent facteur de coût, les mises à jour / errata / extensions sont souvent incluses ou dispo à l’achat pour une modique somme dans un jeu sur itablette, alors que pour le jeu IRL, « il faut à nouveau bourse délier », comme le disait si bien Robin des Bois. Encore des coûts.

iPad 1 – IRL 0

Round 5 – Fight !

Société

Le numérique ne remplacera jamais le contact humain. Jouer en pass n’play (pnp) n’engage pas la même relation, sans compter que la plupart des jeux de société numériques se jouent en solo devant son écran (et son chat s’il est posé sur vos genoux).

Et tout est dans le titre: jeux de société. De société, qu’il dit le monsieur. Donc les jeux sur itablettes ne satisfont pas réellement cet aspect. Une partie d’un jeu d’enfoirés (à lire, une présentation des jeux d’enfoirés) sur iPad ou IRL ne donnera pas la même saveur. Pareil pour le poker en ligne, qui perd ainsi tout l’aspect humain.

iPad 0 – IRL 1

Round 6

Coût

Je reprends l’aspect de coût du round 3, mais là il s’agit du coût de l’itablette, souvent autour de 400 euros / 600 CHF, pas à la portée de toutes les bourses. D’autant qu’il faut encore ensuite du wifi ou un abonnement 3G. Donc payer son jeu 3 euros mais après en avoir dépensé 400 pour économiser l’achat du jeu IRL à 40 euros peut paraître un peu… absurde.

iPad 0 – IRL 1

Round 7

Ecologie

Argh, là le bât blesse (comme le dirait un marin enrhumé et très maladroit). Les jeux de société IRL sont pour la plupart fabriqués en Chine, avec du papier /bois d’arbres et du plastique du pétrole. A la fin 2011, nous avons d’ailleurs proposé un label écologique pour les jeux de société, pas très suivi à part pour 2-3 éditeurs (Bioviva, certains jeux chez Queen Games).

Dans un monde en pleine crise environnementale, il est nécessaire de prendre conscience de l’impact de notre consommation, les jeux de société en faisant partie.

Mais. Mais et la production des itablettes alors ? Pas mieux. Produites en Chine pour la plupart, utilisant des composants toxiques et rares, les itablettes ne sont en aucun cas la panacée environnementale. Si elles évitent de couper des arbres pour produire des cartes et plateaux de jeu, il a quand même fallu extraire minerai faire travailler des employés dans des conditions difficiles / déplorables. Si vous ne l’avez pas encore vue, la vidéo tout en bas vous présente un reportage à ce sujet.

Donc pas top moumoute (comme le dirait mon coiffeur) pour les deux.

iPad 0 – IRL 1

Round 8

Fétichisme

Alors là on est en plein dans le subjectif, dans l’humain, le personnel, le psychologique.

Suffisamment « vieux », la trentaine bien frappée, j’ai vécu la transition entre les vynils et les CD. Pas forcément une grosse révolution, on possédait toujours un objet, certes moins groovy / vintage, mais avec du matériel que l’on pouvait toujours (fièrement) exposer dans son salon. Et puis quelques années plus tard, la révolution numérique est arrivée, le format MP3 a finalement détrôné le CD. Auj0urd’hui toute la musique est archivée sous forme de mégabytes sur son ordi / lecteur MP3, il n’y a plus rien de matériel. Certains collectionneurs et nostalgiques continuent à acheter des CDs, voire « pire », des vynils.

Avec les itablettes, on est dans le même facteur. Les jeux de société, certes encombrants, procurent toujours un certain plaisir à être manipulés: toucher des cubes en bois, mélanger des cartes, toucher du dur (comme le dirait mon urologue). Comme dans toute transition technologique, comme à l’époque des CDs/ MP3, il est très difficile pour beaucoup de gens de changer ses habitudes et perdre le contact au matériel. Du fétichisme ? Oui, et alors?

iPad 0 – IRL 1

Fin du match

Résultats ?

iPad 4 rounds gagnés, IRL 4 rounds gagnés, égalité parfaite.

Au final, tout dépend de son attitude personnelle face aux développements technologiques. De nombreux joueurs ne joueront jamais à un Small World ou un Carcassonne sur itablette, par « résistance », préférant le contact humain et le matériel.

Mais comme vu plus haut, les itablettes présentent des avantages certains.

Je me souviens d’une discussion à Essen 2011 entre Cyril Demaegd (Ystari) et Croc (Asmodée) sur le portage d’Olympos sur iPad. Croc tentait d’expliquer à Cyril que pour tout jeu acheté sur iPad, Cyril n’en vendait pas IRL. Cyril (et moi) ne semblait pas convaincu.

Vraiment ?

Et VOUS, qu’en pensez-vous? Est-ce que les itablettes vont « tuer » le marché des jeux de société IRL, comme le MP3 a tué les CDs et les disquaires?

Et dans un précédent article, nous avons présenté 5 jeux IRL qui devraient / pourraient passer en numérique.

Une vidéo sur les conditions de travail dans l’usine qui produit les iPad en Chine

11 Comments

  1. Nous consommons le jeu sur Tablette un peu de la même façon que toi : beaucoup en couple et en déplacement. Plus pratique et plus rapide pour lancer une partie. Pourvoir faire un petit Smallworld avec sa moitié en moins de 15 minutes et sans mise en place est vraiment une excellente chose !

    Par contre j’ai deux usages qui n’ont pas été présenté dans l’article et qui viennent appuyer encore un peu plus le jeu sur Tablette :

    1) Le jeu sur tablette m’a permis aussi d’expérimenter les parties en lignes ! J’ai ainsi pu faire des parties mémorables de Samuraï, jeu que nous ne sortions plus du tout, sa version numérique m’a permis d’y rejouer. Idem pour les parties online de Ticket to Ride, qui ont pour moi donné une tout autre dimension au jeu. J’ai encore en mémoire des parties de Ascension à des joueurs avec des amis le possédant aussi permettant de faire une partie à distance et en moins de 30 minutes !

    2) Nous avons fait l’acquisition d’une AppleTV permettant de bénéficier de la fonctionnalité AirPlay avec les tablettes de la pomme. Et du coup l’usage en « société » a pu également être réalisé sur tablette en mode Pass and Play mais avec tous les autres joueurs suivants sur l’écran du TV le jeu en même temps et pouvant même donner des conseils ! Parmi Les jeux que nous apprécions dans ce mode « canapé/tablette » sont Elder Sign (jouable à 4 joueurs affalés dans un canapé) ou encore le récent Yggdrasil (jouable jusqu’à 6 joueurs et dans les mêmes conditions).

    Du coup je trouve que les tablettes, en plus du côté transport et des parties rapides illustrées dans ton article, rajoute également d’autres façon de jouer avec celui en ligne (beaucoup plus simple d’accès et transportable qu’un module Vassal), permettant en plus de remettre au goût du jour certains jeux ou de jouer avec des compagnons de jeux éloignés géographiquement, et une consommation « apéro dans le canapé » avec la possibilité offerte par la technologie AirPlay.

    Comme toujours, merci pour ton très bon article.

  2. PS: Pour faire échos au sujet évoqué à la fin de l’article, j’achète pratiquement tout le temps un jeu numérique que je possède en version plateau et par contre j’essaye de nombreux jeux en version tablettes que je n’aurai jamais acheté sinon en version plateau ! Donc pour moi, cela serait plutôt positif pour les ventes au final.

  3. J’hésite encore aujourd’hui a passer du côté sombre de la Tablette…
    Grand adepte des jeux de plateaux IRL et en ligne depuis de nombreuses années (brett, yucata, Bga…), j’ai aussi pu tester quelques jeux numériques chez mon beauf sur le très controversé IPAD3, rien n’y fait, la saveur du regard incrédule, l’odeur du foutage de gueule sournois, la délectation de voir certains visages déconfits et vous l’avez bien compris ; l’ambiance prime sur tout !
    Toutefois, car il faut savoir se détourner de ses fondamentaux, les jeux numériques restent un excellent palliatif lorsque les moments de complicités ludiques viennent à manquer, ce qui, je l’avoue, est trop malheureusement le cas.
    Bref l’apport des tablettes est un excellent compromis entre l’amour du jeu tactile et beau, le partage en société et l’envie maladive de jouer.
    Très bel article, une fois de plus.

  4. Avant d’avoir un iPad, je ne savais plus ce qu’était un jeu de plateau. Voilà bientôt une année que j’ai acheté l’ipad, ce qui m’a permis de redécouvrir les jeux de société grâce à small world, Carcassonne, ticket to ride, samurai etc…. C’est vrai que cela reste des jeux familiaux).
    Résultat à ce jour, je possède:
    15 jeux sur ipad et 30 jeux en irl, et tout cela en moins d’un an. Donc, le monsieur qui dit qu’un acheteur d’application sur iOS n’achetera pas le jeux en irl se trompe….

  5. J’avais créé un post sur TricTrac au titre provocateur « Les jeux en boîte sont meilleurs pour nous que les portages » et au contenu mystico-débile (j’avais dû fumer un de tes strings) lisible ici : http://www.trictrac.net/jeux/forum/viewtopic.php?t=102878&highlight=
    Je n’ai pas (encore…) d’iPad, mais je pratique BSW, BGA. Quand j’ai des personnes avec qui jouer, je préfère IRL, mais quand je suis seul, le numérique est bien agréable !( j’ai aussi Onirim et Vendredi…)
    L’utilisation iPad + AirPlay me tente énormément : vivre un jeu comme un film en grand écran, génial ! (sans doute moins sur le round 7 – écologie…)

  6. Le portage de jeux de société sur iPad m’a permis de redécouvrir ce type de jeux et même d’aller en acheter quelque uns en IRL par la suite. Exemple : j’ai découvert Smallworld sur iPad et j’ai ensuite été acheté la version IRL de Undergrounds.

    L’iPad permet de jouer seul quand on a pas ses copains sous la main. Idem pour les vacances où il n’est pas envisageable de trimballer de grosses boites.

    Les informaticiens sont de plus en plus formés au développement mobile. Des cours filmés de l’UPMC sur Objective-C (langage pour iOS) sont disponibles sur iTunes U.

  7. Pour le calcul du coût, il est dommage d’avoir séparé le prix des jeux et le prix d’une tablette. Avec les chiffres fournis, on peut poser l’équation suivante:
    6.x + 400 = 35.x
    => il faut acheter 14 jeux sur tablette pour que des économies soient réalisées…

    Bien évidemment, la tablette n’a probablement pas été achetée uniquement pour jouer et donc reporter le prix uniquement sur les jeux fausse probablement la donne.

    Enfin, je finirais sur deux remarques:
    – quelle durée de vie pour une tablette et que deviennent les jeux achetés ensuite?
    – les jeux peuvent être disponibles sur certaines tablettes et pas d’autres. Les joueurs deviennent dépendant d’un fournisseur de contenu et/ou des choix de l’éditeur concernant la plate-forme utilisée.

    Sans rien pour étayer cette opinion, je dirais que les deux consommations (boîte ou tablette) doivent se cannibaliser un peu, mais pas complètement. Cependant, l’accroissement du marché permis par le fait de toucher des clientèles différentes ferait plus que compenser la cannibalisation.

  8. Etant responsable de http://www.boardgame.fr je suis sensé défendre farouchement le jeu numérique et pourtant…
    je ne vois pas en quoi les deux supports ne pourraient pas cohabiter. Tout en ayant des procédés et des approches relativement opposées, les plaisirs qui en découlent sont les mêmes. L’un ne prend pas le pas sur l’autre à mon sens puisque les façons de jouer en numérique (debout, dans un train, une salle d’attente, en mouvement via un smartphone…), le lieu (extérieur/intérieur), le nombre (solo, multi via online ou offline) et le type de joueurs (A.I./humain) sont différents des versions classiques. voir ici (http://www.boardgame.fr/page-dossier-classiqueounumerique.html) si ça vous intéresse. Le mieux est de les prendre en complémentaire et non de les opposer. On peut posséder TimeLine en numérique mais également y jouer en classique. Les plaisirs ne sont pas les mêmes. Le mode solo par exemple ne se retrouve pas sur la version classique et inversement, le contact avec le matériel est absent (par définition) d’une version numérique. Le coût d’un jeu classique est tout relatif puisque de l’autre côté, sans support, pas de jeu. Le plus gros défi des éditeur à venir, va être de proposer des applis pour amener les gens vers leur version classique. Ensuite, il y à ce que j’appelle le solociété : Jeu conçu directement en numérique et qui peut potentiellement voir le jour en classique…

    1. Passé le problème du coût de l’iPad à l’achat (qui n’a pas été acheté que pour jouer à des JdS) je ne vois en effet que des avantages :

      Plus de problème de places et de poids pour partir en vacances et en balade
      Plus de problème de mise en place
      Possibilité de rejouer à d’anciens jeux oubliés dans les armoires contre des IA fortes et améliorer ses stratégies en enchaînant les parties
      Pouvoir tester un JdS numérique à moindre coût avant d’acheter sa vers plateau

      Je suis pourtant le premier à privilégier le jeu de Société autour d’une table avec l’ambiance qui va avec mais quel fût mon plaisir de faire des parties de Puerto Rico avec mon iPad l’été dernier en Corse sur les transats de la piscine!!!

  9. Amateur récent de JdS, je suis toujours à l’écoute des éventuelles sorties d’adaptation sur Android. Mais cette plateforme étant moins garnie que celle d’Apple, je reste souvent sur ma faim.
    Pourtant j’ai beaucoup joué sur boardgamearena mais le plaisir initial de la découverte n’a pas laissé place à d’autres plaisirs : le jeu sur tablette / Pc dépersonnalise un peu le jeu de société. In fine, j’enchaine les parties sans les réfléchir / les vivre.

    Alors certes, cela permet d’affiner certaines stratégies, de vérifier aussi des points de règles, de tester des jeux avant l’achat, mais ça ne peut remplacer le jeu de plateau. Du coup, les 2 modèles peuvent coexister puisqu’ils ne remplissent pas les mêmes fonctions, les mêmes besoins.

    Je joue à Carcasonne sur Android pour passer le temps. Je joue à Race for The Galaxy sur Keldon AI parce que je ne trouve pas de vrais joueurs irl pour jouer avec eux. Je joue à Can’t Stop sur mon téléphone pour tester ma chance. Mais le multi sur tablettes, je n’y ai jamais touché et je ne vois pas encore de jeu qui pourrait sublimer ce mode de jeu.

    Chacun son rôle, ça plaira au plus grand nombre.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.