Jeux de plateau

Warhammer électrise

Quand un grand média américain s’intéresse au célèbre jeu de figurines Warhammer.


Warhammer

Est-ce que vous aussi vous avez remarqué que les grands médias s’intéressent de plus en plus, et de mieux en mieux, au jeu de société et au jeu de rôle ? S’il y a dix ans, le jeu de société peinait à se faire sa place médiatique, depuis quelques années on remarque que les grands médias publient de plus en plus souvent des articles sur la chose ludique. Le cas aujourd’hui avec Warhammer.

Ce samedi 25 décembre pour Noël, le célèbre média américain The New York Times a sorti un article sur le jeu de figurines Warhammer. Il faut dire que certains acteurs, dont Tom Holland et Henri Cavill, s’y intéressent également, de quoi générer une certaine curiosité, un certain engouement. Nous vous en proposons ici une traduction de l’article.

Petit historique pour grande société

Games Workshop, qui possède la licence Warhammer, a été fondée il y a plus de quatre décennies lorsque des amis, John Peake, Ian Livingstone et Steve Jackson ont commencé à créer leurs propres jeux de société en bois et à créer un bulletin d’information sur les jeux. Ils ont trouvé leurs marques lorsque le créateur américain de Donjons & Dragons leur a demandé de devenir le premier distributeur britannique du jeu de rôle.

Fondée à Londres au milieu des années 1970 par Ian Livingstone et Steve Jackson, qui deviendront plus tard célèbres pour avoir co-écrit les livres-jeux Les Livres dont vous les Héros, l’aventure Games Workshop a rapidement évolué au cours de ses premières années d’existence. Elle est passée de la fabrication et de la distribution de jeux de société traditionnels à la concentration de produits mâtinés de fantasy, dont surtout Donjons & Dragons, le jeu de rôle culte d’Amérique qui définira tout le genre.

Le premier magasin Games Workshop a ouvert ses portes dans le quartier de Hammersmith en 1978 et a commencé à produire des modèles de figurines pour wargames au préalable. Et puis, en 1983, ils décident de lancer Warhammer, un univers de jeu qui met en scène des batailles sanglantes entre orcs et elfes.

De ces « soldats » de plomb modernisé avec un mélange de science-fiction et d’un monde fantastique peuplé d’elfes et d’orcs, inspiré des œuvres de Tolkien, Warhammer est désormais aujourd’hui une marque mondiale de livres, de jeux vidéo, de jeux de plateau, un magazine et des dessins-animés. L’entreprise possède aujourd’hui 523 magasins dans le monde, où les fans peuvent apprendre à créer et peindre des figurines, ou jouer au jeu.

Les collectionneurs construisent de grandes armées à jouer avec des figurines qui peuvent coûter plus de 120 euros chacune. Une figurine peut être composée de centaines de pièces qui doivent être assemblées puis peintes avec des couleurs telles que… « chair » et « os ».

👉 À lire également : Comment peindre des figurines en toute simplicité. Petit guide pour bien débuter.

La société a rapidement lancé le magazine White Dwarf, qui est devenu une bible pour les joueurs de fantasy, et s’est lancée dans la fabrication de figurines pour wargaming sous sa marque Citadel Miniatures. Games Workshop a rapidement commencé à développer ses activités autour de ces figurines et, dans une moindre mesure, du jeu de rôle Warhammer, qui a été lancé en 1983 (NdT : et dont la 4e édition vient tout juste de sortir en VF fin 2019). Au milieu des années 1980, White Dwarf avait cessé de couvrir Donjons & Dragons et les jeux d’autres licences pour se concentrer uniquement sur leur propre univers Games Workshop.


Qui est partant pour une partie de Warhammer ?

Par Shane O.‘Neill, The New York Times, 25.12.21

Warhammer 40 000, un jeu de plateau élaboré se déroulant dans une dystopie fictive, a trouvé une nouvelle vague de fans pendant la pandémie.

On dirait que le temps est à nouveau venu de sortir les jeux. Si vous faites toutefois partie des milliers de personnes dans le monde qui jouent à Warhammer, il y a de fortes chances que vous ne l’ayez même jamais rangé.

Warhammer 40 000, un jeu de table se déroulant dans un univers fictif dystopique, n’est pas nouveau. Mais une frénésie pour les jeux de science-fiction et de fantasy comme Donjons & Dragons alimentée par une pandémie l’a introduit à de nouveaux joueurs.

Souvent appelé Warhammer 40k, le jeu se joue sur des terrains avec des figurines que les joueurs assemblent, transforment et peignent. Le jeu lui-même nécessite beaucoup de mathématiques, ainsi qu’un livre de règles, des dés, un ruban à mesurer (pour déterminer la vitesse de mouvement d’un personnage) et un laser en option (pour déterminer une ligne de vue dégagée pour attaquer). Les coûts s’accumulent rapidement : acquérir et préparer suffisamment de nouvelles figurines pour une partie peut coûter plus de 400 $ [Ndt : 350 euros] à un joueur.

👉 À lire également : Comment peindre des figurines en toute simplicité. Petit guide pour bien débuter.

Mais ces coûts ne semblent pas être dissuasifs.

Warhammer 40k est la licence la plus populaire de la société Games Workshop. Sa popularité a contribué à augmenter le cours des actions de la société de plus de 60 % au cours des deux dernières années.

Des joueurs célèbres, dont Ed Sheeran et Ansel Elgort, ont attiré davantage l’attention sur le jeu. Shayna Baszler, catcheuse à la WWE, a porté plusieurs costumes inspirés des images de l’univers de Warhammer.

L’acteur Henry Cavill (The Witcher) a mentionné son loisir d’assembler et de peindre des figurines Warhammer lors d’une récente apparition dans l’émission « The Graham Norton Show ».

« Je peux venir jouer ? » a demandé Tom Holland, le collègue acteur de super-héros de Henry Cavill et aussi invité dans l’émission. « Ça a l’air incroyable. »

Pour les joueurs de longue date de Warhammer, la nouvelle approche du jeu a été une surprise bienvenue.

« Warhammer a toujours été ce jeu ringard pour nerds auquel les gens jouent juste avec leurs soldats de plomb bizarres et c’est comme, « Pourquoi les adultes jouent à ça?' », a déclaré Nick Nanavati, 27 ans, un commentateur professionnel de Warhammer qui a fondé une société de coaching pour les joueurs compétitifs de Warhammer, intitulé Art of War. « Et la culture nerd devient de plus en plus acceptée par le grand public. »

Bien que l’univers de Warhammer soit vaste et complexe, il n’est pas nécessaire de comprendre toutes ses règles et traditions pour apprécier le jeu.

« Si vous voulez créer des figurines, vous pouvez simplement créer des figurines », a déclaré Ruby Guest, 25 ans, dans une interview Zoom.

Mme Guest, la fille de Jamie Lee Curtis et Christopher Guest, est une fan de longue date de Warhammer. Lorsqu’elle était au lycée à Los Angeles, elle et deux camarades de sa classe qui s’appelaient “the nerd herd”, « le troupeau de nerds », ont mené une campagne réussie pour organiser un bal de fin d’année sur le thème de Warhammer.

Le premier livre de règles de Warhammer a été publié par Games Workshop en 1987. Mais au cours des dernières années, le monde du jeu s’est considérablement élargi, tout comme sa base de fans.

« Nous avons vraiment beaucoup grandi au cours des six ou sept dernières années. Et je pense que cela tient sur le fait que nous avons beaucoup impliqué notre base de fans », a déclaré Andy Smillie, 37 ans, directeur marketing et numérique de Games Workshop. Une partie de cet effort a été la création de Warhammer Plus, un service d’abonnement qui propose des « applications avec des animations, des séries et plus encore » pour 5,99 $ par mois.

La popularité actuelle du jeu peut avoir quelque chose à voir avec ses thèmes sombres, qui semblent bien coller à ces temps difficiles. Il n’y a pas de soi-disant gentils dans l’univers de Warhammer 40k. Les humains de Warhammer sont principalement divisés entre l’Imperium, une cohorte fasciste qui sert un « empereur-dieu » qui exige que 1 000 âmes humaines lui soient sacrifiées quotidiennement, ​​et leurs ennemis jurés, les Forces du Chaos.

La plupart des fans ont une appréciation ironique pour les différentes factions au sein de l’univers du jeu, qui incluent les Orcs, les Space Marines et une division meurtrière de femmes humaines appelées Adepta Sororitas. Mais certains fans de Warhammer ont forgé des liens plus directs entre le royaume fictif de Warhammer et la politique réelle de la terre d’aujourd’hui.

En 2019, Fabrizio Galli, un sculpteur, a dévoilé une gigantesque marionnette représentant le président Trump en costume de l’empereur-dieu de l’Imperium lors d’une célébration en Italie. M. Galli a qualifié la marionnette de « blague ».

Cet automne, lors d’un tournoi Warhammer 40k en Espagne, un concurrent est arrivé portant un pull arborant des croix gammées jointes et un autre symbole associé à des groupuscules extrémistes. L’incident et la décision du tournoi d’autoriser le joueur à rester dans le tournoi ont créé une polémique dans les communautés en ligne de Warhammer.

En réponse, Games Workshop a publié une déclaration condamnant toute affiliation de fans avec des groupes extrêmistes du monde réel. « L’Imperium est motivé par la haine », lit-on dans le titre de la déclaration. « Ce n’est pas le cas de Warhammer. »

« Je pense qu’il y a une différence entre soutenir l’Imperium sur un plateau et soutenir leur idéologie dans la vraie vie », a déclaré M. Smillie. « Et je pense que la plupart des gens le comprennent. »

Les joueurs interrogés pour cet article semblaient d’accord. « Je pense que ce loisir rassemble les gens », a déclaré Ezekiel Lytle, 26 ans, au Brooklyn Strategist, un magasin où il explique Warhammer et vend des figurines Warhammer peintes sur mesure.

Plusieurs autres fans de Warhammer du Brooklyn Strategist ont souligné que les jeux Warhammer les avaient mis en contact avec des personnes d’horizons divers. Cependant, toutes les personnes interrogées pour cet article ont relevé que les fans de Warhammer étaient à forte représentation masculine.

👉 À lire également : Pourquoi y a-t-il si peu de femmes qui jouent aux wargames ?

M. Lytle a cité Warhammer comme une alternative aux écrans. Autrefois joueur de compétition, il est revenu il y a quelques années à Warhammer, son loisir d’enfance. « Une fois que j’ai repris Warhammer, je n’ai jamais retouché ma manette de jeu vidéo », a-t-il déclaré.

Travis Cheng, qui était au magasin pour son événement brunch, m’a expliqué une «escarmouche» abrégée. Il a joué le rôle de deux Space Marines contre mes quatre membres des T’au, qu’il a qualifiés de « communistes de l’espace ». Les communistes de l’espace ont techniquement gagné, mais je ne peux pas vraiment m’en attribuer le mérite. M. Cheng jouait pour nous deux.

Et vous, est-ce que vous jouez aussi à Warhammer ? Depuis combien de temps ? Quelle est votre armée préférée ?

One Comment

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :