Grâce aux IA, des scientifiques découvrent des règles perdues pour d’anciens jeux de société

Temps de lecture: 4 minutes

Cet article extrêmement intéressant est paru sur Vice en anglais ce mercredi 21 août. Nous vous en proposons ici une traduction

Par Matthew Gault

Vous pouvez désormais jouer à des reconstitutions d’anciens jeux de société grâce à des scientifiques et à leurs algorithmes.

Cameron Browne ne voit pas les jeux comme vous et moi.

«Je [les déconstruis] dans leurs mécanismes», a-t-il déclaré. «J’ai une approche assez mathématique des jeux.» Cette perspective se présente lorsque vous êtes à la pointe de l’archéoludologie numérique, un nouveau domaine qui utilise l’informatique moderne pour comprendre les jeux anciens, comme Browne le fait.

Les humains jouent à des jeux depuis des millénaires et le plus ancien jeu de société connu est un jeu égyptien datant de 3’100 ans avant notre ère, appelé Senet. « Nous n’avons presque jamais les règles pour ces premiers jeux », a déclaré Browne. « Les règles n’ont jamais été enregistrées, notre connaissance est donc largement basée sur les reconstructions de l’historien. »

Browne est l’investigateur principal du projet Digital Ludeme, un projet de recherche basé à l’Université de Maastricht aux Pays-Bas, qui utilise des techniques informatiques pour recréer les règles des jeux de société anciens. Pour les aider dans ce travail, Browne et ses collègues travaillent sur un système polyvalent pour modéliser des jeux anciens, générer des ensembles de règles plausibles et les évaluer. Le système s’appelle Ludii et implémente des techniques informatiques issues du monde de la recherche en génétique et de l’intelligence artificielle.

Vous pouvez consulter le projet Digital Ludeme ici et essayer une version bêta d’une application qui vous permet de tester des reconstructions de jeux anciens tels que Hnefatafl, un jeu d’Échecs viking. Bien que les jeux soient imparfaits, l’idée est que les ordinateurs peuvent désormais aider les scientifiques à déterminer quelles itérations plausibles d’anciens jeux sont plus amusantes à jouer et donc plus susceptibles d’exister dans la réalité.

La première partie du processus, a déclaré Browne, consiste à décomposer les jeux en leurs éléments constitutifs et à les codifier en termes d’unités appelées « ludemes » dans une base de données. Les ludèmes peuvent être des pièces de jeu ou des règles existantes connues des archéologues. Une fois qu’un jeu est décrit en termes de ludèmes, il ressemble un peu plus à un programme informatique que les machines peuvent comprendre et analyser en fonction des motifs. Des informations culturelles, telles que l’emplacement du jeu, sont également enregistrées pour aider à évaluer la plausibilité de nouvelles règles de jeu.

En utilisant des techniques issues des algorithmes, l’équipe utilise ensuite les informations de la base de données pour déduire et reconstruire des ensembles de règles de plausibilité et de jouabilité variables pour ces jeux anciens.

« C’est là que l’IA moderne entre en jeu et nous aide à évaluer ces jeux sous un nouvel angle », a déclaré Browne. « Pour nous aider éventuellement à parvenir à des reconstitutions plus réalistes de la façon dont les jeux ont été joués. »

L’équipe utilise ensuite des algorithmes pour évaluer les ensembles de règles générés. Des IA jouent à ces jeux anciens et à leurs variantes et construisent des listes de mouvements. Lorsque les IA utilisent différents ensembles de règles, ils génèrent des données sur la qualité du jeu afin d’aider les chercheurs à déterminer si un ensemble de règles est viable.

Le plaisir est subjectif, mais Browne pense qu’il existe quelques critères universels. Les jeux doivent avoir une profondeur stratégique, un moyen de « revenir » pour les joueurs « largué », des victoires nettes, une durée raisonnable, et ils ne doivent pas se terminer par un match nul.

Les protocoles qui jouent aux jeux utilisent la recherche dans l’arborescence de Monte-Carlo, qui a été implémentée dans AlphaGo AI de DeepMinds. Cependant, l’équipe du projet Digital Ludeme ne souhaitait pas une intelligence artificielle aussi avancée qu’AlphaGo et n’a donc pas mis en œuvre la technologie de Deep Learning qui fait fonctionner AlphaGo. Ils n’ont pas besoin d’IA capable de battre les meilleurs joueurs humains au monde. ils ont juste besoin de quelque chose qui fonctionne.

Cette approche a déjà rencontré un certain succès. En 2018, les archéologues ont découvert un ancien jeu de société romain dans une tombe en Slovaquie. Comprendre l’ensemble les règles du jeu s’est avéré une tâche impossible pour les chercheurs, mais Browne et ses chercheurs disposent d’une version du jeu que vous pouvez jouer dès maintenant.

«Avec notre système, nous pouvons installer le matériel, rechercher des règles à partir de la date [de création], de la région, et du contexte culturel», a déclaré Browne. « Ensuite, nous pourrons rassembler les ensembles de règles susceptibles de s’être produits. »

Le dernier aspect du projet Ludii consiste à analyser la collection de ludèmes et d’informations culturelles de la base de données afin de déterminer les liens possibles entre les jeux anciens au fil du temps.

Le projet Digital Ludeme a déjà couvert tous les jeux connus découverts ou inventés avant 1875. « La révolution industrielle tend à être le point de basculement où les jeux sont devenus traditionnels et plus liés à un concepteur », a déclaré Browne.

L’équipe a créé des centaines de variantes de jeux historiques jusqu’à présent, bien que le lanceur Ludii (dont Browne m’a assuré qu’il ne soit qu’une version bêta) est difficile à utiliser pour le moment. Il y a une grande sélection de jeux, mais naviguer vers celui auquel vous voulez jouer et configurer la bonne intelligence artificielle est une corvée.

Il est important de noter que les outils informatiques développés par le projet Digital Ludeme ne sont pas destinés à supplanter la découverte manuelle, mais plutôt à la compléter. «Ce que nous essayons de fournir, dans le cadre du projet, est un outil pour la boîte à outils des historiens et des archéologues. Ainsi, ils peuvent procéder à des reconstructions plus éclairées sur la base des preuves dont ils disposent », a déclaré Browne.

Alors, si des IA sont capables de jouer à d’anciens jeux pour vérifier et reconstruire leurs règles, à quand un jeu de société entièrement créé par une IA ?

3 responses to Grâce aux IA, des scientifiques découvrent des règles perdues pour d’anciens jeux de société

    • Gus says:

      Hahahah merci Étienne j’allais justement rédiger un article sur cette expo 🙏🏼

      Bon week-end ☀️

  1. Fafa says:

    « Le plaisir est subjectif, mais Browne pense qu’il existe quelques critères universels. Les jeux doivent avoir une profondeur stratégique, un moyen de « revenir » pour les joueurs « largué », des victoires nettes, une durée raisonnable, et ils ne doivent pas se terminer par un match nul. »
    Ces « critères universels » me semblent discutables, les échecs peuvent se terminer par un match nul. Quand à la question de la profondeur stratégique, est-ce bien si universel? J’en doute avec tous les jeux de hasard à la profondeur stratégique quasiment nul actuellement, il n’est pas impossible que d’autres jeux soient comme cela avant.

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.