Essen 2013, mes pas-du-tout coups de cœur

Temps de lecture: 6 minutes
Après la liste des jeux coups de cœur d’Essen 2013, voici celle des jeux qui m’ont franchement déçu.
luchador-mexican-wrestling-dice
Luchador

Des catcheurs mexicains. Ça pourrait être un thème idéal pour Repos Prod, il s’agit d’un « petit » jeu de dés d’affrontement. On peut y jouer à 2 ou en équipe. Si Dominion a lancé de nombreux jeux de deck-building derrière lui, avec Luchador on sent l’influence évidente de King of Tokyo. Sauf que. Le thème est chatoyant et original, mais la mécanique est moisie. Je m’explique: il y a plusieurs dés avec des actions spécifiques, plein de possibilités différentes de partout, bref, on a plus l’impression de jouer au cul-de-chouette avec les règles à l’armoricaine qu’un simple jeu de dés fun. Ça en devient tellement compliqué qu’on se demande bien pourquoi on ne va pas se mettre à se lancer les dés dessus tout simplement et éviter les 2000 règles iFTTT (if this then that, si ce dé alors cette action). En plus de ça le jeu est cher et les dés ne sont même pas gravés, il y a des autocollants dessus…
pic1736386_md
Steam Park
Fail. Gros fail. Et dommage. Le matériel est juste hallucinant, les illustrations de la pimpante Marie Cardouat sont superbes, les pièces aussi, le thème est extrêmement original, la construction d’un parc d’attraction dans un univers onirique cardouaesque, mais fail quand même. Pourquoi? Steam Parc est un « jeu vaisselle ». À son tour on n’a tellement rien à faire qu’on peut très bien aller faire la vaisselle. Le début du tour commence bien, un peu à la Galaxy Trucker, tout le monde joue en simultané et il faut se dépêcher de finir de lancer ses dés pour espérer rafler les premières places du tour, mais c’est après que ça devient moisi: chaque joueur, dans l’ordre du tour, résout ses dés, achat de bâtiments, pose de personnages, taxes, etc et pendant ce temps les autres attendent leur tour, impatiemment. Et ça peut prendre des plombes parce que chaque joueur a plusieurs dés à disposition. C’est sympa deux minutes mais au bout d’un moment on finira quand même par être pris d’une subite envie d’aller faire la vaisselle. Ou un autre jeu.
pic1696990_md
Trains & Stations
Du papa de Quarriors, et du même éditeur Wizkids. Et ça se sent quand on voit le matériel. Du dé en veux-tu en voilà je te le fais pas cher au kilo. En fait ce jeu est un croisement entre King of Tokyo (ha ben voilà, encore) et les Aventuriers du Rail. On lance des dés, on constitue des lignes avec. Mouaif, pas convaincu. Beaucoup de hasard forcément et aucun fun. Après, si vous aimez tous les jeux de trains, et n’importe lesquels, faites-vous plaisir, mais T&S ne m’a pas convaincu du tout sur le salon.
pic1752200_md
Geister, Geister, Schatzsuchmeister!
Le jeu de plateau familial et coopératif chez Mattel au thème captivant : de jeunes explorateurs doivent rentrer dans un manoir hanté pour y récupérer des trésors, plutôt que de faire leur devoir de maths pour le lendemain. Sales gosses. Fail, pour moi, mais je suis dur vous allez trouver, car si le matériel est joli, couverture de la boîte par Piero, les figurines en plastique made-in-là où-ils-font-aussi-les-iPhones, les dés (car oui il faut des dés dans un jeu familial coopératif sinon ça ne va pas du tout la police intervient) sont juste moisis. Mais vraiment moisis. Franchement, faire jouer mes deux fils (j’en ai qu’un pour l’instant, mais quand même) à ce jeu avec de tels dés pourris, j’aurais honte. Si vous l’avez acheté parce que vous avez craqué avant de lire cet article sachez que Mattel est d’accord de reprendre votre jeu dans les 30 jours en vous remboursant et en rajoutant un chèque-cadeau de 100 euros pour s’excuser. Non je déconne.
20131024-142203.jpg
Cthulhu Wars
Ce jeu est mythique pour deux raisons : 1. C’est Sandy Petersen qui l’a créé. Oui, MONSIEUR Sandy Petersen lui-même, le créateur du cultissime jeu de rôle Cthulhu de 1981. 2. mythique car il place les créatures du mythe de Cthulhu signé H.P. Lovecraft dans une guerre mondiale épique. Cthulhu Wars est une sorte de Risk en plus évolué, car des cartes tactiques peuvent être jouées et des créatures peuvent évoluer et se transormer. Sauf que. Sauf que le jeu était 125 euros à Essen, avec quand même 10% offerts spécialement pour le salon, et hormis un matériel hallucinant de figurines en plastique, le jeu ne présente pas un énorme intérêt. Je suis resté sur le stand pendant un bon moment, et quand un visiteur a dit à Sandy que son jeu était quand même cher, celui-ci lui a fièrement répondu : « mais il y a beaucoup de matériel dedans ». Donc payer un jeu si cher juste parce qu’il a de zolies figurines toutes choues, ça se justifie? Mouaif.
pic1796366_md

Theseus
Du même éditeur polonais qui nous a apporté Robinson, Stronghold et Neuroshima Hex, donc du tout bon, mais là pour Theseus je dis non. Il s’agit d’un jeu d’affrontement mais qui n’a rien à voir avec Neuroshima. Theseus reprend la mécanique de l’awélé, décidément à la mode avec Trajan et le Fantôme de l’Opéra, i.e. on se déplace d’autant que le nombre de personnages présents sur la même case. Mais du coup on ne peut rien prévoir, tout change évidemment tout le temps, c’est hyper chaotique. Et donc chiant. Car au final on fait des actions « au petit bonheur la chance » même sans tactique. On finit la partie en se demandant 1. Comment j’ai gagné  2. Pourquoi j’ai perdu deux heures de ma vie avec ce jeu.

aero

L’Aéropostale
Thème ô combien frais et original, l’histoire de l’aéropostale, cette compagnie d’aviation française qui a « écumé » les cieux au début du 20e siècle, me tentait bien avant Essen. Sauf que. Une fois devant, et après l’avoir essayé plusieurs tours, je dois dire que le jeu est extrêmement complexe, avec des curseurs / tableaux de tous les côtés, ce qui le rend lourd (bizarre pour un jeu qui se passe dans le ciel…). Bref, une véritable « usine à gaz ». Comme dirait Léonard des Tortues Ninja (ça c’est de la référence), il est simple de faire compliqué mais compliqué de faire simple.
Il m’a rappelé un peu Simplissimo, le jeu le plus compliqué du monde
cafemelange_cover_V2-50
Café Mélange
Franchement, un premier jeu d’un auteur et d’un éditeur au thème aussi frais que de devoir faire asseoir des artistes dans la Vienne du début du siècle me parlait bien avant, sur le papier. Mais après explications de l’auteur lui-même et un début de partie, je me suis rapidement embêté. Pourquoi? On passe sa partie à sortir des tuiles personnages qu’on essaie de placer sur des chaises, et on gagne des points en fonction des combinaison de voisins. Voilà. Pas trépidant. Aucune mécanique originale, ébouriffante, le jeu m’a laissé une impression de platitude soporifique.
going-going-goneGoing, Going, GONE!
Sur le papier, le jeu pourrait être sympa. Pour gagner des « enchères » et récupérer des sets de cartes, on doit lancer des cubes dans des gobelets au milieu de la table. Oui, le fameux jeu du gobelet qui peut être aussi joué avec des balles de ping-pong. C’est hyper fun 3 minutes quand tout le monde lance ses cubes, mais c’est la seconde partie qui devient lente et lassante quand on doit vérifier le contenu des gobelets pour compter les majorités de couleurs de cubes, là le jeu s’interrompt et perd en dynamique. Bof.
Si vous connaissez la série américaine Cougar Town vous connaissez certainement le jeu Penny Can (les règles ici)
pic1784420_md
Kings and Assassins
Je ne devrais même pas parler de ce jeu. Mais le sémillant Tom Vasel l’a élu TOP 1 des jeux d’Essen. Et là j’ai envie de dire, dans la langue du sire, mais ouate de phoque?!? Il n’y a visiblement même pas joué puisque le jeu est sorti pour le salon, il a dû juste lire les règles, et encore, peut-être juste voir le matériel et lire le pitch. Mais ouate de phoque?!? Élire cette bouse au TOP 1 des jeux d’Essen? Serait-il en fait plein d’humour ce jeune homme ou voulait-il montrer que les jeux indie, c’est bien, quand même? Juste par curiosité et par respect à mon collègue Vasel je me suis précipité sur le stand de l’éditeur pour voir ça de mes propres yeux, et là, ouate de phoque (encore?). Dans Kings and Assassins, un jeu à deux uniquement, un joueur incarne le roi et l’autre les… Devinez quoi, oui les assassins. Mais le roi ne sait pas qui sont les assassins puisque ceux-ci peuvent être de simples villageois. Le roi gagne quand il sort du plateau ou quand il a réussi à faire arrêter tous les assassins. Ça vous rappelle quelque chose? Moi oui, Mr Jack rencontre Stratego. Sauf que c’est vraiment moisi parce qu’à chaque tour on découvre une carte déplacement et que du coup les différents personnages ont des mouvements différents. Non seulement c’est pas terroche mais là du coup c’est carrément bolet (expression neuchâteloise / suisse). Le jeu n’a véritablement aucun intérêt, même si le thème (un thème, vraiment? C’est tiré du roman The Witcher, mais en fait ça ne fait que reproduire une des scènes du livre, sans rien d’autre) aurait pu être intéressant. Mais pourquoi ne pas créer un jeu de gestion d’assassinat de roi, plutôt qu’un simple jeu de bluff et de déplacement pourri? Quelqu’un? Uwe Rosenberg? Stefan Feld? Quelqu’un?
Et vous, quels jeux vous ont déçu (si vous avez été à Essen)?

35 Comments

  1. Sauf errer, Mr. Vasselage ne parle pas de king and Assassins comme du meilleur jeu d’Essen mais bien comme son mots anticipated game d’Essen. En gros le jeu sur lequel il fonde le plus d’espoir. Il n’y a clairement pas joué. Bref, faudrait un peu se renseigner avant de casser du sucre…

    1. Euh je ne casse pas du sucre, merci, ou alors du sucre bio, mais justement, il n’y a clairement pas joué, alors comment peut-il dire qu’il est le « most anticipated » ??? Encore une fois, ouate de phoque. CQFD.

  2. Quelle horreur ces correcteurs orthographiques. Le sens de mon commentaire était le suivant : Tom Vassel ne parle pas de K&A comme du meilleur jeu d’Essen, mais bien comme du jeu qu’il attend le plus, sur lequel il fonde le plus d’espoirs. Donc, effectivement, il n’y a pas joué et ne s’en cache pas.

  3. Bien d’accord avec les déceptions ci-dessus, à part l’Aéropostale, que j’ai adoré. Des goûts et des couleurs…

    Merci pour ces retours en tout cas.

    1. J’ai trouvé que c’était trop complexe / tarabiscoté de tous les côtés pour pas grand-chose au final. Dommage car autant le thème que le matériel me plaisaient.

      1. Bien d’accord avec toi Gus après avoir aussi essayé l’aerospatiale
        Je dirai juste que le jeu reflète un peu l’image que me donne Asyncron. C’est un éditeur qui semble aimer les jeux à l’ancienne que j’ai connu dans les années 90: des règles lourdes pour des jeux avec un thème assez fort. J’écris ça en prenant comme exemple la réédition de Fief qui n’est pas un jeu des années 2010, ainsi que les wargames de l’éditeur. Tout ça pour simplement dire que Aerospatiale est surement un bon jeu pour un public bien ciblé.

    1. A tester, sans nul doute…puisque la thématique porte largement la mécanique de jeu.

      J’aimerais bien comprendre ce qu’il peut y avoir de lourd et de si incompréhensible 🙂

      Sly, Animateur Asyncron le temps d’un weekend.

      1. Ben oui j’ai testé aéropostale mais pas jusqu’au bout (j’aurai bien aimé d’ailleurs) et je ne l’ai pas trouvé si compliqué que ça (je pourrai encore t’expliquer la mécanique aujourd’hui donc c’est dire 😉 (7 wonders est compliqué aussi alors 😉 )) Pour les fans d’aviation et/ou de gestion et de compétition, je le trouve bien fait 😉

    1. C’est parce que je dis que Trains est trop moisi ? Hahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha en même temps il s’agit de MES pas coups de cœur, à chacun ses goûts. Il paraît qu’il y aurait même 2-3 personnes qui aimeraient Mylene Farmer. Comme quoi.

  4. Pour steam park, je ne comprends pas les soucis d’attente. J’ai l’impression à lire le commentaire que chacun résolvait tous ses dés avant le suivant. Nous on résolvait en parallèle ( comme tous jeux avec des phases de résolution) donc aucune attente particulière. A part ça jeu que j’ai bien aimé même si pas la claque non plus ( notamment par rapport à l’univers ressenti)
    Pour king & assassin, découverte très sympa. Manque de recul pour évaluer son potentiel réel mais j’ai ressenti pas mal de subtilités au contraire, notamment au niveau de la gestion de la foule ( et effectivement il a petit air de Mr jack)

    1. Ben non, impossible de résoudre ses dés en parallèle puisque chaque joueur doit attendre de se servir des bâtiments avant les autres, tant qu’il y en a, et pareil pour les meeples. Sinon ça fout le bordel et fausse les infos /stratégies.

      D’où l’attente.

      1. en parallèle je voulais dire on résoud les uns après les autres les constructions, puis les boutiques, puis les visiteurs… Sachant que la résolutions d’action demande quasiment aucun choix, ça ne me semble pas laisser le temps de laver une cuillère tout ça 😉 . Après oui durant la partie j’ai pu avoir quelques attentes mais dû aux conditions de salon : bruit ambiant et obstacle de la langue qui faisait que parfois on s’attendait pour rien, mais pas dû au jeu lui-même pour moi.
        sinon pas essayé Luchador mais ton retour m’a bien fait rire. Café mélange m’attirait visuellement mais à voir une partie se dérouler ça semblait un peu mou tout ça.

      2. Steam Park est très sympa pour moi et on a pas eu vraiment de temps d’attente, mais on a joué à 2. Maintenant, pareil, j’ai l’impression à la description qu’un joueur résolvait tout ces dés avant de passé au suivant. Or ce n’est pas le cas. A son tour, le joueur choisit de résoudre une de ses actions disponibles avec ses dés (sachant qu’on peut pas faire deux fois la même action sur un tour). Mais il n’y a pas d’ordre des actions (justement là ca peut te faire réfléchir sur ce que tu résout en premier vis à vis des autres pour avoir ce que tu veux) et c’est une action par joueur et on tourne dans le sens des aiguilles d’une montre…

        Pas sûr que vous ayez joué comme il fallait :p En même temps, pendant notre partie, on s’est rendu compte qu’on nous avait pas tout expliqué pour la crasse et qu’avec les règles complète, il y avait un peu plus de pression de la crasse :p

  5. Nous avons testé Corto (table libre qui se présentait devant nous): euh là on est tombé sur un jeu où l’on voit pas trop l’intérêt !! Le plus mauvais essai des 3 jours !!

    Nous avons aussi fait un SOS titanic: sympathique mais peu d’intérêt à plusieurs

  6. Pas vraiment d’accord sur certains aspects notamment Aéropostale qui nous a semblé limpide, et dans une configuration à 5 joueurs.D’autant plus qu’il est clairement en accord avec le thème, et lorsque l’on a en tête cela, on comprend tout le reste.
    Idem pour King & Assassins, que l’on a testé, et plutôt apprécié (d’ailleurs on est revenu avec deux boites). Certes ça ne révolutionne pas le genre, mais c’est un bon petit jeu de tactique pour deux joueurs.

  7. De mon côté Trains et station qu’on avait très envie d’acheter et Luchador nous ont également beaucoup déçu.
    Et puis le fait de ne pas avoir pu nous libérer le jeudi soir 🙂

      1. Ah ah, c’est clair que c’est plus facile de faire des concours. Ici on teste 100 fois avant de parler.

        Tom Vaisselle, c’est un gars qui teste des machines à laver avec des cravates merdiques…

        Bises en tout cas.

        1. Hahahaha, monsieur cherche la merde je vois. C’est un truc de Belge ça ? Alors OK, je retrousse mes manches et je réponds :

          Article sur Spyrium sur Ludigaume du 10.10.13 (verdict : peu captivant), http://www.ludigaume.be/v3/php/lg_fiche.php?id=1964&idcri=15 : « Là où le bât blesse, cependant, c’est que dans le même temps m’a sauté aux yeux le fait que ce n’est pas, mais alors clairement pas, un jeu pour moi. Une partie m’a suffit pour me prononcer là dessus ». Donc pour les 100 parties annoncées, tu repasseras 😉

          Ensuite, vos critiques, que je lis souvent (au passage), entre 1 à 2 par semaine, disons 6 par mois, font en moyenne 2’500 signes (moyenne prise sur 6 critiques). Nos critiques, entre 3 à 4 par mois, disons 3, (parce qu’on écrit aussi plein d’autres trucs, et pas que des concours hein, tels des infographies originales de folie, des articles sur la créativité, des interviews, des), font en moyenne 6’500 signes (moyenne prise sur 6 critiques aussi). Donc 2,6 fois plus de signes sur Gus&Co. Donc si je comprends bien, vous avez un avantage de 3 critiques par mois par rapport à nous, yeeah vous gagnez, mais 2500×6 = 15’000 signes par mois tandis que Gus&Co 19’500 signes, donc on vous bat à plate couture (j’adore cette expression, au passage) de 1,3 signes par mois. En fait je sors plein de chiffres, comme pour Essen (http://gusandco.net/2013/10/19/essen-2013-en-11-chiffres/), mais je suis une pive en maths, sérieusement. Mais je ne parle pas de qualité, juste de quantité. 1.3.

          Et si tu as l’impression que nous ne faisons QUE des concours, ce qui est vraiment faux, au moins ça permet aux lecteurs de participer, d’avoir du plaisir à résoudre des énigmes et de laisser parler leur créativité. Oui car sur Gus&Co nous aimons beaucoup faire participer nos lecteurs, et pas en leur demandant de la thune. Quoique, on pourrait. Juste histoire de me payer un nouveau coiffeur car j’ai comme l’impression que mon coiffeur actuel se fout un peu de ma gueule.

          Maintenant quand on cherche des poux à un Suisse chauve voilà ce qu’on récolte (le vent, la tempête, tout ça). Mais ça ne m’empêchera pas de faire la queue avec toi pour acheter des jeux à Essen14 😉

      2. Fallait pas prendre la mouche. Je taquinais, je piquais comme le plateau d’Archon. 😉

        C’est juste que, par exemple, flinguer, le jeu de fantômes, juste à cause de 3 pauvres dés dignent des années 1990, c’est peu aller vite en besogne.

        Sinon, tu fais juste une erreur l’avis sur Spyrium n’est pas de moi et Damien assume ses critiques, même rapides. Après les stats, …, on s’en fout car ce qui compte c’est ce que l’on dit sur les jeux.

        Et, tu as raison les concours cela fait participer et au moins permet d’offrir un jeu aux joueurs de temps en temps.

        Et oui en 2014, on refera les tables ensemble et peut-être que l’on ira manger des légumes ensembles…

        Bises du belge qui taquine les suisses qui savent que le chocolat belge est meilleur.

        1. Ha ben je remets de l’huile de tournesol (suisse) sur le feu, mais en tant que ouèbmaster si tu publies des auteurs / journalistes tu as quand même une certaine responsabilité / pouvoir décisionnel, parce que si quelqu’un décide de publier un truc débile sur mon site je ne vais me réfugier derrière « il assume ses critiques », je pense qu’on a tous une qualité à maintenir, c’est le boulot de rédac-chef / ouèbmaister, ce n’est pas de la censure, nuance, mais du contrôle rédactionnel nécessaire.

          Maintenant, en ce qui concerne Geister truc, toute cette liste parle de MES coups de cœur, heu non de mes PAS coups de cœur. A moi. Tout seul. D’où le titre. J’assume mes critiques, aussi 😉 Et tetcheu ces dés sont laids. Des dés en plastique avec de vieux bouts d’autocollants dessus on dirait un vieux proto moisi (genre les miens). Franchement c’est quand même se foutre un peu de la tête du client de faire un truc pareil, surtout quand 1. on s’appelle Mattel 2. on fait de zolies figurines de fantômes, de gamins, tout ça. Mais oui je pinaille monsieur.

          Oui oui allons manger des légumes ensemble, je déteste les légumes, c’est d’ailleurs bien pour ça que je suis végétarien, pour les faire souffrir. Haaa, le râle de la carotte quand elle croque sous mes molaires, j’adore.

          La bise

          ps le chocolat c’est pas bon, y a du lait de vache dedans.

      3. Pour être complet, l’avis de Damien est typé « Première impression ».

        Je ne vois pas où est le problème sur ce qu’il écrit, je crois qu’il s’explique clairement. Il n’y a rien de débile dans son argumentation.

        On a tous un ressenti lors de la première partie, parfois pas le bon, mais cela suffit souvent à ne pas remettre le couvert. Un peu comme quand on mange des légumes 😉

        Allez au plaisir de te lire et de te revoir en « Légumes et en os ». 🙂

  8. Pour ma part sur le papier « Space Shep ! » me semblait bien, je l’ai acheté et ensuite testé… j’aurais dut commencer par le tester :/ C’est surtout un casse tête, le fun est relativement absent et j’ai une joueuse qui a lâché l’affaire en court car elle ne comprenait plus comment fonctionnait le jeu. D’ailleurs la plupart se demandait comment résoudre les actions à chaque tour, bref, on a gagné à chaque fois sans avoir un mega fun et l’envie d’y rejouer.

  9. Pour ma part, ma plus grosse déception a été sos Titanic. Ou comment reprendre le jeu du solitaire, mettre un thème à la mode dessus, et dire qu’on peut y jouer à plusieurs en coop. Aucun intérêt…

  10. Je suis totalement d’accord avec toi pour café mélange qui m’a bien déçue.
    En revanche beaucoup plus mitigée pour Luchador, je n’ai pas du tout accroché au premier abord, trop de dés, mais Mr lui a été tout de suite conquis. Et après plusieurs parties « a tête reposée » ça devient logique et fun. Un jeu d’apéro mais plutôt sympa quand même.

  11. Bon, ça va pas changer le jeu, quoique, mais à Steam Park, on résoud à son tour un ou plusieurs dés (s’ils sont indentiques genre les touristes), puis joueurs suivants, puis à nouveau soi etc…jusqu’à ce qu’on ai plus de dés à jouer. ça permet d’avoir un petit choix sur ce qu’il vaut mieux jouer en premeier. Moi non plus le jeu ne m’a pas beaucoup plu mais bon…

  12. Cher Gus&Co, j’apprécie beaucoup votre site et vos avis tranchés, cependant après avoir essayé Steam Park, je trouve que cela mériterai de votre part un jugement moins hâtif et un examen plus approfondi, que les rencontres d’Essen ne vous ont peut-être pas permis, j’ai non seulement apprécié ce jeu mais je n’ai pas eu le temps d’aller faire la vaisselle… 😉

    1. Bonjour Christophe,

      et merci pour votre sympathique commentaire. Alors si quelqu’un veut bien me faire parvenir un exemplaire du jeu je me ferai un grand plaisir de revoir mon jugement.

      Il est vrai que les conditions de test à Essen ne sont pas les plus optimales : les hôtes expliquent mal (soit dû à la langue, soit au manque flagrant de connaissance du jeu), le bruit et le manque de concentration, peu de temps à disposition à force de courir entre les stands, etc. (j’aime bien mettre des etc un peu partout, du coup on croit qu’il y a encore d’autres raisons, alors qu’en fait là je crois avoir fait le tour).

      Mais encore une fois, cette liste n’est PAS intitulée LES MAUVAIS jeux d’Essen mais bel et bien « MES COUPS de COEUR » à moi de de mon coeur à moi qui est dans ma poitrine. Je n’ai pas rédigé la critique longue est complète de Steam Park, j’en ai juste donné mon ressenti à Essen (cf plus haut). Après, des joueurs peuvent adorer le jeu et tout, mais sur le salon il ne m’a pas du tout convaincu. Bon je vous laisse j’ai de la vaisselle à faire etc.

Laisser un commentaire