Ludique, l’expo qui transcende le jeu dans l’Antiquité

Temps de lecture: 3 minutes

Est-ce qu’on jouait déjà dans l’Antiquité ?

Ludique, c’est le nom d’une exposition qui a commencé le 20 juin dernier jusqu’au 1er décembre à Lugdunum, le Musée gallo-romain de Lyon

Trente ans après la dernière exposition sur le thème du jeu dans l’Antiquité en France, le Musée de Lyon explore à nouveau le monde des jeux et des jouets. Fidèle à son sujet et à la dimension sociale, voire cosmologique du jeu dans l’Antiquité, l’exposition lyonnaise (qui reprend un projet monté à Nyon en Suisse en 2014 : Veni, vidi, ludique) se présente comme un apprentissage ludique qui entend faire écho à la formule d’Aristote : “Joue et tu deviendras sérieux

Et pourquoi le jeu ?

Un objet symétrique étranglé dans sa partie médiane est-il un coquetier, un bougeoir ou… un diabolo ? Une figurine d’animal placée dans une tombe d’enfant a-t-elle pu servir de jouet ? Un cône en verre prolongée par une tige rectiligne est-il une toupie ?

Activité de l’esprit qui peut mobiliser les mains ou le corps tout entier, le jeu est d’abord une construction imaginaire qui n’a pas forcément besoin de manipuler des objets, mais il peut aussi laisser des traces matérielles qui interpellent l’archéologue

L’exposition fait une large part au monde grec qui, là encore, semble avoir tout inventé, ou presque. Les nombreuses images (vases peins, figurines…) sont complétées par des textes qui donnent souvent des précisions différentes, par exemple sur les règles. C’est probablement dans le monde grec qu’est née cette idée selon laquelle le jeu contient et représente le monde

D’ailleurs, en parlant de règles de jeux anciens, cet article ne vous aura pas échappé, les IA sont à présent capables de reconstituer des règles perdues de jeu

Dans les villes romaines, les jeux pratiqués sur les marches des places publiques ne semblent pas relever des seuls loisirs : les joueurs qui s’y affrontent avec passion, mais sans haine, symbolisent une certaine forme de société idéale romaine

A travers trois cents pièces venues de trente-huit musées différents, le visiteur et la visiteuse peut déouvrir quelle était, dans l’Antiquité grecque et romaine (du VIe s. av. J.-C. au Ve s. apr. J.-C.) la place des jeux et des jouets au cours de la vie, de la petite enfance à l’âge adulte et le rôle social, religieux, identitaire et politique qu’ils pouvaient jouer

Au passage, voici une carte des sites archéologiques dans lesquels ont été découverts des jeux de plateau antiques, réalisée par Locus Ludi, le département de l’université de Fribourg en Suisse qui travaille sur le domaine du jeu dans l’Antiquité. Cliquez sur les différents spots pour obtenir plus d’informations

La base

Certains jeux ont traversé les millénaires à l’image du hochet, de la toupie, des osselets. La base de certains de nos jeux actuels

Symbolique

Dans l’Antiquité, ce que nous interprétons aujourd’hui comme étant de simples jouets avait une valeur différente. C’est le cas de ces poupées qui représentent des femmes adultes, sortes de « Barbie » antiques. A l’époque, elles avaient une fonction symbolique, représentant la séduction de la mariée et renvoyant les femmes à leur destin : devenir épouse et… mère. On était encore très loin du #metoo

Dédé

Parmi les jeux les plus prisés dans l’Antiquité, ce sont bien sûr les dés, qui occupent une place de choix. C’est Palamède, un héros grec, qui aurait inventé le dé et les jeux de plateau tels que nous les connaissons durant la guerre de Troie. Une façon de distraire et de garder unis ses compagnons de bataille en attendant la reprise des combats. Du Team-Building avant l’heure. Les Escape Games n’existaient pas trop encore…

L’exposition propose même de placer des jeux actuels, de plateau et vidéo, pour montrer comment l’Antiquité est intégrée, montrée dans ces supports modernes

Et évidemment, l’exposition propose aux visiteurs et visiteuses de… jouer et tester ces différents jeux antiques. Conférences, activités, l’expo se veut didactique

Ludique 
Jusqu’au 1er décembre 
À Lugdunum, Musée et Théâtres Romains 17, rue Cléberg, Lyon 5e 
Ouvert du mardi au vendredi de 11 h à 18 h, les samedi et dimanche : de 10 h à 18 h. 
Plein tarif : 7 €. Gratuit pour les moins de 18 ans.

Vous comptez aller y faire un tour ? Ou vous y êtes déjà allé ?

4 responses to Ludique, l’expo qui transcende le jeu dans l’Antiquité

  1. Yoh says:

    Merci pour cette info Gus. Je n’étais pas au courant de cette expo. Ma femme étant de Lyon, on ira faire un tour lorsque l’on montera voir la famille.

      • Piri says:

        Exposition faite hier, très sympa et didactique! On peut rester des heures dans la dernière pièce de l’expo qui permet de tester tout un tas de jeux ayant pour thème l’antiquité..je recommande pour les enfants et les grands enfants comme moi 🙂

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.