Celestia, l’Escape Room. La première salle dont je n’aurais jamais voulu sortir

Temps de lecture: 5 minutes

Celestia. Ce nom vous dit certainement peut-être quelque chose. C’est le reboot du jeu de société Cloud 9 lancé par l’éditeur d’Annecy Blam ! en 2015

Celestia, le jeu de plateau, parle d’un voyage en dirigeable d’une troupe d’aventuriers et aventurières. Leur but? Essayer d’atteindre la ville magique bien connue appelée… Celestia

Le périple va les mener à travers plusieurs villes (dans les nuages, il faut préciser, pour saisir l’ambiance steampunk-onirique) qu’ils vont rencontrer en chemin

Sauf que voilà

Si dans le jeu de plateau les villes n’ont aucun caractère ou identité, à part visuelle, l’éditeur annécien s’est dit: mais au fond, qu’est-ce qui pourrait bien se passer dans ces villes à peine esquissées, traversées ? Et si on s’imaginait des trucs, des machins, des récits, des péripéties ? Et si on déclinait l’univers Celestia, pour l’enrichir et lui conférer une réelle texture narrative ?

Et là, bam (pas Blam ! Enfin si)

L’Atelier des Énigmes

Cette enseigne d’Escape Rooms sur Annecy, primée de la meilleure enseigne de la région Rhône-Alpes (en gros, à l’est de Paris) 2019, et également à Annecy, s’est dit, comme ça, paf, et si on émulait tout ça pour porter l’univers de Celestia pour en réaliser une salle IRL ? (ou c’est Blam ! qui en a eu l’idée. L’œuf, la poule, tout ça)

Le pitch :

« Une cité mystérieuse. Un capitaine d’aéronef atypique. Une étrange fondatrice d’une compagnie encore plus étonnante. Plus que jamais votre imaginaire prend vie avec Celestia ! L’histoire se déroule dans les cieux de Celestia. Et vous, en tant qu’explorateurs, avez décidé d’embarquer à bord d’un aéronef, piloté par le capitaine d’une compagnie de renom. Votre voyage vous aura amené à découvrir des cités incroyables ! Mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises, le capitaine décide de faire un détour sur une cité qu’il vous promet merveilleuse! Mais contrairement à la description qu’Amelia Lorna-Lou, la fondatrice de la G.2.L compagnie, en avait faite et de ce que vous a vanté votre capitaine, la cité est mystérieusement éteinte et calme. Profitez de votre escale pour tenter de rallumer la cité endormie !« 

En plein périple de Celestia, on fait une petite halte champêtre dans une ville aussi chatoyante qu’endormie. Le but de l’équipage ? Comprendre ce qui est arrivé à ses habitants et réussir à les réveiller (en règle générale, ça marche aussi bien avec un tube de Justin Bieber à coin, mais l’aéronef n’a pas Spotify)

On passe donc ses 60 minutes à enquêter, fouiller et résoudre des énigmes (oui, car on est bien dans une Escape Room) pour réussir l’aventure

Et ce qu’on en pensé ?

Nous l’avons essayé. Nous avons kiffé

Et ça commence avec un petit brief par un membre de la team de l’Atelier, en costume, qui vous plonge aussitôt dans l’aventure. Une sorte de psychopompe narratif vivant qui fera le pont entre le réel (dehors) et la fiction (dedans)

Alors évidemment, la perfection n’existe pas, et je défie quiconque de trouver une salle qui ne présente pas ses quelques défauts. Nous y reviendrons plus bas

D’abord, les plus ➕

L’immersion est puissante, on se sent véritablement transportés (c’est le cas de le dire) dans l’univers de Celestia, de cette ville surprenante. La narration est vraiment riche et scénarisée et bien construite

Côté techno 🔩 l’Atelier des Énigmes déchire. Grâce à des expertises et compétences en micro-ingénierie (c’était le domaine professionnel des concepteurs et staff de l’Atelier avant qu’ils ne se lancent dans leur enseigne), on est loin d’une salle amateur. La tech, l’électronique sont aux petits oignons bio, proposant des mécaniques toujours surprenantes qui n’a rien n’à envier aux effets spéciaux du cinéma hollywoodien

L’atelier de… l’Atelier

Le déco est également incroyable. Elle sert le récit de manière puissante et cohérente. On se croirait vraiment dans cette ville aux confins du fantastique et de l’onirique

>>> À lire : tous les secrets pour développer des Escape Rooms

Les énigmes sont de très bon niveau et très intéressantes

La muz 🎵 est également balaise. C’est un groupe annecien (encore ?), Zikali, qui a composé la musique exprès pour la salle. Une belle collaboration / émulation à trois, Blam ! Atelier et Zikali

❤️Bref, on a vraiment, vraiment beaucoup aimé❤️️

Mais, parlons des moins, quand même ➖

La salle est longue, très longue, peut-être trop longue. Les concepteurs ont voulu mettre beaucoup de fatras et d’énigmes pour proposer une expérience riche et ronde. Mais au fond, la salle pêche par son côté exhaustif. Less is more. Ici c’est malheureusement le contraire car en terme d’énigmes, de matos et de narration il y a beaucoup, vraiment beaucoup. On en a clairement pour son argent ! Il y a toutefois tellement d’éléments à découvrir, à résoudre qu’on finit par rusher pour tout faire. On perd en contemplation, en appréciation. Parfois, juste pouvoir s’arrêter (dans une Escape Room, dans la… vie ?) et apprécier est…. appréciable

>>> À lire aussi : les 5 astuces pour gagner à toutes les Escape Rooms

De la recherche inutile d’objets. Le souci de la plupart des Escape, les nôtres y compris, mea culpa, nous en créons depuis 2012, et nous savons à quel point il est tentant pour les concepteurs d’Escape de placer des objets à retrouver. Mais là, on perd beaucoup (trop) de temps à chercher du matos, très bien caché qui plus est. C’est parfois rageant et souvent frustrant

Un début de scénario malheureusement trop linéaire, une trame d’énigmes en « chemin de fer ». Nous avons fait la salle à deux, je n’ose pas l’imaginer à 5-6 (au max) avec des équipes qui patinent en attendant que certaines énigmes se débloquent. Bref,un début plutôt poussif. Mais une fois la machine lancée on avance vite et bien

Une énigme, une machine (mais je n’en dirai pas plus pour ne spoiler) qui fait plus dans l’esbroufe technique que dans l’intérêt générale de la pièce. Cette machine au final fait perdre trop de temps de jeu de manière inutile. Et elle bugue. On pourrait s’en passer

Bref

Et si vous ne connaissez pas le jeu de société éponyme, pouvez-vous quand même jouer, gagner à cette Escape ? Oui. Il y a quelques clins d’œil, mais rien de méchant. Evidemment, en connaissant l’univers on aura encore plus de plaisir, mais ce n’est de loin pas une condition sine qua non

Alors, va-t-on assister à une nouvelle tendance ? Des adaptations de jeux de société en… Escape Rooms ? Et pourquoi pas. Avec des Escape Games qui deviennent des jeux, comme Unlock, pourquoi pas le contraire ?

Si vous appréciez les Escape Rooms, foncez !

Et si vous appréciez l’aspect narratif, immersif des Escape Rooms, foncez (aussi) !

Et enfin, si vous habitez dans le Grand Genève, foncez ! Annecy et cette salle se trouvent à 15′ de Genève, à 3′ de la sortie de l’autoroute (sortie 16). Comptez 8 euros de péage par trajet. En fait, attendez, non. Même si vous n’habitez pas le Grand Genève mais la Côte d’Armor par exemple, venez quand même, je doute que vous en ressortiez déçu.e.s. En fait si, justement, vous en ressortirez déçus. De devoir en ressortir. On aimerait bien y rester plus. 2h de plus. Une journée de plus. Une semaine de plus. Tellement la pièce, l’univers sont palpitants

Nous conseillons la pièce dès 12-14 ans, difficilement avant vu sa complexité. Ha tiens, en parlant de complexité, Celestia l’Escape Room est plutôt dans le haut du panier. Ça peut être plutôt compliqué d’y emmener mamie pour sa toute première salle. Comptez y aller de 3 à 4, ça sera idéal pour bien avancer dans le jeu. À 2 c’est aussi faisable mais rock n’ roll

>>> À lire : Le big business des Escape Rooms

Et enfin dernière chose, la salle n’est malheureusement pas prévue pour PMR (personne à mobilité réduite). Mais quelle salle ne l’est… Ça serait un bon critère et concept, ça, non ? Développer des Escape Rooms inclusives pour personnes en situations d’handicap, moteur, visuel, auditif… Et l’indiquer avec un cachet officiel

Et encore une chose

Blam ! est en train de travailler sur un prochain jeu (pour enfants) pour décliner l’univers Celestia. Perso, j’attends surtout Celestia, le jeu de rôle. Là c’est banco (expression de 1992)

🔴 Pour tout savoir sur l’Atelier des Énigmes et réserver votre session, c’est ici

Pour tout savoir sur Blam !, l’éditeur de jeux de société d’Annecy, c’est ici

Pour commander Celestia (même si je me doute bien que vous l’ayez déjà tellement c’est un grand classique), c’est ici

Quelle salle nous conseilleriez-vous que vous avez beaucoup, beaucoup appréciée ? On se réjouit de découvrir vos coups de cœur ❤️️

4 responses to Celestia, l’Escape Room. La première salle dont je n’aurais jamais voulu sortir

  1. Mely says:

    Une salle faite pour les personnes malvoyantes est à thonon les bains avec evasiotempus : Salem. Tout est dans les sens puisqu’on est dans le noir. Déconcertant pour nous mais quand même très sympas à faire . 🙂

    Ps: comment ils sont arrivés à te faire faire l escape alors que moi j ai tenté pendant plus de 2 ans de te faire faire les Secrets de Bacchus qui est maintenant fermée hein? 😉

    • Gus says:

      Merci Mely pour ton message

      Salem pour les personnes mal ou non-voyantes ? Excellente initiative ! Merci pour l’info

      Bacchus, fermé ? Argh

      Et comment ça « j’ai tenté pendant plus de 2 ans de te faire faire » ? Je n’ai jamais reçu d’invite ni de fax de courrier recommandé ni signaux de fumée. Il faut dire que les Hauts-Savoyards ont clairement plus de moyens d’incitation : le reblochon (mais vegan. Du fauxmage). Vous, Rive Droite, vous avez quoi, hein?

      Dans quelques jours on publie le classement du Rapace. Est-ce que ton équipe va faire péter le TOP 3?

  2. giloo says:

    Hé, y’a pas que le Rhône-Alpes à l’est de Paris ! 🙂

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.