Jeux de plateau

THE FUZZIES, LE JEU QUI MONTE, QUI MONTE

Temps de lecture: 3 minutes

The Fuzzies, une boule après l’autre.

Wolfgang Warsch, l’auteur autrichien qui a créé, entre autres, The Mind et Les Charlatans de Belcalstel, entouré par deux autres auteurs, Alex Hague et Justin Vickers, vient tout juste de lancer une campagne Kickstarter pour son tout prochain jeu, The Fuzzies.

The Fuzzies, mais qu’est-ce que ?

C’est Jenga. Mais avec des boulettes.

Mais oui, vous avez bien lu.

The Fuzzies reprend le concept du Jenga. Il vous faudra empiler des éléments, et les retirer une à une pour les placer sur le haut de la structure. Sauf que dans The Fuzzies, au lieu de blocs, de barrettes en bois, il s’agit ici de… petites boulettes multicolores toute cute qui collent. Comme des testicules de nain de jardin à velcro.

Comme Jenga, dans The Fuzzies, de « fuzzy » en anglais, pelucheux, qui vient de peluche, vous allez devoir vous relayer pour déplacer des morceaux de la tour avant qu’elle ne s’effondre.

Au début de la partie, la structure est plutôt banale, conique, puis peu à peu, à mesure que vous placez une boule au-dessus, la « tour » devient du gros n’importe quoi. Moins conique, plus comique !

Oui, c’est du Jenga. Avec un sacré twist à la Wolfgang Warsch : les éléments collent les uns aux autres !

Des souris cartes et des hommes boules

À chaque tour, vous commencez par piocher une carte indiquant la couleur de la boule que vous devez déplacer. Vous prenez ensuite l’une d’elles de la couleur correspondante à l’aide d’une pince à épiler, ou de vos doigts, et vous devrez la replacer ailleurs sur la structure.

Et contrairement à Jenga, vous n’aurez pas besoin de placer la pièce sur les autres, mais n’importe où. À vous de choisir, du moment que vous ne faites pas tout tomber. Sinon, patatras !

Et non seulement la carte tirée détermine la couleur de la boulette à retirer, mais elle peut également afficher divers défis à relever. Tel que : jouer en fermant un œil, utiliser votre main non-dominante, placer la boule ici mais pas là, etc. Ces défis viennent épicer la partie et relever la difficulté d’un jeu de dextérité détonnant.

Si vous faites tomber votre boulette ou que vous ne respectez pas le défi, vous devez piocher une nouvelle carte. Et si la « tour » tombe, c’est le drame. Vous avez perdu, et les autres gagnent ! Comme Jenga.

Wolfgang Warsch, Alex Hague et Justin Vickers. Mais oui, ces trois noms d’auteurs vous disent peut-être quelque chose ? Ce sont eux qui ont déjà sorti le party-game de déduction Wavelength. Dans Wavelength, deux équipes s’affrontent pour deviner un niveau caché sur une roue.

Et en parlant de Jenga

Il y a quelques semaines, un record mondial de Jenga a été explosé ! Le plus de blocs posés sur… un seul bloc. Jenga est déjà assez difficile comme ça. Tour après tour, vous retirez un bloc de la tour pour la surélever. Mais faire tenir tout ça sur un seul bloc ???

C’est le 13 mai dernier que l’américain Tai Star Valianti, a officiellement battu son propre record du monde. Il détient désormais le record mondial de la plus haute structure qui tient sur un bloc vertical. Le champion (?) mondial a réussi à faire tenir 485 blocs (!!!!!), soit 54 jeux de Jenga, en une incroyable structure inversée. 

On dirait une pyramide à l’envers. Jenga devrait vraiment être utilisé dans tous les cours de physique à l’école.

La tour a tenu pendant neuf minutes. Avant que le fils du champion n’ait eu le droit de tout dégommer. Le rêve de tout enfant, soyons honnêtes.


The Fuzzies de Wolfgang Warsch, Alex Hague et Justin Vickers est actuellement disponible sur Kickstarter jusqu’au 21 août, pour un engagement de 19 $ pour obtenir une copie du jeu de base qui devrait arriver en décembre.

The Fuzzies, vous allez backer ?

À vous de jouer ! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :