Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Nicodemus, un CDI dans une manufacture des rêves

Créer des rêves, un taf de rêve ? C’est désormais possible dans Nicodemus.


Nicodemus

Est-ce que vous êtes, comme moi, sensible aux thèmes des jeux ? Hier, on vous parlait de thé. L’autre jour, de la forêt dans les jeux de société. De nombreux jeux de société se déroulent dans des villes à bâtir, souvent antiques ou médiévales. Certains jeux, parfois, cherchent à infuser un thème original, différent, cocasse. C’est le cas aujourd’hui de Nicodemus, dans lequel vous allez vous retrouver à créer des… rêves.

Arrivé à l’aube de ses 475 ans, un âge respectable, soyons honnêtes, Nicodemus Gideon, bricoleur de génie à la manufacture des rêves, s’est enfin décidé à prendre sa retraite. Enfin. Mais avant de revêtir son short à palmiers et sa chemise à fleurs pour partir sous les Bermudes les doigts de pieds en éventail à siroter un mojito, il va falloir lui trouver un successeur. Il a insisté pour que ce soit un de ses deux meilleurs assistants. Aka, vous !

Vous allez devoir vous départager par un duel de bricolage à l’issue duquel le vainqueur sera sacré digne successeur de Nicodemus. Au boulot !

On prend les même et on recommence ?

Pas tout à fait, mais presque, Ou pas ! Désolée pour la phrase sibylline.

Nicodemus est bien le digne descendant d’Imaginarium, sorti en 2018 par la même équipe : même éditeur, Bombyx, mêmes auteurs, Bruno Cathala et Florian Sirieix et même illustrateur, Felideus Bubastis. On y retrouve le même univers décalé et féérique, avec des fées qui sentent le cambouis, et des machines hallucinantes pour un jeu vif et créatif.

Mais ne nous y trompons pas. Il ne s’agit pas là d’une extension, qui existe par ailleurs déjà pour Imaginarium, Chimera, mais bien d’un jeu indépendant avec cette fois un affrontement à 2 uniquement.

À coup de réparations, de paiements en cubes de bois, cuivre ou cristal ou de déplacements de cartes avec le précieux charbonium, la personne qui remporte la partie est celle qui accumule 20 points en premier.

L’affrontement a lieu sur le plateau du « bric à brac » qui va accueillir les nombreuses machines à réparer.

Mécanique (des) fluides

La mécanique, très fluide, est facile à comprendre. À tour de rôle, chaque personne aura deux choix :

  1. jouer une carte machine de sa main pour :
    • gagner du charbonium qui permet de se déplacer pour acquérir une carte sur le plateau
    • produire une ressource/charbonium de la zone de production pour la placer dans son atelier
    • appliquer l’effet de la machine
  2. Réparer une machine et la placer dans son atelier en gagnant les points correspondants. Il convient alors de vérifier si celle-ci permet de valider une tuile projet et ainsi, en mode combo, de gagner des points supplémentaires

Pour finir, on complète sa main afin d’avoir toujours 5 cartes.

Limpide ! Facile ! Pas tant que ça. Car il va falloir être stratège pour constamment prévoir des réparations qui finalement vous échappent, garder un œil attentif à votre adversaire qui va passer son temps à : vous voler vos ressources, prendre les machines convoiter, faire disparaitre des cartes intéressantes, etc…. en un mot : à vous chercher les poux boulons dans la tête.

Vous l’aurez compris, le piment de ce jeu est bien dans l’interaction forte avec votre partenaire de jeu, où votre capacité à réagir vite et oser changer de choix de production/réparation fera la différence.

Le temps annoncé est de 45 min. de jeu. En réalité, pris dans l’affrontement, le jeu s’accélère et l’on arrive très vite à des parties déchaînées de 20/30 min, que l’on peut alors volontiers enchainer…pour se refaire !

Nicodemus est un jeu rapidement pris en main avec des règles claires. Avec un code QR à disposition et des règles en vidéo pour les réfractaires à la lecture.

La seule difficulté peut éventuellement résider dans la compréhension de l’effet unique des machines. Les premières parties se font règles du jeu ouvertes, ce qui peut paraître plutôt fastidieux, mais l’on s’en passe assez vite par la suite.

Un léger déséquilibre en fonction que vous soyez ou non premier joueur reste à étudier. Promis, on vous confirmera cela après notre 50ème partie.

Nicodemus, verdict

Très bonne découverte pour un petit jeu qui n’en est pas un, de petit. Avec un univers bien décalé et un matériel très immersif, pour une boîte à la taille ramassée et un budget tout à fait correct. Un jeu de rêve, somme toute.

Bon désolé, ce n’est pas le tout, mais il faut que j’y retourne. Je n’ai bientôt plus de charbonium et ma pipette à huile commence à se vider !

Un très, très bon jeu à deux

Note : 4.5 sur 5.
  • Auteurs : Bruno Cathala & Florian Sirieix
  • Éditeur : Bombyx
  • Illustrateur : Felideus Bubastis
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 uniquement
  • Âge conseillé : Dès 14 ans (possible dès 10-12 ans)
  • Durée : 45′ par partie (plutôt 20/30 min max une fois qu’on sait jouer)
  • Thème : Rêves, Steampunk
  • Mécaniques principales : Ressources, objectifs, combo, blocage

Pour vous offrir une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :