Jeux de plateau

Les deux meilleurs jeux de société de l’année. Une ode romanesque au coopératif

Les prix pour le deux meilleurs jeux de l’année sont tombés aujourd’hui : MicroMacro : Crime City et Paleo sont couronnés.


Spiel des Jahres 2021

C’est ce matin que les prix du 42e Spiel des Jahres ont été annoncés à Berlin. Épiphénomène d’une année troublée, ce sont deux jeux coopératifs qui raflent le prix du meilleur jeu de société de l’année ; MicroMacro : Crime City, pour le Spiel, et Paleo, pour Kennerspiel, le variant pour public expert.

Le jury de 9 journalistes allemands qui ont sélectionnée ces deux jeux, parmi plusieurs milliers de sorties, ont renvoyé un signal fort. Plus que jamais, en pleine pandémie, il faut souder, plutôt qu’opposer.

Hier, nous avons tenté les pronostic. Vous avez été plus de 300 à voter. Paleo n’a remporté qu’un maigre 32% des paris, tandis que Micromacro a mis tout le monde d’accord et remporté un véritable plébiscite, avec un franc et grand 80% des suffrages.

Pour présenter, représenter, re-représenter les jeux, nous vous soumettons ici à nouveau les chroniques de ces jeux. Et vivement la suite de Micromacro, déjà annoncée pour septembre, avec certaines enquêtes cette fois plus familiales.

Et dernière chose, ces deux prix couronnent, en VF, les deux distributeurs-ogres du marché du jeu de société francophones que sont Asmodee, via son écurie Z-Man, pour Paleo, et Hachette, via Blackrock, pour MicroMacro. C’est la soupe à la grimace pour les éditeurs indépendants…


Paleo, le coup de cœur de la rédaction

Faire des peintures rupestres, ça vous tente ?

(attention, titres pourris)

Demain je n’enlève Paleo

Paleo est sorti en fin d’année passée, édité à la base par Hans im Glück et en français par Z-Man / Asmodee. Paleo est un jeu d’aventure coopératif qui se déroule à l’âge de pierre, un jeu dans lequel vous essayez, tant bien que mal, à garder votre groupe d’êtres humains en vie. Vous allez les envoyer en mission pour aller récupérer de la nourriture bien sûr, de la pierre, du bois, tout ça.

Votre but ultime : peindre une fresque rupestre dans votre caverne. Oui parce que la culture, à l’ère du paléolithique, ce n’est pas non essentiel. Bien au contraire. Paleo, bim, comme un pied de nez à nos politiques et à leur gestion de la pandémie…

Évidemment, la mort vous attend à tous les coins de forêts : des animaux sauvages, des chutes de pierre, la liste est aussi longue qu’une journée sans mammouth laineux.

Vous commencez le jeu avec deux humains, qui ont chacun une compétence et un certain nombre de points de vie. à votre tour, et c’est toute la mécanique, simplissime, épurée, fluide, belle, du jeu, vous allez choisir où vous rendre. Comment ? Où ? En prenant votre deck personnel, un deck général préparé en amont de la partie, avec des cartes communes de base additionnées par des cartes spécifiques au scénario retenu, puis divisé de manière équitable entre chaque personne.

À votre tour, donc, vous allez piocher les trois première cartes et en choisir une, sans regarder son verso, juste en choisissant parmi leur dos, selon l’illustration, qui affiche forêt, montagne, rêve, campement, etc. Et parfois, parfois seulement, le dos indique l’un ou l’autre élément pour vous aider à faire votre choix. Les deux autres non choisies sont remises sur le paquet, elles seront piochées au prochain tour, avec une carte supplémentaire pour compléter à 3. Une mécanique fluide, simplissime, et pourtant extrêmement efficace !

Une fois que tout le monde a épuisé sa réserve de cartes, on passe à la phase Nuit pendant laquelle on doit nourrir son groupe et remplir quelques conditions selon le scénario retenu.

Si vos humains meurent, et ça arrive, bien trop souvent, si vous n’êtes pas capable de gérer votre stock de nourriture et/ou que vous vous prenez des animaux sauvages et autres dangers dans les gencives, vous rajoutez un crâne sur le plateau. Dès que vous en avez accumulés 5, la partie est pliée. Et c’est souvent le cas, « rassurez-vous » !

Versailles a des plafonds élevés. C’est un Paleo

Au début de chaque partie, vous choisirez les decks de modules à affronter. Il existe sept niveaux prédéfinis qui combinent deux ou trois des 10 modules. Mais évidemment, vous pouvez également créer le vôtre. Tous les modules sont uniques, vous offrant différents types de tâches et de rencontres. La plupart des cartes de module sont ajoutées au paquet principal, qui est mélangé et distribué. Chaque module a également une carte Mission qui vous donne des objectifs à accomplir à chaque tour.

Les manches ont donc une structure jour / nuit très simple. À chaque tour de la journée, vous piochez simultanément trois cartes de votre deck, vous observez le dos de ces cartes, vous en choisissez une à révéler, puis vous effectuez l’une des actions de la carte choisie. Oui, parce que chaque carte, en gros, propose 2 voire 3 actions possibles : construire un objet, recruter de nouvelles personnes pour votre groupe, etc. Une fois que tout le monde a parcouru ses decks, vous devez nourrir votre peuple et résoudre les actions indiquées sur les cartes Mission (ressources payantes, etc.).

Après cela, les cartes des piles de défausse sont remaniées, redistribuées et vous commencez un nouveau tour. Sachant que certaines cartes seront défaussées « pour de bon », dans le meilleur des cas, si vous y parvenez, et d’autres reviennent. Aïe !

Lorsque vous piochez vos trois cartes, le dos de ces cartes vous donnera une idée de ce à quoi vous allez faire face, mais vous ne pouvez jamais être sûr. Par exemple, vous savez qu’il y a de bonnes chances que vous trouviez du bois et de la nourriture lorsque vous choisissez une carte forêt, mais vous ne le saurez pas avec certitude tant que vous ne l’aurez pas révélée. Les cartes de danger à dos rouge sont à peu près toujours mauvaises, ce qui entraîne souvent un… drame.

Et comme Paleo est un jeu coopératif, il est crucial de s’accorder sur la carte à choisir parmi les 3. Toi tu vas en forêt, parce que ton groupe possède plutôt des compétences de chasse, moi je pars au campement avec mon groupe qui est plutôt doué en… bricolage, artisanat.

Les hélicoptères volent grâce à leurs Paleo

Alors oui, dans Paleo il y a beaucoup, beaucoup de hasard. On ne sait jamais ce qui vous allez trouver derrière la carte choisie. Et parfois, mais c’est plutôt rare, vous allez devoir lancer un dé pour obtenir des trucs, des bidules. Ce qui pourrait refroidir certaines personnes.

Oui, mais.

Si trop de hasard tue le hasard, même s’il y en a beaucoup dans Paleo, il représente bien les aléas de la vie à l’époque : rencontres, dangers, trouvailles, etc. Il faut, comme à l’époque, pouvoir le gérer, l’accepter, et faire au mieux. Pas facile. Ce qui entraîne une tension constante : prendre cette carte, allez ici plutôt que là, et faire quelle action ensuite. On a un brin de pouvoir décisionnel, de capacité à juguler, réduire, jongler avec ce hasard, mais il va falloir accepter que parfois, souvent, on va se prendre des trucs dans les dents. Et ça va faire mal !

À noter également que dans Paleo, comme dit plus haut, la coopération est puissante. Il va vraiment falloir discuter pour choisir, pour réussir. Jouez sans communiquer, et comme dans la vraie vie, c’est la recette pour un désastre.

Paleo, verdict

Grandiose !

Un jeu coopératif épuré et pourtant passionnant et immersif. L’aventure, au paléolithique, avec un grand A.

Note : 5 sur 5.
  • Auteur : Peter Rustmeyer
  • Éditeur : Z-Man Games
  • Illustrateur : Dominik Mayer
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 4 (tourne bien à toutes les configuration)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (bonne estimation)
  • Durée : 45′ par partie. Avec 7 modules, 7 « scénarios » plus ou moins difficiles
  • Thème : Paléolithique
  • Mécaniques principales : Coopératif, gestion, cartes

MicroMacro : Crime City. Vous cherchez le meilleur jeu de l’année ? Ne cherchez plus !

Training day

Dans MicroMacro : Crime City, on doit résoudre des crimes dans une ville gangrénée par le crime. D’où le titre. Braquages, homicides, gangs, empoisonnements. Pas une ville des plus accueillantes, malgré des aspects gentillets.

Tout se joue au moyen d’une seule et unique carte gargantuesque, et d’un minuscule paquet de quelques petites cartes. La première explique l’affaire, puis carte après carte, on va devoir retrouver des éléments sur la mappe dépliée. Une carte indique la mission, la prochaine la solution. C’est tout. Aussi bête qu’efficace.

Usual Suspects

Mais pour faire simplissime, MicroMacro : Crime City est une sorte de « Où est Charlie » narratif dans lequel on doit observer et retrouver des éléments sur une carte, mais surtout, MicroMacro : Crime City est extrêmement intelligent et subtil.

La carte place en effet les personnages de l’affaire à plusieurs moments du récit, avant, pendant et après l’affaire. Il va falloir remonter ou avancer dans le temps en suivant sur la carte les personnages impliqués. Et ces personnages sont disséminés dans la ville.

Où était le personnage avant ? Quels ont été ses déplacements ? Où est-il allé après ? Quelles sont ses motivations ? Et tout ça en ne faisant qu’une seule unique chose : repérer des éléments cachés sur la carte, gigantesque. Il va falloir faire preuve d’une solide dose d’observation et de déduction.

Reservoir Dogs

MicroMacro : Crime City peut se jouer de 1 à 4, mais c’est à 1-2 que le jeu est optimal. À plus, on risque de se marcher dessus, mais littéralement. À se vautrer à plusieurs sur la carte, on risque de ne pas voir tous les détails.

En solo, et en plein reconfinement, MicroMacro : Crime City est une excellente proposition ludique !

Seven

MicroMacro : Crime City indique pouvoir se jouer dès 8 ans. C’est très, très optimiste. Puisqu’il s’agit de crimes, souvent sordides, toujours violents, de vengeance, d’adultère. 8 ans nous paraît quelque peu jeune. Prévoyez plutôt d’y jouer dès 12, voire même 14 ans.

Malgré une mécanique et des règles simplissimes, le tout servi par un univers animalier et des illustrations très enfantines, le jeu n’est pas destiné aux enfants.

Pas encore !

Vu le succès et le buzz rencontrés par ce jeu en cette fin d’année 2020, on peut s’imaginer, et espérer, voir un jour un MicroMacro : Kidz, avec des affaires à traiter plus légères, comme la toute première affaire avec le chapeau, par exemple. On pourrait devoir retrouver un doudou perdu, une barre de chocolat (suisse) volée ou disparue, etc. Bref, des affaires adaptées à un public plus jeune. Ce qui n’est pas le cas ici.

The Nice guys

Cela fait longtemps que nous n’avons pas été autant emballés par un jeu ! Il faut remonter au tout premier Time Stories, à Détective, ou à 7 Wonders. Une fois la partie lancée, il devient impossible de s’arrêter d’y jouer. On enchaîne les enquêtes.

Cela fait une trentaine d’années que nous travaillons dans le jeu de société. Rares sont les jeux qui nous ont fait un tel effet Wahou ! Si MicroMacro : Crime City ne rafle pas des prix en 2021, c’est que les différents jurys des différents prix n’y connaissent rien.

[MàJ du 19.7.21 : notre chronique date de novembre 2020. Quelques mois plus tard, MicroMacro allait remporter l’As d’Or 2021 et aujourd’hui le Spiel des Jahres…]

Alors oui, il faut le souligner, MicroMacro : Crime City est un jeu-kleenex. Il n’y a que 16 enquêtes, de difficultés variées, allant de 1 à 5. Une fois toutes ces enquêtes finies, le jeu est… fini. On peut alors l’offrir à ses amis ou à sa famille.

Si on compte une moyenne de 15 minutes par affaire, avec 16 affaires disponibles, on passera 240 minutes sur le jeu. 4h sur un seul jeu, 16 parties du même jeu, c’est déjà beaucoup aujourd’hui.

Avec tant de jeux sur le marché, il devient de plus en plus rare de s’attarder sur un seul et même jeu. Et une vingtaine d’euros pour y passer 4h intenses, c’est comme se faire un resto et/ ou un ciné (quand ils étaient encore ouverts…). Ne vous arrêtez pas sur cet argument. Au pire, cela vous fera un excellent cadeau (recyclé et écolo) de Noël à offrir.

Et en parlant de Noël, MicroMacro : Crime City est LE cadeau ultime à offrir cette année ! N’en achetez pas une boîte, mais deux, trois, quatre. Vos amis et votre famille vous seront reconnaissants. MicroMacro : Crime City est LE jeu tout public par excellence. Pas besoin de savoir jouer, pas besoin d’aimer jouer, il suffit de se lancer !

D’ailleurs, le jeu s’est tellement bien vendu qu’il est s’est vendu comme des petits pains bio. Il est déjà en rupture à peine après plusieurs jours. Il va falloir maintenant attendre quelques semaines pour revoir une nouvelle édition, prévue mi-décembre, juste à temps pour les fêtes.

Alors oui, il ne s’agit que d’un bête « où est Charlie », à repérer des minuscules indices disséminés sur une carte. Mais chaque enquête est palpitante et le récit, un concentré de polar, ne tient que sur quelques cartes et minuscules illustrations. Une performance narrative, graphique et ludique époustouflante !

MicroMacro : Crime City, notre énorme coup de cœur ️ de l’année .


MicroMacro : Crime City, Verdict final

Grandiose !

Une expérience prenante, addictive ! Une fois commencé, on ne peut plus s’arrêter. Juste le le meilleur jeu de 2020.

Note : 5 sur 5.

Et encore une chose

➡️ Vous désirez essayer le jeu avant ? Le site officiel vous propose une affaire en démo sur le site.

➡️ Pour Pâques, nous vous avons proposé une enquête inédite, à découvrir ici.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ecoscore_A.png.
  • Auteur : Johannes Sich
  • Illustrateur : Hard Boiled Games
  • Éditeur : Spielwiese et Blackrock
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 4 (idéal à 1-2. À plus, on risque de se « marcher dessus » sur la carte)
  • Âge conseillé : Dès 8 ans (Comptez plutôt 10-12. Il s’agit à chaque fois de crimes, comme le titre l’indique, de meurtres sordides. Une suite est annoncée avec des enquêtes plus familiales)
  • Durée : 10-20′ par enquête
  • Thème : polar
  • Mécaniques principales : observation (principalement), déduction, narratif, coopératif

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.


Que pensez-vous de ces deux prix ? Sont-ils mérités, selon vous ?

6 Comments

  • Starfan

    Bonjour à tous!! Cela faisait un petit moment que je vous avais pas fait un coucou sur ce merveilleux site car la section « critiques de jeux » est toujours bloquée sur le jeu « Lueur ». Plutôt d’accord avec Micro Macro Crime City sur lequel je me suis flingué les yeux,par contre Paleo a suscité chez moi un ennui poli dès les premiers tours de jeu et je n’ai eu aucune envie d’y revenir par la suite(revendu). J’avais tout misé sur un très probable triomphe de Narak que j’ai Adoré.

  • Phoebus77

    N’étant pas adepte des jeux coopératifs qui sont à la mode depuis pas mal de temps depuis Pandémic qui m’a toujours laissé froid, j’avais plutôt misé sur Narak car je trouve ce jeu non seulement bien édité mais magnifique à jouer et avec ma famille on adore. Une vrai course tendue pour arriver au temple et essayer de récupérer des fragments tant convoités. Je préfère les jeux compétitifs ou seules mes décisions comptent (petites entorses pour les jeux d’ambiance ou les jeux d’enquêtes). Malgré tout bravo aux gagnants.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :