Analyses & psychologie du jeu,  Jeux de plateau

39% des Français collectionnent. Et vous ? Collectionnez-vous les jeux de société ?

Une étude de l’IFOP vient tout juste de sortir. 39% des Français et Françaises collectionnent en 2021 un type d’objets. Et vous ? Collectionnez-vous les jeux de société ?


Collectionner n’est plus ringard

Il est loin le cliché éculé du Dîner de Cons, le film dans lequel le personnage de l’acteur Jacques Villeret avoue collectionner les monuments réalisés en… allumettes. Un personnage gentil mais, ridicule et ringard, dont on va se moquer pendant une heure et demie. Oui mais ça, c’était avant, peut-être. Aujourd’hui, la collection, c’est tendance !

Oui car nous aussi, nous avons notre petite marotte, des objets que nous collectionnons depuis plus ou moins longtemps : des timbres, des pièces de monnaie, des pins, des pogs, des coquillages ramenés de voyage (quand c’était encore possible), des cartes Magic ou Pokémon ou encore des… jeux de plateau.

Selon un sondage récent réalisé par l’institut français IFOP pour le compte d’eBay publiée ce 6 avril 2021, 39% pour-cent des Françaises et des Français disent collectionner en 2021 une série d’objets. Et ce pourcentage grimpe à 49% si on considère uniquement les moins de 25 ans.

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 3’001 personnes, réalisée par questionnaire auto-administré en ligne 5 au 10 mars 2021, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Au sein de cet échantillon ont été interrogés 1’157 collectionneurs et collectionneuses actuelles.

Comme quoi, cette image du collectionneur, plutôt âgé, est battue en brèche. Aujourd’hui, en France, et peut-être aussi ailleurs en Europe, selon l’étude, 39% des gens collectionnent un type d’objets, tout sexe et âge confondus. Même les plus jeunes de 20-30 ans collectionnent aussi ! Or, évidemment, les jeunes ne collectionnent pas les mêmes objets que leurs aînés.

Collectionner ? Oui, mais quoi

Aujourd’hui, 12% des 39% disent collectionner des pièces de monnaie et des billets, anciens, rares et étrangers, des timbres, livres anciens, de disques, des cartes postales. Tout un tas de possibilités d’objets aujourd’hui moins actuels, devenus justement intéressants, cohérents et pertinents à la collection. Des collections plutôt réservées pour les populations plus âgées et « désertées » par les plus jeunes.

Les jeunes collectionnent plutôt, eux, des objets en lien avec une consommation plus moderne, telles que de figurines, des cartes à jouer ou des… baskets (les chaussures, par les terrains).

Collectionner n’est pas tromper

Collectionner, oui, peut-être. Mais le problème, c’est que souvent, le collectionneur ou la collectionneuse sont les seuls à trouver ça… drôle et passionnant. La passion de l’un ou l’autre objet collectionné pourrait même parfois devenir un frein à la vie amoureuse. L’étude de l’IFOP a demandé aux gens interrogés s’ils avaient du mal à assumer leur collection. Environ un tiers des collectionneurs, 34%, disent avoir du mal à assumer auprès de leur entourage, famille, partenaire, collègues. Une minorité, donc. Une bonne nouvelle.

Sauf que.

Il y a toutefois bien une limite, c’est celle du couple, car une collection, ça peut prendre de la place. De la place en matière d’espace bien sûr, mais aussi en matière de temps et de budget. 36%, c’est le pourcentage des collectionneurs et collectionneuses qui admettent s’être déjà disputé avec leur partenaire au sujet de leur collection. Et pour 12%, la collection a pu être la raison, ou le sujet d’une rupture. En gros, si vous êtes en couple et que vous collectionnez, vous avez… une chance sur huit de vous séparer à cause de votre collection. Sympa…

Voici toutes les infographies réalisée par l’IFOP.

Et les jeux de société ?

En juillet 2018, la Tribune de Genève consacrait un gros dossier à la collectionnite, en s’intéressant à des gens qui se lancent dans des collections improbables : chaussures, effigies de vaches, skate et… jeux de société. Ils ont présenté le portrait de Patrick et de sa collection, plutôt impressionnante. Il faut avouer qu’avec plus de 6’300 jeux sortis en 2020, l’envie est grande de tout acheter !

Patrick, Genevois et grand collectionneur de jeux de société

Vous pouvez lire l’article de la Tribune sur la collection de jeux de société ici.

Et vous ?

Rebondissons sur l’enquête réalisée par l’IFOP pour la cibler sur vous, notre communauté, pour savoir si vous collectionnez, et quoi.

Si vous avez répondu oui,

3 Comments

  • LeLunaire

    Même si j’ai environ 80 jeux sur mes étagères, je ne considérais pas cela comme une collection. J’achète un jeu pour y jouer, pas pour l’avoir. Mais… je change de façon de voir depuis les jeux Unlock et Sherlock Holmes detective conseil. En effet, ce sont des jeux qui n’offrent pas de rejouabilité, donc logiquement je devrais les revendre ou les donner. Or… je les garde ! J’aime leurs boîtes et l’idée de pouvoir les reparcourir même en sachant déjà la solution. Il y a donc bien un aspect « collection ».

    A ce propos, pour ceux qui ont fini toutes les enquêtes de Sherlock, je signale un « livre dont vous êtes presque le héros » qui reprend le même principe (mais sans l’annuaire ni la carte) : « Larsen Hupin et le joueur d’échecs »(https://www.amazon.fr/dp/B092HJK33M).
    PS : j’ignore si j’ai le droit de poster un lien, si ce n’est pas le cas, que le modérateur modère 🙂

  • Mycael

    J’allais répondre au sondage, mais je suis partagé. Autant je peux dire que je ne collectionne rien (pas même le jeu de société) de manière générale, autant, je me demande si l’achat mensuel des sorties d’un JCE s’inscrit dans une forme de collection… De prime abord, j’aurais dit non. Il s’agit pour moi, avant tout, de jouer les scénarios/héros au fur et à mesure de leur sortie. Mais quand je vois la quantité de boîte de carte que ça représente, le doute m’assaille !!

  • Cactus

    A partir de combien de pièces parle-t-on d’une collection ? Est-ce que le simple fait « d’accumuler » fait de moi un collectionneur ? Ou bien faut-il ajouter d’autres critères, comme la recherche, la revente, la mise en valeur ou le stockage dans les « piles de la honte » ? Faut-il forcément imiter 30% de ses congénères de fâchant avec leur moitié pour s’établir collectionneur ?
    Bref. J’adore jouer, je suis admiratif des mécaniques de jeu mises en oeuvre et, encore plus, des illustrations, du matériel utilisé. Je dédie une pièce entière de chez moi au stockage de tous ces meeples dans leurs boîtes, je lis régulièrement les article de Gus et d’autres, regarde les vidéos de Chaps et des autres, je participe aux forums sur BGG, joue en ligne sur BGA, j’ai mon compte chez Philibert et chez la plupart des vendeurs en lignes et en boutiques, je pledge parfois sur Kickstarter, et, évidemment, j’organise mes soirées jeux lorsque le Covid ne s’invite pas à la table (rendez nous nos Corona !).
    Oui, je dois sûrement être un collectionneur, mais j’aime aussi me définir comme un joueur, un passionné du jeu, et de la société. Mince… je pense qu’il y a un virus qui m’a choppé 🙂

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :