Pharaon. Walk like an Egyptian

Temps de lecture: 4 minutes

Pharaon, de quoi ça parle ?

De la mort qui s’approche, et du besoin de préparer son passage dans l’autre monde

Le pitch :

 » Enfant de Pharaon, vous allez consacrer une grande partie de votre vie à préparer votre passage dans l’Au-Delà. Organisez des rites funéraires fastueux. Placez vertu et justice au cœur de votre existence. Chacun de vos actes sera jugé au moment de la pesée de votre âme ! « 

Soyons clairs. Le thème de Pharaon est plus que copié-collé. On passe sa partie à gérer des jetons carrés, on repassera pour l’immersion dans la fameuse civilisation antique. 2 sur 5 sur l’ITHEM

Et comment on joue?

Une règle qui s’explique en une phrase. Vous êtes prêt ? C’est parti :

Soit vous posez un ou plusieurs jetons « ressource » pour activer l’une des cinq sections, soit vous passez

Voilà, c’est tout

Sachant que toute la difficulté du jeu réside dans les contraintes de jetons, telle section demande tels jetons. Des contraintes qui se modifient au gré de la partie, avec un plateau en forme de disque qui effectue des rotations

Et selon la section retenue, on doit encore payer tel ou tel jeton

Reste encore à choisir quelle section activer pour obtenir quel avantage : ressource, PV, avancée sur une piste pour obtenir telle ou telle faveur, tels ou tels PV

L’autre sel du jeu repose sur sa mécanique extrêmement originale de passer : le ou les joueurs et joueuses qui passent avant les autres bénéficient d’avantages, de jetons « ressources », et plus les autres jouent et plus on va en obtenir à son « tour », comme si on continuait de jouer, mais pas vraiment. Passer tôt et vite ne devient donc pas un handicap. Malin

Et comment on gagne ?

Non seulement on va rafler des PV par-ci par-là en mode « salade de points de victoire », d’ailleurs le jeu vient avec son petit carnet de décompte, jamais une bonne nouvelle puisque ça prouve que ça va scorer, ratisser large

Mais surtout, et c’est tout le piment du jeu, chaque section, chaque partie du plateau propose des paires de décompte. On score à gauche, on score à droite. Se spécialiser dans une seule section n’est donc pas une bonne idée, mieux vaut chercher à rentabiliser les paires, voire à taper un peu partout

Interaction ?

Sur l’IGUS, l’échelle de mesure de l’interaction dans les jeux, Pharaon atteint un 2/5. Voire un poil moins, un 1.5/2, mais ce n’est pas possible sur l’échelle

Pourquoi?

Parce que dans Pharaon, on passe sa partie à bloquer les autres en s’appropriant les emplacements et en leur piquant des jetons dans la section Offrandes

La seule interaction « directe », et encore, consiste à passer avant les autres pour bénéficier d’avantages aussi longtemps que les autres continuent à jouer

À combien y jouer ?

On peut y jouer de 2 à 5

Alors autant le plateau s’adapte en fonction du nombre de joueurs et joueuses, plus ou moins d’emplacements dispo pour tendre la partie, autant à 2-3 l’interaction est morne

À 5, c’est la pire configuration possible, le jeu prend des plombes et les tours s’enlisent

C’est vraiment à 4 que le jeu prend son envol

Alors, Pharaon, c’est bien ?

Non, mais vraiment pas

C’est de loin le moins bon jeu de l’éditeur lyonnais, extrêmement sympathique. Leurs précédents titres, Fertility (plus copieux), CuBirds (plus léger), et surtout leur carton Paper Tales nous avaient ravis, enchantés. Là, avec Pharaon, hormis l’envie de vouloir s’arracher les cheveux, enfin, le peu qu’il nous reste), le jeu nous a laissé extrêmement froids, peu, pas emballés. La seule cohérence du jeu avec son thème ? Son aridité, comme le désert d’Égypte

Avec Pharaon, on a clairement affaire à du Hard-Fun à qui on a retiré un élément vital, le… fun

On passe sa partie à récolter des jetons carrés pour les poser dans différentes sections pour récolter des PV et d’autres… jetons. Rien ne passionne, rien ne palpite. Flatline

Et à force de chercher à vouloir optimiser son tour de jeu, à valoriser chaque jeton ressource, on passe sa partie à explorer, à examiner chaque section, chaque possibilité, les tours s’enlisent

Un jeu d’un gamedesign de ouf, tout est équilibré, tendu, mais au final, passer sa partie à cherche à optimiser le moindre petit jeton « ressource » devient poussif et rébarbatif

Alors certes, les Core Gamers qui aiment grésiller des neurones apprécieront, mais le jeu ne parvient à pas à proposer une expérience suffisamment trépidante et ample pour s’enraciner dans le paysage ludique. Vivement le prochain jeu Catch Up Games plus… rond, plus chaleureux

🔴 Pharaon, score final : 2/5

Ce qui nous a plu 👍

✅ Un gamedesign de ouf

✅ La mécanique de passer, qui confère des avantages tant que les autres continuent à jouer. Une mécanique extrêmement originale qui mériterait de se retrouver dans de nombreux autres jeux

✅ Des parties qui changent à chaque fois avec les paires d’objectifs

✅ Un jeu avec très, très peu de hasard, juste dans la pioche des jetons dans la section des Offrandes (mais voir plus bas), de quoi faire preuve de pure stratégie profonde

Ce qui nous a moins plu 👎

❌ Un thème copié-collé

❌ Un matériel plutôt quelconque sans patine

❌ Un jeu d’une aridité déconcertante

❌ Du pur Hard-Fun. Sans fun

❌ Rarement un jeu aura provoqué autant d’analysis-paralysis

❌ Le hasard dans la pioche des jetons dans la section des Offrandes, qui peuvent faire popper des éléments extrêmement lucratifs au petit bonheur la chance (exemple, 2 PV). Un moteur qui va à l’encontre de tout le reste du jeu, extrêmement stratégique et pas aléatoire

Et encore une chose

Vous pouvez consulter les règles de Pharaon ici

Et vous pouvez trouver Pharaon chez Philibert ici

Pour vous proposer une expérience de lecture plus agréable, nous ne vous proposons aucune publicité et tentons de rester le plus simples possibles. Notre équipe prend soin de recommander des jeux et espérons que vous apprécierez! Juste pour que vous le sachiez, Gus&Co entretient des relations d’affiliation avec Philibert. Ainsi, si vous achetez quelque chose en cliquant sur nos liens, nous pouvons obtenir une petite part des revenus, ce qui nous permet d’acheter d’autres jeux et de continuer à pouvoir vous proposer de nouveaux articles

Chez Magic Bazar ici,

Et si vous habitez en Suisse, chez Helvétia Games Shop ici

  • Auteurs :  Sylvain Lasjuilliarias, Henri Molliné
  • Illustratrice : Christine Alcouffe
  • Éditeur : Catch Up Games
  • Nombre de joueurs et joueuses : 2 à 5 (mais comptez plutôt 3 à 4. À 4 c’est le top. Jamais 5 !!!)
  • Age conseillé : Dès 12 ans (c’est un peu optimiste. Disons 14, et on reste amis)
  • Durée : 90′ environ
  • Thème : Egypte Antique
  • Mécaniques principale : Objectifs, placement d’ouvriers de ressources