Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Not Alone Sanctuary. Une deuxième extension fanfare

Temps de lecture: 3 minutes

Not Alone Sanctuary est la deuxième extension pour le jeu de science-fiction Not Alone. Une extension grandiloquente, mais brouillonne.


Not Alone fut sans conteste l’un des gros cartons d’Essen 2016 ! Un jeu qui a connu un tel succès fulgurant qu’il est rapidement devenu épuisé. Il a alors fallu patienter plusieurs mois pour le revoir arriver début 2017.

Not Alone est un petit jeu de cartes asymétrique semi-coopératif SF. Vous incarnez soit les survivants d’un crash sur une planète inconnue, soit la créature de cette même planète. Le but des premiers ? Attendre les secours, et éviter que la planète ne se débarrasse d’eux. Le but de la deuxième ? Capturer et tuer les envahisseurs. Oui, la créature xénomorphe est xénophobe

Sanctuary est donc la deuxième extension, après une petite extension « doudou » sortie il y a trois ans déjà en 2017. Que le temps passe vite…

Mais au fond, pourquoi des extensions ?

Ce sont plusieurs centaines, plusieurs milliers de jeux de société qui sortent sur le marché chaque année depuis 10-15 ans. Avec des nouveautés qui en chassent d’autres, comment faire alors pour maintenir un jeu « en vie » le plus longtemps possible, pour qu’il ne disparaisse pas des tables, remplacé par d’autres ?

Pour un éditeur, maintenir un jeu « en vie » ou la relancer représente une opération commerciale pertinente. L’un des choix qui s’offre aux éditeurs, peut-être la plus simple et évidente, consiste à publier des extensions.

Nous connaissons tous le cas de Dixit, sorti en 2008, dont les extensions sortent chaque année, avec de nouvelles illustrations pratiquement depuis… 12 ans ! Ou 7 Wonders. Ou… La liste d’exemples est longue.

Entre autres, à prolonger la durée de vie d’un jeu puisqu’on lui permet de se développer, de se réinventer, de proposer de nouvelles règles et sensations de jeu. Elles rajoutent de la richesse au jeu, de la profondeur, mais également de la diversité.

Et rien de tel qu’une petite extension pour relancer un jeu ! En effet, si un jeu est quelque peu en perte de vitesse, plus « à la mode » ou au-devant de la scène, disparu des radars ludiques, comme c’est le cas aujourd’hui de Not Alone, qui a connu un très beau succès à sa sortie en 2016, une extension lui permet de se refaire une petite jeunesse.

Not Alone Sanctuary

Cette extension est plus cossue que la première sortie en 2017. Elle propose de nouvelles conditions de victoire, un nouveau plateau, une quantité de nouveau matériel, de nouvelles règles. Bref, et comme avec le jeu de base, sertie dans une petite boîte, cette extension est époustouflante de densité ! C’est ouf de réussir à faire autant avec si peu. Une belle perf ludique.

Mais.

Et c’est souvent le souci des extensions.

Les extensions viennent rajouter une couche de complexité pour nous offrir une expérience de jeu plus profonde, plus riche, plus aboutie. Mais parfois, trop. Comme on dit, « more, is less ». Ici, avec Not Alone Sanctuary, c’est le contraire !

On rajoute des survivants à sauver, qui offrent des pouvoirs spécificiques, et de nouvelles cartes et pouvoirs pour la créature. Cette extension rajoute de nouvelles couches tactiques au jeu, de nouveaux choix, mais au final, beaucoup trop ! Le jeu perd de sa fluidité. Et au final, de son intérêt. On perd beaucoup trop de temps à devoir réfléchir quelle action, quelle carte, quel choix effectuer, et cela se ressent sur le rythme de la partie. Le jeu ralentit puis s’enlise.

Not Alone Sanctuary est une excellente extension. Puissante, profonde, passionnante, elle finit toutefois par brouiller et parasiter un bon jeu fluide, intense. Au point de lui soutirer tout le plaisir qu’on a y jouer.

Si la toute première extension en faisait peut-être trop peu, celle-ci en fait clairement beaucoup trop.

Not Alone reste un excellent titre de ces dix dernières années. Cela fait du bien de s’y replonger, de le redécouvrir en 2020. Mais pas comme ça.


Not Alone Sanctuary, Verdict final

Bof bof.

Une extension qui rend le jeu moins fluide, plus brouillon, plus lent.

Note : 2 sur 5.

Et encore une chose

➡️ Vous pouvez consulter les règles sur le site de l’éditeur ici.

➡️ Vous pouvez trouver l’extension Not Alone Sanctuary chez Philibert ici

➡️ Et également chez Magic Bazar ici

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité. Notre équipe prend soin de présenter des jeux. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Magic Bazar. Ainsi, si vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

  • Auteur : Ghislain Masson
  • Illustrateur : Sébastien Caiveau
  • Éditeur : Geek Attitude Games
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 7 (tourne mieux à 5-6, avec une personne qui incarne les créatures et les autres les rescapés)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (pas moins)
  • Durée : 45′ (bonne estimation)
  • Thème : SF
  • Mécaniques principales : Bluff, programmation, asymétrique, semi-coopératif
%d blogueurs aiment cette page :