Discoveries. Toutes toutes premières impressions

discoveries

Hier soir nous avons joué à Discoveries. Une seule partie. A 4 joueurs.

Combien de parties faut-il pour rédiger une bonne critique? En tout cas beaucoup plus d’une.

C’est pour cette raison que cet article est intitulé : toutes toutes premières impressions. Et non pas critique. Car en toute honnêteté, nous pensons chez Gus&Co que pour une bonne critique il faut en tout cas bien plus qu’une seule partie. Et à différentes configurations du nombre de joueurs.

Donc voici nos toutes toutes premières impressions. Prises à la volée. Nous reviendrons très certainement plus tard avec une critique plus conséquente une fois le jeu testé en profondeur.

Bref. Revenons à nos bisons.

Alors, Discoveries, ça vaut quoi?

Et bien, après une seule partie, Discoveries nous a laissé une excellente impression. Aux 4 joueurs à la table. Deux d’entre nous étaient de fervents amateurs de Lewis and Clark (L&C) le jeu de plateau, deux n’y avaient jamais joué. Oui je sais, la honte totale. Et les 4 joueurs ont beaucoup beaucoup apprécié Discoveries.

Thème?

Disco, pour les intimes, reprend exactement le même thème que L&C. La traversée historique des US de long en large au début du 19e siècle par des explorateurs ricains, aidés par de très plus ou moins gentils indiens. C’était encore la belle époque, avant les massacres, les réserves et les casinos.

Comme pour L&C, le livret de règles est truffé d’explications historiques et surtout de présentation des personnages, pour rendre le thème et les mécaniques les plus cohérents et intégrés possibles. Kudos Ludonaute. A l’heure où les jeux ont de plus en plus des thèmes collés et ténus, les Ludonaute se décarcassent pour proposer une expérience ludique homogène et logique.

Mécaniques?

Le but des joueurs est de traverser le plus de régions (qui confèrent des points de victoire) en amassant le plus de connaissance sur les indiens (majorité de tipis) ainsi que sur la flore et la faune locales (set de symboles différents). Un scoring hyper simple et limpide.

Et comment on joue? En lançant des dés, tout simplement.

Mais alors tout le jeu repose sur le hasard? On fait du yahtzee avec du bison? Et bien non. Exactement comme dans Euphoria, on ne lance ses dés qu’au début de la partie, ou quand on en récupère de nouveaux. Et c’est tout. C’est au joueur ensuite d’adapter ses stratégies pour exploiter son tirage au mieux. Vous êtes frustrés de n’avoir pas sorti ce qui vous arrange? Pas un souci, vous pourrez toujours petit a vous rabattre sur une autre option tactique petit b changer la face de vos dés avec une action.

discoveries-the-journals-of-lewis-clark

Donc non, le hasard n’est pas omniprésent. Disons que comme dans la vraie vie IRL, le hasard se présente à nous, à nous ensuite de créer nos propres opportunités. Oui je sais c’est beau.

Et si on est vraiment vraiment bloqué, on peut toujours reprendre des dés (= se reposer), voire même ceux des autres joueurs qu’ils auraient défaussés après action. Jouissif. Avec le risque que ces joueurs décident plus tard de récupérer les leurs chez vous et vous laissent à oilpé (j’aime bien écrire en jeune, c’est moins cher que le botox).

Mais dans ce cas-là, on passe sa partie à faire du ping-pong de dés? Non. Car se reposer fait perdre son tour. On ne fait rien d’autre que récupérer les dés, et rien d’autre. Pas top top, on perd du temps, et des points. Comme dans L&C, on essaiera de repousser le plus possible le moment de se reposer.

Les dés sont utilisés pour engager des indiens, ou pour explorer de nouvelles régions. Sachant que les indiens confèrent des améliorations, et les territoires des PV.

Bref, des mécaniques nerveuses et claires.

Matériel?

Comme toujours avec les Ludonaute, le matériel est sans faute. Superbes illus de Vincent Dutrait, semblables à L&C, et surtout, une picto et une ergonomie qui rendent le jeu extrêmement fluide et instinctif. Tout est clairement symbolisé sur le plateau et sur les cartes, on ne passe pas sa partie le nez dans les règles.

discoveries-the-journals-of-lewis-clark (1)

Règles à priori touffues, mais au final beaucoup plus simples qu’elles n’y paraissent. Et surtout, elles sont bourrées de références historiques et d’implantation du thème.

Alors, Discoveries, ça vaut quoi?

Je me répépète, Discoveries a beaucoup plus aux 4 joueurs. Tendu, interactif (je pique les dés aux autres, ou pas?), simple, et surtout, extrêmement rapide. Enfin, son tour, pas la partie, qui dure bien 60 minutes. Son tour de jeu dure environ entre 2 et 4 secondes. On est bien loin d’un jeu vaisselle.

Evidemment, nous y rejouerons pour vous proposer une critique plus exhaustive et plus solide. Egalement pour tester sa durée de vie. Mais Disco représente, pour nous, un titre fort pour ce 2e semestre 2015.

Plus simple ou plus complexe que L&C? Clairement plus simple et abordable. L&C demandait beaucoup de planification, alors Disco est plus tactique. Mais on peut / doit quand même prévoir ses 2-3 prochains tours, et surtout, exactement comme dans L&C, comboter avec les cartes pour optimiser sa partie. Oui, comme dans L&C, il est également question de « deck-builder » pour améliorer ses actions disponibles.

Alors, Disco plus mieux bien que L&C? Différent. L&C est un titre beaucoup plus complexe, plus riche, plus profond. Disco presque plus familial. Presque un L&C « light ». Plutôt léger sans être cucul la praline. Mais Disco n’est pas Colt Express non plus, on est loin d’un jeu fun d’ambiance.

Alors, faut-il jeter son L&C au profit de Disco? Ou au contraire, faut-il bouder Disco tellement L&C était bien? Ni l’un ni l’autre. Disco propose une expérience de jeu différente. Un rythme différent aussi. Et beaucoup moins de gestion que dans L&C. Le mieux encore est de ne pas comparer, tout simplement.

Kudos aussi à l’auteur, Cédrick Chaboussit, d’avoir réussi le défi de proposer une version allégée, tout en étant différente, de son précédent blockbuster.

Après L&C et Colt Express, les Ludonaute nous reviennent en 2015 avec une autre bombe ludique.

Le jeu coûte une trentaine d’euros, un prix absolument abordable pour sa qualité ludique. Pourquoi s’en priver?

Merci à Asmodée le distributeur de nous avoir envoyé le jeu pour test et (première) critique sur notre site.

3 Comments

  1. de très nombreuses parties à mon actif à 2,3,4 joueurs, beau matos, mécanique intéressante mais quelques défauts;

    -chacun à son nez sur son plateau et on ne regarde plus celui des autres et effectivement son tour dure 3 secondes, c’est parfois frustrant.
    -On peut acheter des cartes indiens à foison pour marquer des points de victoire en fin de partie grâce aux tipis même sans les utiliser ?! c’est bizarre comme système
    -Le rappel de ses dés n’a en fin de compte que peu d’impact voir aucun, car chaque joueur joue les actions éphémères et replace illico les dès qui ne sont pas les siens au centre du jeu.
    bon jeu et surtout superbes z’illustration de Vincent Dutrait, je conseille quand même de faire un petit effort d’investissement pour jouer à l’excellent Lewis&Clark plus costaud mais largement au-dessus

    sinon au passage, intéressant votre site

    Geoffrey

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s