Critiques de jeux,  Jeux de plateau

Le jeu du jour : Splendor Marvel

Temps de lecture: 5 minutes

Splendor Marvel, de quoi ça parle ?

Splendor, ça vous dit certainement quelque chose. C’est ce petit Engine-Builder fluide et fun sorti en février 2014. Ce fut le tout premier jeu des Space Cowboys, l’écurie « indépendante » d’éditeurs d’Asmodee. Six ans déjà. Gros succès à l’époque. Voici le reboot Marvel.

Voici donc aujourd’hui le reboot, adapté à la sauce Marvel, et plus précisément l’arc des Pierres de l’Infini, avec les 5 pierres et Thanos que l’on a pu voir dans les deux derniers films Avengers.

Dans Splendor Marvel, on passe sa partie à engager des super-héros Marvel, et des super-vilains aussi, tout ça pour défier et empêcher Thanos de récolter les 5 pierres et mettre fin à la moitié de la galaxie. Comme dans les deux films, ou à peu près, si ce n’est qu’on ne comprend pas trop pourquoi on paie en Pierres de l’Infini pour réunir une équipe, et pourquoi on fait appel aux méchants bien connus de l’univers Marvel. L’explication tient en deux mots : parce que.

Bref. Oubliez de vivre une aventure épique à coups de super-héros. C’est surtout ici la mécanique qui prédomine. Ne cherchez pas dans Splendor Marvel la cohérence, la narration.

Un 2 sur 5 sur l’ITHEM.

Et comment on joue ?

Les règles tiennent sur pas grand-chose. À son tour, soit on prend des jetons, qui permettent d’acheter une carte, soit on réserve une carte pour la jouer plus tard, soit on en achète une en payant son coût en jetons.

Voilà, c’est tout.

Splendor, et ce reboot 2020 Splendor Marvel est un jeu en format Engine-Buiding. Plus on joue, plus on développe un « moteur » d’acquisition. En effet, chaque carte achetée permettra d’obtenir une réduction pour les prochaines cartes, selon leur couleur.

Splendor Marvel, et comment on gagne ?

Dès qu’une personne a atteint 16 points, elle met fin au jeu et on passe au décompte. La personne qui a accumulé le plus de points grâce à ses cartes et à ses différents objectifs remporte la partie.

Et comme tout est visible, points, cartes, objectifs, s’instaure un climat tendu de course : faire mieux, aller plus vite que les autres.

Splendor 2014 VS Splendor Marvel 2020. Tout ce qui change

Hormis son thème, bien sûr, il y a deux changements majeurs dans le jeu. Pas des changements de règles en profondeur, mais deux ajustements qui vont quelque peu modifier le jeu, pour réussir au final à l’améliorer :

Les symboles « Avengers » sur les cartes. Certaines cartes affichent en effet un symbole particulier. Dès que quelqu’un en a accumulé 3, il se saisit de la tuile « Rassemblement » qui confère 3 points. D’autres personnes peuvent récupérer cette tuile, pour autant qu’on accumule alors plus de symboles « Avengers ». De quoi quelque peu augmenter l’interaction, à coups de majorité.

Dans le jeu d’origine de 2014, pour mettre fin à la partie il suffisait d’accumuler 15 points au total, puis on passait au décompte final. Ce qui générait parfois des écarts tout vilain. Dans ce Splendor Marvel 2020, cet écueil a été corrigé. Désormais, pour mettre fin à la partie, il faut totaliser 16 points. C’est tout ? Juste un point de plus ? Minute, papillon. En plus de ces 16 points, il faut également réunir deux autres conditions :

  • Avoir joué une carte de chaque couleur
  • Avoir obtenu un jeton vert, une toute nouvelle couleur, uniquement disponible lorsqu’on pose une carte de niveau 3

Ce qui ralentit un poil la fin de partie, et oblige de se diversifier. Et réduit le risque qu’une personne prenne une avance de ouf, irrattrapable, ce qui pouvait survenir dans le jeu de base. Cette toute nouvelle condition de fin de partie permet ainsi à tout le monde à la table de rester engagé jusqu’à la fin du jeu. On ne met peut-être pas fin à la partie, mais on se bat pour atteindre, voire dépasser les 16 points et ainsi remporter la partie. Subtil !

Interaction ?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Splendor Marvel atteint 2 sur 5.

Pourquoi ?

Parce que dans Splendor Marvel, hormis le fait de chouraver des jetons ou une carte convoitée par quelqu’un d’autre, l’interaction n’est pas frontale.

Splendor Marvel n’en demeure pas moins un jeu de course, accumuler le plus de points possibles, tout en essayant de mettre fin à la partie avant les autres en réunissant toutes les (nouvelles) conditions nécessaires.

Si le jeu d’origine de 2014 mettait en place un IGUS au ras des pâquerettes à 1 sur 5, ce reboot de 2020 monte un poil sur l’échelle, grâce aux symboles « Avengers » qui ajoutent une mécanique de majorité et augmentent ainsi l’interaction directe d’un cran.

D’un point de vue global, Splendor Marvel propose toutefois une interaction plutôt froide, distante.

À combien y jouer ?

Splendor Marvel se joue très bien de 2 à 4, quel que soit le nombre de personnes à la table. Le jeu tourne très bien avec toutes les configurations.

À partir de quel âge y jouer ?

Le jeu est prévu dès 10 ans. C’est une excellente estimation compte tenu des différents (petits) choix à prendre : quels jetons, quelle carte prendre.

Splendor Marvel, verdict

Splendor Marvel est un pur produit commercial qui fleure bon le licensing. On prend un univers très en vogue depuis le MCU pour l’adapter en jeu de société, en espérant appâter le chaland. Et ça marche ! Parce qu’autant le thème du jeu d’origine était… abscons, des marchands de pierres précieuses, autant ici on s’amuse à (re)découvrir les personnages Marvel.

On prend du vieux (jeu) pour en faire du neuf, ou à peu près. Alors certes, cela reste Splendor, mais avec un thème quelque peu plus… sexy et beaucoup plus geek. Et surtout, avec deux nouvelles règles, on a ainsi un (presque) nouveau produit qui donne de quoi (re)donner envie d’y jouer. Ou juste de le (re)découvrir. Splendor Marvel est un Splendor+, amélioré. Il n’offre pas de nouvelle expérience indispensable, mais réussit à proposer un jeu affiné, raffiné. Une question demeure : faut-il craquer pour cette nouvelle version si on possède déjà celle d’origine ?

Verdict final

Très, très bon !

Note : 4.5 sur 5.

Ce qui nous a moins plu ⛔️

❌ Splendor, rebooté. Rien de très original (si on connaît Splendor)

❌ Un thème copié-collé, absolument pas crédible

❌ Un éditeur qui surfe sur des adaptations de licences et qui préfère rester dans une certaine zone de confort : Unlock Star Wars, des Sherlock Holmes, du Time Stories…

❌ C’est ça, l’avenir du jeu de société ? Des rééditions, des reboots (Coucou Heroquest, coucou 7 Wonders 2020), des adaptations à n’en plus finir ? Entre légères améliorations et nouveaux thèmes, ça donne assez peu envie…

❌ L’univers Marvel. On surkiffe (comme moi), ou pas du tout. Avec ce thème, plus geek, plus pop culture, on laisse peut-être de côté une certaine frange de la population peu friandes des super-héros

❌ Une interaction distante

Ce qui nous a plu ❤️️

✅ Retrouver les personnages, tous les personnages Marvel. Surtout que pour les revoir au ciné, il va falloir attendre longtemps. Disney vient tout juste d’annoncer repousser Black Widow et The Eternals

✅ La mécanique d’Engine-Building, toujours aussi passionnante

✅ Un Splendor+, avec deux nouvelles mécaniques qui confèrent une réelle plus-value au jeu

L’envie de re-re-rejouer, pour faire mieux et gagner plus vite (que les autres)

✅ Des parties rapides, fluides et tendues

✅ Des parties à 2 autant bien qu’à 3 ou 4. Pas d’optimum

✅ Un jeu Grand Public expliqué en deux minutes. Un excellent Gateway Game, pour initier au monde chatoyant du jeu de société

✅  Un splendide matériel : un thermo parfait, de superbes illustrations, des jetons en plastique lourd

Et encore une chose

Vous pouvez télécharger les règles du jeu ici.

Vous pouvez trouver Splendor Marvel chez Philibert ici

Et également chez Magic Bazar ici

Et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games shop ici.

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité. Notre équipe prend soin de présenter des jeux. Nous entretenons des relations d’affiliation avec Philibert et Magic Bazar. Ainsi, si vous achetez un jeu en cliquant sur les liens menant aux boutiques, nous pouvons obtenir une petite part des revenus. Ceci nous permet alors d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles.

  • Auteur : Marc André
  • Éditeur : Space Cowboys
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 4 (tourne très bien à toutes les configurations)
  • Âge conseillé : Dès 10 ans (bonne estimation
  • Durée : 30′ (bonne estimation)
  • Thème : Super-héros
  • Mécaniques principales : Engine-building, objectifs, majorité

6 Comments

  • Rody Sansei

    À noter qu’on peut parfaitement utiliser ces nouvelles règles avec l’ancien Splendor, ça tourne parfaitement. Il n’y a pas l’équivalent des symboles Avengers, mais il y a quand même plus de variété grâce aux tuiles bonus qui sont bien plus nombreuse (10 contre 4 seulement dans la version Marvel).

  • JiDul

    Bonjour,
    merci pour cet article… j’ai tout du coup une petite question.
    sur les parties auxquelles j’ai participé récemment (splendor « classique »), 9 fois sur 10 (et même peut-être plus) le gagnant avait marqué un ou plusieurs « niveau 3 » à gros points. (et finalement pas rarement obtenu un tuile bonus).
    Cela arrive donc très souvent que le gain de la partie tourne autour de ces cartes à gros point (les réserver systématiquement, quitte à ne pas pouvoir les poser, et essayer d’éviter qu’elles ne sortent pour qq1 d’autre)

    J’ai l’impression que la condition de fin avec l’obligation d’avoir un « niveau 3 » ne fera que renforcer ce nécessaire opportunisme sur ces cartes « maitresses »… ou ne changera pas grand chose.
    Je me demande bien par contre ce que donne l’obligation d’avoir toutes les couleurs… A essayer très vite !!! 😉
    (est-ce que cela n’handicape pas encore davantage une stratégie basée sur la quette aux bonus ?)

    encore merci 🙂

    • Gus

      Bonjour Jérémie,

      De rien.

      Pour répondre à vos nombreuses interrogations : il faut essayer. Ces nouvelles conditions de fin de partie obligent de : se diversifier, se dépêcher, ne pas rusher sur une stratégie « petites cartes ». Les cartes de niveau 3 sont chères et difficiles à obtenir, ce qui permet ainsi à tout le monde d’en obtenir 1, 2 ou plus. Dans le Splendor d’origine, on pouvait très bien gagner sans en prendre. Avec ce reboot, c’est aussi possible, mais plus compliqué, et il faudra donc prendre le risque d’attendre que quelqu’un d’autre mette fin à la partie. Chaud !

      Bref, Jérémie, il faut essayer.

    • Laidzep

      Curieusement, on appliquait une règle maison qui se retrouve ici : posséder toutes les couleurs, qui permettait d’esquiver plutot efficacement l’effet win to win. Pas vraiment fan de Splendor, je ne me laisserai pas tenter par cette version, mais je trouve le thème plus cohérent, un poil plus vivant que la navrante platitude thématique du premier… Bon OK, ca reste du plaqué. Mais du plaqué or, objectivement (même si je doute d’apprécier davantage).

  • Phoebus77

    Ouais bon il faut être un fan de Marvel….C’est pour attirer la jeunesse. Il est vrai qu’un Splendor Seigneur des anneaux me tenterai mille fois plus…Mais je sens qu’avec un Splendor La guerre des étoiles ce sera les prochaine éditions… On a bien eu un Smallworld World of Warcraft… Tout est possible pour faire du neuf avec du vieux comme avec le Monopoly…. Bon coup Marketing !

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :