Les joueurs de jeux de plateau devraient-ils jouer le rôle de racistes, d’esclavagistes et de nazis?

Temps de lecture: 9 minutes

Après l’annulation de Scramble for Africa, où vont les jeux de société?

Cet article vient tout juste de paraître hier dans le célèbre New York Times. Nous l’avons trouvé extrêmement intéressant, il rejoint la discussion que nous avons eu, « peut-on jouer avec tous les thèmes ?« , c’est pour cette raison que nous vous en proposons ici une traduction.

Crédit Photo : Illustration du New York Times; Getty Images

Par Kevin Draper 

Dans l’explosion continue des jeux de société sur table, il existe de nombreux jeux sur la Seconde Guerre mondiale dans lesquels les joueurs deviennent des nazis. Il existe des jeux de guerre civile américains dans lesquels les joueurs jouent le rôle de la Confédération. Certains de ces jeux confrontent les victimes de l’Holocauste et les esclaves; la plupart ne le font pas, bien sûr, ils sont là si les joueurs choisissent de regarder.

Mais même les jeux mal conçus sur le thème de la guerre bénéficient souvent du doute. Ils sont généralement créés et joués par des personnes profondément intéressées par l’histoire. Ils privilégient la précision au plaisir. La plupart des jeux de ce genre sont accompagnés de longues listes de lecture et d’explications; les joueurs les traitent souvent comme un moyen d’apprendre l’histoire plus intéressante que de lire un livre.

Scramble for Africa était un nouveau jeu de stratégie, appelé «eurogame», qui contrastait le genre avec les jeux de guerre et les jeux de plateau américains plus axés sur la chance et axés sur la confrontation. Le joueur y « jouerait le rôle d’une des six puissances européennes en vue d’explorer l’intérieur inconnu de l’Afrique, de découvrir la terre et les ressources naturelles », comme l’indique la description du jeu.

Et ainsi, Scramble for Africa est devenu une proposition d’un jeu de société dans les guerres de culture très particulières, parfois déroutantes et très actuelles de 2019.

En tant que support créatif, les jeux de société sont fondamentalement différents du cinéma, du théâtre ou de la littérature. Bien que tous les grands arts soient profondément immersifs, le public de ces médias est principalement des observateurs. Regarder «La liste de Schindler» ou lire «Le journal d’Anne Frank» sont des expériences différentes que de comploter comme un nazi dans un jeu de société.

La vraie difficulté de la vie en Afrique consistait à piller une grande partie du continent africain pour ses ressources et sa population.

Sous le roi Léopold II de Belgique, entre 1885 et 1908 dans l’actuelle République démocratique du Congo, les historiens estiment qu’entre quelques millions et 10 millions de personnes seraient mortes des suites de la faim, de maladies, de meurtres et d’une chute du taux de natalité.

Il est largement reconnu comme l’une des colonisations les plus prédatrices de l’histoire. («La liste des massacres spécifiques enregistrés est encore longue», écrit Adam Hochschild dans «Le fantôme du roi Léopold». «Le territoire était inondé de cadavres, parfois à la lettre».)

Les colonisateurs belges étaient inhabituellement barbares, mais la domination des autres pays européens qui séparaient l’Afrique ne différait que par son ampleur, et non par sa nature, sur une vaste étendue du continent.

Joe Chacon, l’auteur de Scramble for Africa, a été accusé de ne pas traiter cette situation avec le sérieux recommandé. Dans son jeu, la sauvagerie qui faisait partie intégrante de cette exploration semble être traitée de manière mineure et triviale . Les joueurs doivent réprimer leurs révoltes et peuvent ralentir leurs adversaires en provoquant des révoltes indigènes. Les événements aléatoires comprennent des «sanctions pour atrocités» et des récompenses pour mettre fin à l’esclavage. La boucherie est gamifiée.

Peu de temps après l’annonce du jeu en février, des milliers de publications sur BoardGameGeek, la plaque tournante des jeux de société sur Internet , ont suscité le débat .

«L’Holocauste pourrait faire l’objet d’un jeu de gestion des ressources, mais la plupart des gens y verraient à juste titre qu’il est répréhensible», a écrit un utilisateur de BoardGameGeek. « Le Scramble for Africa, en tant qu’épisode historique, a été marqué par l’exploitation, l’esclavage des biens et la brutalisation d’un groupe ethnique que leurs oppresseurs considéraient souvent comme des êtres humains moins importants ».

«Les gens décident pour vous des sujets historiques que vous pouvez et ne pouvez pas jouer», a rétorqué un autre. « Cela s’appelle la censure. »

Certains arguments étaient précis et persuasifs. La plupart ne l’étaient pas. Il y avait des appels rhétoriques et des citations, beaucoup de penseurs cités comme George Bernard Shaw, Robert Heinlein et Heinrich Heine, avec exactitude ou non. Il y a eu de nombreuses invocations de censure et du premier amendement, et des répliques sur le fait que le premier amendement s’applique uniquement aux acteurs gouvernementaux et qu’il s’agissait simplement d’une expression du libre-marché.

Il y avait des pentes glissantes, des analogies erronées, des hommes de paille à gogo et l’identification joyeuse de ces erreurs qui sont endémiques à toute guerre de blabla. Il y avait des articles de troll, des références insultantes aux «guerriers de la justice sociale» et des analogies avec une censure supposée se dérouler sur YouTube et Facebook.

Finalement, après un millier de messages, dont des centaines ont été supprimés, le plus grand thread (=discussion) sur le jeu était verrouillé. «À ce stade, la seule chose qui se passe est que les vieilles braises soient rallumées et nous sommes maintenant en train de changer de politique», a écrit un modérateur.

Au cœur de ce débat, cependant, se posaient des questions nouvelles et provocantes sur ceux qui conçoivent les jeux, qui y joue, si les jeux sont de l’art, quels points de vue sont représentés et quelle responsabilité les jeux ont vis-à-vis de la vraisemblance historique.

Ces idées ont été au cœur de l’examen critique de la littérature, de la musique, du théâtre, du cinéma et même des jeux vidéo pendant des décennies, voire des siècles, mais n’ont commencé à être abordées que dans les jeux de société.

Gene Billingsley, le propriétaire de GMT Games, l’ éditeur du jeu, a réagi aux critiques en retirant le jeu, deux mois après son annonce. « Il est clair pour moi que le jeu est en décalage par rapport à ce que la plupart des joueurs d’eurogames attendent de nous, en termes de sujet et de traitement », a-t-il écrit dans un courrier électronique aux clients de GMT. (Ni lui ni le concepteur du jeu n’étaient disposés à discuter du jeu et de leur expérience avec le New York Times.)

La plupart des eurogames sont conçus pour maximiser le gameplay, ou mécanique, avec le thème après coup. Une critique commune à beaucoup de jeux est que le thème se sent collé. Avec si peu d’attention souvent portée à l’histoire, les rangs du jeu moderne historiquement inexact ou totalement raciste sont longs.

Dans le jeu Puerto Rico, longtemps classé meilleur jeu de société par les utilisateurs de BoardGameGeek (NdT : et par nous aussi) des pièces brunes appelées «colons» jouent les rôles que les esclaves Taíno ont vécu dans la vie réelle à Puerto Rico.

Dans un jeu appelé Manitoba, les joueurs sont des chefs de clan Cris. Pourtant, le jeu met en évidence des mâts totémiques, fabriqués par des Amérindiens et des membres des Premières nations qui vivaient à des milliers de kilomètres de là. (Les concepteurs de jeux italiens du Manitoba ont défendu les inexactitudes, mais ont également déclaré que c’était leur éditeur allemand qui avait choisi le thème.)

Et puis il y a King Phillip’s War, un jeu sur le conflit particulièrement sanglant du 17ème siècle entre les colons européens et les tribus indigènes dans ce qui est aujourd’hui la Nouvelle-Angleterre. Après la sortie du jeu en 2010, Julianne Jennings, professeure d’anthropologie et membre de la tribu Cheroenhaka Nottoway, a organisé une manifestation à ce sujet.

John Poniske, le professeur d’études sociales du collège qui a conçu ce jeu, a déclaré qu’il ne croyait pas que les personnes qui s’opposaient au jeu aient jamais vu une copie des règles, et encore moins y aient joué. «Je me réveillais chaque matin avec encore plus de commentaires (sur le web) du monde entier», a-t-il déclaré. « C’était fascinant, et c’était aussi un peu effrayant. »

M. Poniske, qui a créé un certain nombre de jeux sur les batailles et les guerres moins étudiées, a déclaré avoir conçu le jeu King Phillip’s War parce que le conflit était si influent et pourtant si peu connu. « Cela a conduit à la fondation des forces spéciales d’aujourd’hui », a-t-il déclaré. «Cela a fait plus de victimes que n’importe quelle guerre américaine par habitant à l’époque. Cela a conduit directement à des manifestations coloniales. »

Bien qu’il soit fermement en désaccord sur le caractère offensant de la guerre du roi Phillip, M. Poniske a déclaré que cet épisode l’avait amené à réfléchir plus profondément à l’effet de ses conceptions de jeu ultérieures. Il y a des thèmes, a-t-il dit, pour lesquels il ne créerait pas de jeu comme l’Holocauste.

L’un des jeux de stratégie les plus vendus de ces dernières années est Spirit Island d’Eric Reuss, dans lequel les joueurs jouent le rôle d’esprits différents qui coopèrent pour défendre leur île fictive contre les colonisateurs.

M. Reuss a déclaré avoir conçu le jeu en réaction à Puerto Rico et à d’autres célébrations du colonialisme; dans Spirit Island, les pièces représentant les colonisateurs sont en blanc, un choix qui inverse l’hypothèse selon laquelle les couleurs claires sont bonnes et les couleurs sombres sont mauvaises.

M. Reuss pense que Scramble for Africa aurait été adopté sans les critiques généralisées s’il avait été publié il y a de cela de nombreuses années, et il est heureux que les gens parlent de ses soucis. « Avoir une discussion controversée à ce sujet est toujours bien meilleur qu’il y a plusieurs décennies, alors qu’il n’y avait même pas eu de conversation », a-t-il déclaré.

La plupart des critiques de jeux de société récitent les mécanismes d’un jeu et la façon dont il est joué, en cherchant uniquement à répondre aux questions de savoir s’il est amusant et qu’il vaut la peine d’être acheté. Peu analysent les jeux de manière critique ou demandent ce qu’ils essaient de dire. Le passe-temps est encore assez petit pour que les critiques négatives soient souvent considérées comme des attaques personnelles contre les auteurs (NdT : c’est vrai ! Lorsque nous publions une critique négative on se prend souvent une volée de bois vert des auteurs et éditeurs…).

«L’un des aspects étranges du monde des jeux de société est que vous n’avez rien de comparable à un média mature», a déclaré Cole Wehrle, concepteur d’un certain nombre de jeux bien connus sur le colonialisme britannique. « Il n’y a pas vraiment d’infrastructure pour cette conversation. »

Brenda Romero, conceptrice de Train, un jeu éducatif de plateau de l’Holocauste surnommé «le jeu de plateau que personne ne veut jouer plus d’une fois», a souligné l’évolution du jeu vidéo. Il y a toujours une pénurie de jeux grand public avec une véritable prise de risque artistique, mais il y a une scène indépendante florissante avec des jeux primés sur le cancer et la crise des réfugiés syriens. Les développeurs s’attendent maintenant à ce que leurs jeux soient disséqués et critiqués.

Cela ne signifie pas que le changement, la diversité et la critique ont toujours été accueillis à bras ouverts. Les créatrices et critiques de jeux vidéo en particulier ont été harcelées et soumises à des menaces de mort, et la plupart des discussions en ligne sur les jeux vidéo sont toxiques. De nombreux jeux vidéo et la culture YouTube associée qui les entoure restent des points d’entrée pour les jeunes hommes mécontents qui deviennent des radicaux d’extrême droite .

Le passe-temps du jeu de société, surtout aux États-Unis, est essentiellement blanche et masculine, bien que, de façon anecdotique, cela semble changer. Wehrle et Reuss ont déclaré qu’ils voyaient davantage de femmes et de personnes de couleur jouer à des jeux et assister à des conventions de jeux de société.

Les rangs des auteurs de jeux de société évoluent toutefois plus lentement. Selon une étude , 94% des auteurs des 100 meilleurs jeux de BoardGameGeek étaient des hommes blancs (NdT : oui, c’est vrai). Ceci explique peut-être le point de vue de nombreux jeux. Leurs auteurs peuvent plus facilement s’identifier aux colonisateurs européens et non aux colonisés.

Tant que les Américains et les Européens domineront les jeux de société, les thèmes du colonialisme seront nombreux. « Vous pouvez créer un jeu à propos de n’importe quoi, mais vous devez être responsable de ce que vous fabriquez », a déclaré M. Wehrle, l’auteur.

M. Wehrle a décrit les jeux de société comme un «petit moteur de sympathie», car les joueurs incarnent directement un rôle. Les auteurs devraient se demander avec qui les joueurs sympathisent et pourquoi, mais il pense qu’ils devraient toujours créer des jeux avec des thèmes difficiles. « Il est utile de laisser les joueurs sympathiser avec une position moralement répréhensible, à condition que le gain soit plus important », a-t-il déclaré.

Dans son jeu An Infamous Traffic, sur les guerres de l’opium en Chine, M. Wehrle estime qu’il obtient les résultats escomptés en juxtaposant la sobriété à l’absurde.

Les joueurs agissent comme des marchands britanniques colonisant et s’enrichissant d’une entreprise répugnante, mais ils ne marquent des points qu’en dominant la London Season, une sorte de compétition de prestige entre aristocrates pour organiser des bals, gagner des régates et habiller les plus fantaisistes. (M. Wehrle a un doctorat en littérature sur le colonialisme britannique, ce qui lui donne un coup de pouce pour naviguer dans cet équilibre délicat.)

Il pense que Scramble for Africa a été un échec parce qu’il n’a pas eu de retombées similaires. «L’histoire de la mondialisation du 17ème au 19ème siècle, c’est celle que tout le monde enseigne déjà au lycée, particulièrement en Occident», a-t-il déclaré. « Donc, lorsque vous jouez à un jeu sur cette période, vous n’en apprenez rien, vous le reproduisez. »

Dans la plupart des pays africains, les jeux de société de stratégie ne sont pas un passe-temps normal. Kenechukwu Ogbuagu tente de changer cela. M. Ogbuagu est un concepteur de jeux de société, éditeur et organisateur de la première convention de jeux de société en Afrique de l’Ouest. Il dirige également un café de jeux de société à Abuja , la capitale du Nigéria.

Qu’une seule personne puisse faire toutes ces choses, qu’une seule personne doive faire toutes ces choses, montre à quel point les jeux de société sont encore peu connus au Nigeria.

M. Ogbuagu n’était au courant d’aucune scène de jeu de plateau en République démocratique du Congo et aucun des dizaines de milliers d’utilisateurs actifs de BoardGameGeek ne dit venir du pays, mais il connaissait l’existence de joueurs de plateau au Nigeria, en Afrique du Sud, Ouganda, Egypte et Kenya.

Alors que M. Ogbuagu importe certains jeux d’Europe, ses créations intègrent des thèmes nigérians parce que les joueurs nigérians trouvent qu’ils sont plus faciles à comprendre, a-t-il déclaré. Son jeu Irin Ajo présente la géographie et la politique du Nigéria; Safe Journi concerne les seuls obstacles nigérians rencontrés lors de vos déplacements .

« Nous voulons que les gens sachent que nous créons aussi des jeux », a déclaré M. Ogbuagu. « Même les Nigérians et les Africains peuvent être dans des jeux. »

Et vous, qu’en pensez-vous ? Peut-on jouer de tout, sur tous les thèmes ?

11 responses to Les joueurs de jeux de plateau devraient-ils jouer le rôle de racistes, d’esclavagistes et de nazis?

  1. Paul0 says:

    C’est toujours compliqué de répondre à cette question quand on est blanc, européen et de la classe moyenne. Je n’avais pas vu les choses sous cette angle concernant Puerto Rico mais ça n’enlève rien à la souffrance et à la colère des descendants d’esclaves . Non, on ne peut pas jouer à tout et surtout n’importe comment. Faire un jeu de ressources sur les camps de concentration revient à nier l’humanité des millions de victimes idem pour l’esclavage. En revanche, les wargame sur la 2nde guerre mondiale, la guerre civile américaine ou autres sont souvent tactiques et des jeux de placement. Il y a rarement d’idéologie mais de la logistique militaire. Concernant le côté blanc et masculin du jeu de société c’est une réalité qui heureusement est entrain de changer.

  2. LdeJ says:

    Je développe un jeu depuis plusieurs année avec l’esclavagisme . j’ai eu plusieurs réactions de tout genres . j’assume entièrement le sujet. et comme l’a fait remarqué une connaissances ton jeu se veux aussi pédagogique .

  3. Jonas Lefrancois says:

    Tout les thèmes sont probablement possible mais toutes la question est de savoir comment le thème est abordé , si il y a un côté éducatif ou si on met simplement le joueur dans un rôle donné sans questionnement. Spirit island montre comment aborder un thème de manière subtile. il y a des jeux éducatifs sur l’esclavagisme qui ont également l’air intéressant (un jeu sur le chemin de fer souterrain ou le but est d’aider des esclaves en fuite à s’échapper). Et si des articles comme celui-ci amènent des auteurs / éditeurs à juste prendre 2 minutes pour réfléchir à la perspective de leur jeu tant mieux.

    • Lugdu75 says:

      Des dizaines et des dizaines de jeux vidéo traitent de la seconde guerre mondiale sans qu’il n’y ait de gros soucis. Mais aucun d’entre eux n’entre dans l’horreur et l’inhumanité d’un jeu qui concisterait à gérer un camp.
      Il y a des thèmes qui ne seront jamais ludiques, qui ne prêtent pas à jouer et ne devront jamais le faire.
      Pour les autres thèmes qui restent polémiques, la question est presque toujours celle de l’ignorance du public quant à certaines périodes de l’histoire.
      Car dans le fonds : qui a envie de rigoler autour d’un charnier ?

  4. manoukian says:

    merci pour cet article.
    j’avais émis un avis sur trictrac contre mombasa dont le sujet n’était rien moins que l’exploitation des ressources africaines par les « blancs ».
    la majorité des réponses étaient contre mon propos, ce qui en disait long sur le déni de ce genre de chose.

    vraiment merci d’ouvrir cette discussion.
    tristan

    • Gus says:

      Merci pour votre intervention Tristan

      Moi c’était dans Puerto Rico (comme mentionné dans l’article) et la couleurs des ouvriers (une… maladresse ?) que ça m’a fait bizarre quand même

      Les mentalités sont sur le point de changer, pareil avec la place des autrices et des illustrations / représentations de la femme dans les jeux (hello Victorian Masterminds…)

      Il y a encore du chemin à parcourir mais peu à peu on peut / va y arriver

      🤞🏼

  5. Titi Brin D'acier says:

    C’est délicat, pour de nombreuses raisons déjà évoquées.
    Grand amateur de Puerto Rico moi même, je fais souvent abstraction du thème général du jeu, me convaincant qu’il ne s’agit que de culture et de commerce, mais le thème colonialiste est pourtant bien palpable, ce qui peut s’avérer gênant.
    Mais tout est dans la manière de le percevoir également.
    Accuse-t-on un acteur jouant le rôle d’un nazi lambda dans n’importe quel film retraçant des évènements fictifs ou réels s’étant déroulés durant la seconde GM? Je ne pense pas,P et ça me paraît bien normal, il ne joue qu’un rôle après tout. Le réalisateur ou le studio de prod ne sont pas non plus accusés de faire du profit sur l’Holocauste. Il s’agit pourtant du même principe d’immersion et de reproduction d’une thématique terrifiante, inhumaine parfois.
    Ce qui fait peur, c’est qu’ici on n’est plus spectateur mais soi même acteur de la situation.
    Je suis personnellement plus indigné de l’argent amassé sous couvert des horreurs historiques au cinéma (et j’exclus d’ores et déjà le cinéma qui tente d’enseigner l’histoire, me concentrant sur le pur divertissement qui engrange des millions sans apport historique — Overlord, pour ne citer qu’un film récent) que par des tentatives de créateurs de jeux pour immerger les joueurs dans des ambiances similaires.

    Scramble for Africa susciterait il autant de vives discussions si, par exemple, une partie de ses profits était reversée de manière caritative?

    Je pense qu’il faut également mesurer l’intention et ce qui est fait de cette intention avant de faire tomber un quelconque couperet.
    Au final, je pense que oui, on peut jouer sur n’importe quel thème, tous les produits de consommation sont là, autour de nous, pour nous le rappeler. Mais tout dépend de l’état d’esprit du joueur ainsi que celui qui se cache derrière la conception et la distribution du jeu.
    En ces temps où il devient trop facile d’assimiler tout ou n’importe quoi a une atteinte a a valeur d’autrui, il convient de prendre des pincettes et se poser les bonnes questions avant de concevoir et avant de consommer.

  6. Pour ma part, j’ai eu une expérience assez bof avec endeavor…
    Au début on m’a demandé si la thématique me dérangeais (je suis racisé)
    Moi j’ai répondu que c’est historique donc ça va, c’est plutôt avec qui je joue qui peut me déranger, à moins que quelqu’un veuille essayer de m’expliquer les « bienfaits » des colonies, je pense que ça va…

    Puis j’ai vu les cartes esclaves, je me suis dis que je me voyais pas jouer avec ces cartes et le jeu n’encourage pas à pousser vers l’abolition (qui est possible)
    Du coup, j’ai subi le jeu et je me suis rendu compte que j’avais un handicap à ce jeu
    Je ne jouerais plus à ce jeu…
    Mais je ne sais pas quoi en dire…

  7. Paul says:

    Bonjour,
    Sans vouloir faire de la controverse gratuite, je pense personnellement qu’on peut utiliser tous les thèmes et jouer sur tous les thèmes. Tout est dans la manière de le faire.

    Gérer un camp de travaux, pourquoi pas, tant que le jeu n’essaie pas de dissimuler ce qui s’y passe réellement, donc tout le contraire d’un jeu purement mécanique à la Puerto Rico.

    Dans cette veine (thématique, pas mécanistique), j’ai This War of Mine que j’adore et qui est très narratif et immersif sur le thème de la survie de civils pendant une guerre. On tombe parfois sur des paragraphes très crus qui amènent également à des décisions très dures. Mais cela reflète la réalité d’une vraie guerre. C’est fait intelligemment et cela fait réfléchir, même si je peux comprendre que certaines personnes soient dérangées (d’un autre côté, certains joueurs/joueuses sont dérangé(e)s par le hasard des dés dans les jeux, il y a toujours des mécontents).

    Si un jeu de gestion d’un camp de travaux/d’extermination reflète bien les aspects durs de la vie et la cruauté et fait réfléchir, pourquoi pas.
    Le jeu pourrait être orienté des 2 principaux points de vue : les tortionnaires devant gérer les prisonniers ou les prisonniers devant gérer leur survie et leurs interactions au sein du camp.

    Et si le fait de faire référence à un événement passé ayant vraiment eu lieu dérange, il pourrait être traité indirectement : une race d’aliens débarquant sur Terre et utilisant nos ressources et les humains comme matière première ?

  8. Erdrokan says:

    J’ai appris le souci pour Puerto Rico après y avoir joué. Cela semble être de la maladresse pour un jeu assez éloigné du thème choisi : les « colons » du jeu travaillent dans tous les bâtiments pour les activer, y compris administration, fabriques, en plus des champs. Il y a eu aussi dans l’histoire des déplacements (pas forcément volontaires….) d’Européens vers le Nouveau monde. Reste que la couleur des pions était fort mal choisie et le fait que l’hypothèse des esclaves ne soit pas mentionnée dans le jeu (je suppose que de bonne foi, ils n’y pensaient pas forcément) n’aide pas du tout le jeu.

    Je rejoins ce qui a été dit plus haut sur Mombasa (je précise que j’ai testé le jeu après être au courant pour Puerto Rico). Le jeu se passe dans un cadre historique de compagnies commerciales au XIXe siècle, grosso modo. J’ai adoré les mécanismes de jeu, mais j’ai été très mal à l’aise d’y voir une simulation du pillage des ressources du continent africain par les Européens. C’est sans doute moins pire que de faire semblant de développer le continent (par grandeur d’âme, bien entendu…) mais jouer à être le plus efficace pour piller, même dans un cadre historique, c’est problématique pour moi. Personne n’a pensé à garder les mécanismes de ce jeu et les mettre dans un monde fictif ou sur une planète inhabitée ??

  9. Chrys M says:

    Merci pour cet article.

    Je m’éloigne du sujet en parlant un petit peu du jeu de rôles :

    je viens d’animer une longue partie d’une 10aine d’heures sur un jeu amateur crée par Andres Salazar, qui s’appelle Pariah Missouri RPG et qui se passe en 1853, ce me semble, donc qqs années avant la Guerre Civile Nord-Américaine / Guerre de Sécession.
    A cette époque, il y avait beaucoup de sexisme et l’esclavage était totalement banalisé, c’était monnaie-courante.
    Quand je dois jouer un Blanc qui possède des esclaves, je me dois de le faire jusqu’au bout, de même les hommes de ce jeu de rôle considèrent pour la plupart que les Peaux Rouges sont des barbares et que les femmes sont bonnes pour montrer leurs jambes dans les saloons / cabarets et pour s’occuper des enfants à la maison…
    Ce n’est pas un opinion personnelle, c’est jouer un rôle et respecter le cadre social et le cadre « historique ».
    Je précise aux joueur-e-s en début ou en fin de partie que ce n’est pas mon opinion personnelle.

    De même, si l’on veut respecter le cadre du jeu, quand on joue un jeu de rôle médiéval japonais, on se doit de ne pas jouer un Européen (oui, je sais, il y avait des Portugais).

A vous de jouer! Participez à la discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.