Les gamers échangent de plus en plus leur clavier pour des dés avec des jeux de société en pleine explosion

Temps de lecture: 3 minutes

Sur Gus&Co, nous vous parlons souvent de ces jeux vidéo qui sont adaptés en jeux de plateau, une tendance qui se développe de plus en plus. À ce sujet justement, cet article britannique est paru sur le Telegraph.co.uk ce samedi 31 août 2019. Super intéressant. Nous vous en proposons ici une traduction.

Par Mike Wright

Les gamers de jeux vidéo optent de plus en plus pour les jeux de société, l’impression 3D permettant de créer de vrais objets.

La tendance contribue à alimenter l’essor des jeux de société pour adultes, alors que les passionnés et les entreprises adaptent les jeux vidéo connus en jeux de plateau.

Le résultat est que de plus en plus de joueurs et joueuses échangent leurs pad de console et leurs claviers contre des figurines et des dés, alors que les joueurs racontaient au Sunday Telegraph qu’ils étaient attirés par le plaisir d’une soirée chez leurs amis par rapport au monde de plus en plus toxique des jeux en ligne.

Alex Heath, un artiste concepteur indépendant âgé de 32 ans qui travaille dans l’industrie du jeu vidéo depuis une décennie, a déclaré il y a cinq ans qu’il «n’aurait pas pensé un jour à jouer à un jeu de société».

Devenu lui-même un joueur passionné, il conçoit maintenant son propre jeu de société, The Floor is Lava, basé sur la mécanique de son jeu vidéo préféré, World of Warcraft, dans lequel les joueurs collaborent pour affronter leurs adversaires dans un cadre fantastique.

Il a déclaré: «Les jeux de société reviennent en masse et je pense que les jeux vidéo ont un rôle très important à jouer à cet égard. »

Concept art du jeu de société The Floor Is Larva

Concept art du jeu de société The Floor Is Lava CRÉDIT: ALEX HEATH

«Désormais, avec la facilité d’impression et de modélisation 3D, la possibilité de créer un jeu de société et la connaissance des mécanismes de jeu, le nombre de jeux de société créés jusqu’alors était difficile et coûteux. »

La tendance se développe depuis plusieurs années. En 2016, deux designers britanniques se sont fixés comme objectif de collecter 50 000 £ sur le site de crowdfunding Kickstarter pour créer un jeu de plateau du jeu populaire Dark Souls.

La paire a déjà levé plus de 3,7 millions de Livres Sterling et développé plusieurs versions du jeu.

Les grands fabricants de jeux cherchent également à tirer profit de cette tendance. Le géant américain du jouet Hasbro a récemment publié une version du Monopoly basée sur le célèbre jeu vidéo Fortnite.

La tendance s’inscrit dans le contexte d’un marché florissant des jeux de société, qui devrait connaître une croissance de près de 10% au Royaume-Uni en 2022, d’après les analystes de GlobalData.

Patrick O’Brien, directeur de la recherche sur le commerce de détail au Royaume-Uni chez GlobalData, a déclaré que la croissance était principalement tirée par la demande de jeux de société pour adultes, le marché des enfants étant de plus en plus limité par le jeu vidéo.

Dark Souls - The Board Game, de fabrication britannique, basé sur le jeu vidéo éponyme

Dark Souls – Le jeu de plateau, créé par des britanniques et basé sur le jeu vidéo éponyme CRÉDIT: DARK SOULS ™ – LE JEU DE PLATEAU

« Le marché des jeux de société est en pleine croissance, mais il est largement alimenté par la demande de jeux directement destinés aux adultes », a-t-il déclaré. «Tout comme les marchés de la musique et de la vidéo, le marché des jouets a dû faire face à une concurrence accrue pour les dépenses accrues des enfants pour des divertissements numériques. Non seulement les jouets ont dû faire face aux dépenses liées aux consoles de jeu vidéo et aux jeux, mais également aux dépenses liées aux applications et aux jeux. ”

La demande de jeux de société basés sur les jeux vidéo est également alimentée par les réactions des anciens joueurs contre la toxicité du monde des jeux en ligne.

Paul Canavan, illustrateur indépendant d’Édimbourg, ancien directeur artistique pour une série de grands titres Triple A (NdT : les titres « classieux » à grosse prod) tels que Destiny 2, s’est dit convaincu de se lancer dans la création artistique pour les jeux de plateau et de cartes en raison de l’essor actuel.

Il a déclaré que, malgré une pollinisation croisée naturelle entre les jeux vidéo et les jeux de société, qui partageaient souvent des mécanismes de compétition similaires, les joueurs plus âgés étaient de plus en plus attirés par l’aspect social consistant à jouer face à face (NdT : le lien, la raison principale qui plaît dans le jeu de société) plutôt que via des écrans.

M. Canavan, 32 ans, a ajouté: «Beaucoup de gens se lancent, la communauté [du jeu de société] est plus sympathique. La communauté des jeux vidéo est extrêmement hostile et difficile à gérer. Les jeux de société et les jeux de table forment une communauté agréable et bienveillante (NdT : c’est VRAI ! 😍)

«Il y a quelque chose de foncièrement agréable à aller chez ses amis et à jouer avec des gens réels et quelques bières.» (NdT : les Anglais et la bière, une véritable histoire d’amour…)  

Que pensez-vous de cette tendance ? Verra-t-on de plus en plus de gamers se tourner vers le jeu de société ?

9 responses to Les gamers échangent de plus en plus leur clavier pour des dés avec des jeux de société en pleine explosion

  1. Brice B says:

    Je pense qu’il y a de forte chance pour qu il y ai encore des adaptations de jeux vidéo en jeux de société . Il n’y a qu’à voir sur Kickstarter pour voir la tendance ( Assassins Creed , Street fighter, Hard west et bien d’ autres à venir comme Metal Gear…).
    Il y a une triangulation entre les univers du Jeu vidéo, du jeux de société et aussi de la bande dessinée ou comics et on peut facilement faire la passerelle entre ses univers.
    L’idée de les matérialiser permet de créer sa propre histoire avec des amis et je pense qu il y aura beaucoup d’adaptations à venir.

  2. STEPHANE Dumain says:

    Je pense que c’est une tendance forte. J’ai adoré le jeu vidéo et j’ai travaillé des années dans le milieu mais depuis 5 ans j’ai tout lâché pour me mettre au jds car il crée un lien social bien supérieur : quel plaisir de voir la réaction des joueurs en live !
    Je trouve en revanche que le jds a encore du chemin à parcourir pour créer des univers immersifs et variés – mais vu l’explosion de l’offre on en prend le chemin. L’apprentissage des règles est aussi le point noir pour des non joueurs. Mais ça viendra !

    • Aurélien says:

      Pour moi, l’apprentissage des règles, c’est presque un jeu dans le jeu. Ca fait partie du plaisir de jouer que de se plonger dans les règles ou de se faire expliquer un jeu et de rentrer dans des mécaniques nouvelles pour apprendre à dompter la bête.

  3. Aurélien says:

    Je pense que la tendance est réelle et palpable.
    En ce qui me concerne, je suis (j’étais ?) un très gros consommateur de jeux vidéo (PC principalement) et j’ai pu rejoindre des rédactions sur le web pour devenir journaliste amateur (principalement de RPG).
    Aujourd’hui, j’ai presque complètement délaissé les jeux vidéo au profit des jeux de plateau solo et coopératifs (surtout des decks buildings) et, hormis Cyberpunk 2077, il n’y a rien dans l’offre actuelle et à venir qui me donne envie d’y retourner.

    Les raisons sont plurielles pour ma part :
    – le plaisir de la matière (jetons, cartes, sleeves, plateau, playmats…) et de la manipulation sont réels et procurent de vrais sensations.
    – la déconnexion : j’en avais assez d’être fixé sur des écrans et je ressentais un véritable besoin (vital ?) de m’en détacher pour revenir à une forme ludique « pure » et sans souci (électrique, wifi, abonnement…).
    – l’envie de perdre. La victoire à certains jeux (Horreur à Arkham JCE, Aeon’s End, Legendary Encounters…) est d’autant plus savoureuse que l’on s’est pris de sérieuses vestes pour y arriver. Le sentiment de réussite et la joie qui en découle sont monstrueux avec les jeux de plateau. Or, avec le jeu vidéo, on gagne toujours : le game over a quasiment disparu, ne laissant aucun challenge ni aucune tension aux sessions de jeu.
    – pas de cloud et la propriété : je suis propriétaire de mon jeu de plateau et je pourrais y rejouer dans 15 ans (pour peu que j’en ai pris suffisamment soin). La plupart des jeux vidéo actuels sont sauvegardés sur des serveurs distants, on n’est pas forcément propriétaire de ses jeux (merci Steam qui vend des licences d’utilisation, à la différence de GOG).
    – l’intérêt dégagé par le jeu physique. Une bonne session de jeu de plateau créé de l’envie chez mes filles et ma femme, à l’inverse des jeux vidéo. Et je me retrouve avec une compagne qui s’éclate sur Villainous et ma fille de 4 ans et demi qui veut systématiquement m’aider à « sliper » mes cartes (leur mettre des petits slips comme elle dit…)

    Au final, le jeu vidéo, c’est bien, j’en ai bouffé des hectolitres de pixels et de clics. Aujourd’hui, ça me fait l’effet d’un bon ami dont je me sépare avec le sourire car toute bonne chose à une fin. Une page se ferme, une autre s’ouvre.

    • Panzermeister says:

      « le game over a quasiment disparu » : je ne sais pas comment vous appelez perdre 3 fois de suite dans un jeu de combat célèbre (et céleste aussi, un peu) ?
      Sur l’écran de l’autre il y a bel et bien « you win » qui s’affiche…
      Er c’est frustrant… grrrrr…
      Grrr…
      Bon, je vous l’accorde, entre sauvegarde et quêtes secondaires, le vrai « game over » a plus ou moins disparu.

      • Aurélien says:

        Dans un jeu de combat, c’est différent, il n’y a pas de progression dans le jeu à proprement parler (idem pour un jeu de sport ou de courses).
        A l’inverse, il existe bien des jeux (XCOM, Divinity Original Sin 2, Phantom Doctrine…) qui proposent un mode « iron man » (une seule sauvegarde) qui impliquent profondément les joueurs, voire de nombreux rogue-like (ou lite).
        Mais le jeu de plateau a ceci de grisant qu’on ne peut pas sauvegarder en milieu de partie : je me vois mal revenir au troisième tour d’une partie d’Aeon’s End en étant en fin de partie !
        Au final, on est bien d’accord, le vrai game over n’existe plus vraiment.

  4. DarkTsume says:

    Oula… un article qui parait intéressant si son approche n’était pas flingué avant même d’arriver à la moitié du texte….

    Pourquoi je dis ça ? D’un morceau que je connais, puis qu’ayant participé au Kickstarter de Darks Souls, jeu qui n’a pas été envoyé en totalité à l’heure actuel, qui a provoqué l’ire des joueurs, car au final il est loin d’être intéressant et donne un côté bâclé, ainsi que l’attente surprise (plus de 3 ans pour le recevoir) et la mauvaise communication des auteurs à tous les sujets.

    On voit d’ailleurs que l’auteur du texte ne semble pas maîtriser le fonctionnement du site KS. Puisque les 50k £ ne sont pas une somme attendu… si ils voulaient cette somme ils auraient mis en pallier dixx fois moins. Ce n’ai pas une petite somme pour un KS, les gars n’était pas a leur premier jeu, ils ont une société proposant d’autres jeux, c’est comme tout KS une somme palier pour permettre de rajouter rapidement du contenu. La somme escompté était de l’ordre de 500 000 !! Monolith avec son Batman à expliqué que même avec de grosse sommes atteignant presque 3M, c’était très difficile économiquement.
    D’ailleurs, la supervision par Bandai Namco/From Software était importante, donc c’était une opération compliqué, qui n’ait pas representative d’une simple commande car le JDS fonctionne. Bref…
    Et les créateurs n’ont pas sorti plusieurs versions, ils galèrent déjà a finir leur première… >_<

    Si on parle du monopoly fortnite… c'est juste une opération de la marque Hasbro pour attirer des jeunes joueurs et collectionneur sur leur jeu et absolument pas pour consolider le marché du JDS…. qui d'ailleurs se porterait mieux avec la disparition de ces marques du siècle passé, qui ne font que faire de la mauvaise pub. Pourquoi si peu de personnes s'intéressaient au JDS ? Car ceux dont on voyait les pubs, et qu'on retrouvait en boutique grand public étaient des jeux sans saveurs, qu'on considérait pour les gamins… Et à forte raison.
    Asmodée est la marque la plus forte qui a permis de faire connaître un peu plus le jds morderne au grand public, mais vous ne les citez pas…. un comble… -_-

    Bref, si tout le monde met du sien, cet article est vite démonté. Surtout que ce n'est pas les adaptations de jeux vidéo qui sont preuve de qualité, à l'instar du cinéma, on a que très peu d'adaptation qui nous permette d'avoir un bon jeu sur table. la JDS dans sa globalité….
    D'ailleurs comme évoqué dans les commentaires, le culture Comics est un grand soutien aussi.

    Et je n'ai pas encore évoqué, le coût du jeu de société ? Dark souls JDS c'est + de 300e pour tout le contenu… le prix de la consoles plus la trilogie en occasion….
    Le Batman de monolith, c'est plus de 600e pour un seul Jeu !! (aussi important soit le contenu, c'est un demi-SMIC pour rappel)
    Euh… comment dire… c'est un marché de niche qui le restera, aimé le jeu de société c'est une chose, pouvoir s'en offrir c'est plus compliqué, le jeu vidéo à une belle vie devant lui, pendant que le jeu de société devra renouveler d'effort pour arriver à survivre en innovant.

    Je finirais par le fais, que beaucoup de joueurs de jds, ayant pas forcement le temps de se reunir (travail, enfants, etc) vise souvent le JDS avec des mode solo, et c'est souvent une condition "Sine qua non". Le jeu vidéo lui permet de jouait avec d'autre personnes sans pouvoir se réunir.

    Bref, c'est bien d'avoir tenter un tel article, mais c'est digne d'un 20Minutes ou d'un Metro… de l'information vite faite sans connaissance ni documentation de l'auteur…

    • Aurélien says:

      Comme tu peux le constater, il s’agit de la traduction d’un article publié par le Telegraph et non d’un article original rédigé par Gus&Co (c’est pourtant précisé en introduction).
      Ensuite, le fond de l’article traite du rapport étroit qu’entretiennent jeux vidéo et jeux de plateau, et de comment ces deux univers s’entremêlent au sein d’une communauté assez disparate finalement.
      L’échec d’un KS n’a pas grand chose à voir avec l’article en lui-même mais ta réaction a au moins le mérite de traiter du sujet économique des financements participatifs ainsi que du budget jeux de manière générale. Vaste terrain de discussion !

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.