Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Calico, le jeu douillet

Temps de lecture: 3 minutes

Calico, de quoi ça parle ?

Dans Calico, votre but est de créer la courtepointe la plus chouette, la plus douillette, la plus belle. Ce qui finira par attirer des… chats. Oui, parce que les chats apprécient se coucher sur des trucs doux (et mettre des poils partout). J’en ai trois, je les connais, ces boules de poil.

Une courtepointe est un type de couverture doublée, remplie de coton ou de duvet, piquée ou brodée, qu’on étend sur un lit. Elle se distingue de la couverture simple par le fait qu’elle se compose d’au moins deux épaisseurs de tissu enfermant un rembourrage. Elle peut être utilisée comme l’unique couverture du lit, ou bien comme une couverture d’ornement ajoutée par-dessus la couverture, et dans ce cas elle s’apparente à un couvre-lit ou à un dessus-de-lit. En anglais, on appelle ça un « quilt ».

Bon, soyons honnêtes, Calico est un pur jeu abstrait d’arrangement de patterns, de formes, de couleur, de tuiles. On repassera pour le thème.

Un 2 sur 5 sur l’ITHEM.

Et comment on joue ?

Les règles de Calico sont extrêmement fluides. On possède deux tuiles en main, on en pose une, puis on en pioche une autre pour compléter sa main. Voilà, c’est tout !

Lorqu’on réussit à compléter un objectif commun, un pion Chat se place sur le groupe de tuiles posées. Quand on réussit à placer un groupe de trois tuiles de la même couleur, on place un autre pion pour l’indiquer. Avec le petit twist que son plateau personnel, son quilt indique trois objectifs précis, qui indiquent un arrangement spécifique de tuiles à placer tout autour : formes, couleurs, paires, brelan, etc. Ces tuiles Objectifs prennent de la place et demande qu’on les réussisse pour grapiller plus de points.

Et comment on gagne ?

Une fois les courtepointes finies, une fois son plateau rempli, on additionne toute cette ribambelle de points : pions Chats, objectifs sur son plateau, groupe de couleurs.

On calcule un peu tout de tous les côtés. Impossible de connaître son score, ou celui des autres, avant la fin. On essaie de faire au mieux.

Interaction ?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Calico atteint 1 sur 5.

Pourquoi ?

Parce que dans Calico, on joue dans son coin de couette, à choisir les meilleures tuiles, les meilleurs arrangements. La seule interaction repose dans le choix de la tuile à piocher à la fin de son tour, qu’on peut chouraver à quelqu’un d’autre qui aurait pu la convoiter. Mais c’est un peu tout. Une interaction, comme une couette, toute en douceur (mais distante).

À combien y jouer ?

Calico peut se jouer de 1 à 4. Toutes les configurations tournent très bien !

À partir de quel âge y jouer ?

Le jeu indique dès 12 ans. On peut tout à fait y jouer avant, dès 8-10 ans.

Calico, verdict

En ce qui concerne le matériel, les illustrations sont superbes, très colorées, ce qui donne un jeu chamarré qui nous emmitoufle dans un univers douillet et chaleureux. C’est Beth Sobel qui les signe, qu’on connaît déjà pour son superbe travail dans Wingspan.

Calico est un jeu qui va plaire à celles et ceux qui recherchent un jeu d’arrangement de formes, cette tuile-ci comme ceci ici, celle-là comme cela là. Le but étant de trouver les meilleurs emplacements possibles. Au final, Calico est une sorte de casse-tête individuel joué à plusieurs.

Pas un jeu grandiose ou indispensable, mais un très beau, un très bon jeu dans sa catégorie de petits jeux de prise de tête. Calico fait un peu penser à Azul : tuiles, arrangement.

Calico, verdict final

Très bon !

Note : 4 sur 5.

Ce qui nous a moins plu ⛔️

❌ De l’analysis-paralysis possible. Quelle tuile placer où

❌ Des pions Chats difficiles à reconnaître, mais c’est un micro-détail

❌ Une interaction distante

❌ Un décompte long et fastidieux

Ce qui nous a plu ❤️️

✅ De superbes illustrations

✅ Une couverture qui donne envie de faire pareil, surtout en cette période troublée de pandémie : se lover au chaud, au creux d’une couette douillette

✅ Un (pseudo) thème tout douillet, tout chaleureux

✅ Les bordures de son plateau personnel, qui permettent d’initier la partie, les groupes, les arrangements

✅ Les différentes variantes proposées

✅ Des règles simples expliquées en une poignée de secondes

✅ Les « accomplissements » à cocher dans les règles, à la Zombie Kidz / Teenz

Et encore une chose

➡️ Vous pouvez trouver Calico chez Philibert ici

➡️ Et également chez Play-in ici

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous vous proposons un site sans aucune publicité. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Play-in. Ainsi, lorsque vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, vous nous soutenez. Grâce à vous, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

  • Auteur : Kevin Russ
  • Illustratrice : Beth Sobel
  • Éditeur : Lucky Duck Games pour la VF
  • Nombre de joueurs et joueuses : 1 à 4 (tourne très bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 12 ans (mais peut aussi se jouer plus jeune, dès 8-10 ans)
  • Durée : 30′-45′ (bonne estimation)
  • Thème : Courtepointe
  • Mécaniques principales : Tuiles, arrangements, objectifs

3 Comments

  • Déludik

    je ne trouve pas le décompte long et fastidieux , il est même plutôt simple.
    Sur chaque chat il y a une valeur , on les retire, on additionne et on le note sur le carnet
    idem pour les boutons , on les retire chaque boutons vaut 3 points et on les notes sur le carnet
    Le plus compliqué sont les tuiles personnelles, et même la le joueur qui a de son coté essayé de les atteindre tout au long de la partie sait à la fin de la partie ceux qu’il a fait ou pas.

  • Manu

    Pareil que Déludik, il y a trois additions à faire, c’est loin d’être insurmontable. La comparaison avec Azul me plaît bien, car justement je l’ai acheté en me disant que les sensations seraient un peu similaires. Mais je trouve la part de hasard trop importante : là où dans Azul le hasard ne tient qu’à la distribution des tuiles au départ de chaque manche, hasard qui frappe tout le monde et qui laisse une quantité de choix importante aux joueurs, dans Calico il n’y a que 3 tuiles visibles, on espère juste que le joueur précédent nous sortira une tuile intéressante. Donc oui j’ai trouvé le jeu sympa, mais j’attendais autre chose donc je suis un peu déçu, il ne détrônera pas Azul !

  • TheKingdom

    J’ai beaucoup aimé Calico.
    Tout d’abord graphiquement il comblera les joueurs occasionnels qui aiment « les petits chats mignons », par rapport à la froideur relative d’un AZUL.
    Certes il y a beaucoup de hasard dans le tirage des 3 tuiles mais tout cela est comblé par le fait que le jeu est fluide.

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :