Critique de jeu : Skull and Roses

Introduction

As d’Or à Cannes, Skull & Roses s’est déjà fait nettement remarquer, puisqu’il a gagné son prix avant même d’être sorti. Dingue !

Matériel

Jouer à S&R c’est comme jouer avec des dessous de verre, les bouts de carton que l’on place sous les verres pour ne pas laisser de taches sur la table. Les cartes ont l’avantage d’être passe-partout et résistantes.

Les illustrations sont riches et originales, on se croirait vraiment dans l’univers des bikers de Sons of Anarchy.

Thème

Le thème est risible : des gangs de bikers s’affrontent : les Werewolves (vous aurez remarqué le placement publicitaire de Thiercelieux), les Himself (traduction de Lui-Même, l’éditeur), les Panthers. Rarement on n’aura vu un thème aussi plaqué et crétin pour donner plus de profondeur à un jeu. Il aurait pu s’agir de n’importe quoi d’autre, puisque le thème n’a aucun lien quelconque avec le jeu.

Mécanique

A son tour, un joueur peut soit poser une carte face cachée, soit annoncer un total de cartes « rose » présentes. Le joueur d’après peut passer, ou renchérir. Le dernier enchérisseur doit prouver qu’il avait raison et demander à n’importe quel joueur de révéler ses cartes. Si une carte « crâne » est retournée, le défi est perdu pour le joueur et il perd une carte. S’il avait raison, il gagne une manche. Dès qu’un joueur remporte deux manches, il remporte la partie.

Intérêt

Pour peu que vous aimiez les jeux de bluff et rapides, ce jeu est pour vous. On enchaîne rapidement les parties et les règles sont apprises en 2’. Certes, on peut analyser les tells, la communication non-verbale importante au poker, mais au final, au moment de demander aux autres joueurs de retourner leurs cartes, on nage un peu, et on devine surtout, c’est le grand « danger » des jeux de bluff, on ne peut pas tellement tabler sur de la stratégie. Mais qu’importe.

Certes, on s’amuse bien, surtout quand une carte « crâne » apparaît et qu’on est surpris, mais au final, le jeu est creux. On fera 3-4 parties, mais on pourra lui préférer d’autres jeux de bluff plus perfectionnés. Et plus originaux surtout, puisque S&R reprend largement la mécanique de Perudo.

En conclusion, si vous appréciez les jeux courts, légers, épurés au possible, ce jeu est pour vous.

 

9 Comments

  1. Salut voisin !!!

    Si moi même j’ai été perturbé par la nomination de ce jeu je trouve quand même la critique que tu donnes un peu raide. Accusé de plagiat c’est assez grave je trouve et je pense qu’il faut un peu de mesure . Oui ca ressemble au Perudo c’est évident sauf que tu enléeve le hasard des dés et sue tu épures un peu plus le jeu. De plus tu peux attaqué le Perudo d’être le plagiat de nombreux jeu de dés traditionnel dont il est surement inspiré.
    Cette nomination déclenche les passions surtout dans les milieu des animateurs dont nous faisons parti mais essayons de resté juste. En tout cas bravo pour ton blog que je suis régulièrement !

    Ludiquement
    Robin

  2. Dire qu’un jeu est un plagiat est un acte grave, diffamant, et surtout parfois idiot.
    Dire que n’importe quel jeu de carte avec des couleurs dessus est une copie du Uno est juste stupide.
    Dire qu’un jeu comme Skull’n Roses est un plagiat du Perudo, qui au passage est aussi une adaptation d’un jeu traditionnel, c’est idiot, irréfléchi. Ce serait comme dire que le Perudo, c’est une copie du Geister d’Alex Randolph, parce que dedans, il faut faire croire à son adversaire que l’on a cru qu’il a pensé que…
    Que ces jeux partagent une même catégorie ludique, c’est un fait. Que l’on aime pas un de ces jeux, c’en est un aussi. Mais accuser de plagiat, c’est juste stupide.

    Surtout en concluant son commentaire par une explication de comment on peut faire pour jouer à un jeu sans l’acheter, quand on essaie tout le long de son commentaire de ne pas faire jouer à ce jeu…

    Ou ets l’interêt si ce n’est du dénigrement systématique, bête, et méchant ?

  3. Hello,

    Bon il faut le dire, la plupart des gens se fichent complètement de l’as d’or de Cannes… 😉

    Il est vrai que le style graphique est vraiment sympa ! Pour moi c’est un jeu pour les joueurs occasionels, qui aiment les jeux d’ambiance pas prise de tête.

    Perso j’ai envie de dire « Pas assez GEEK mon fils ».

  4. Effectivement, le thème est on ne peti plus plaqué. Nous y avons joué avec des cartes de tarot.
    Pour réagir aux autres commentaires, je ne crois que l’auteur de la critique ait employé le terme plagiat, il a juste dit que le jeu reprenait des mécanismes déjà employés pr ailleurs, c’est différent. Vous ne devriez pas lui faire un faux procès.
    En tout cas, pour ma part, j’estime que l’auteur de cette critique a parfaitement le droit de dire qu’il n’aime pas un jeu sans être l’objet de la vindicte générale. Jusqu’à preuve du contraire, il est libre d’ecrire ce qu’il veut sur son blog tant que cela ne tombe pas sous le coup de loi. Après si cela ne vous plait pas, vous n’avez qu’à plus revenir sur son site.
    Allez bon courage à l’auteur, car on voit bien que même dans un petit monde qui se devrait d’être léger et ludique, certains se prennent un peu trop au sérieux et oublient rapidement certaines règles de base comme le respect de la liberté d’expression.

  5. Je ne savais pas le KGB officieux du monde ludique autorisé si actif. Interdiction d’émettre ne serait-ce qu’un avis personnel et tout à fait convenable sur un jeu que l’on n’a pas apprécié…
    Les commentaires font peur, très peur, et laissent un goût amer.
    Pour ma part, je rejoins largement l’avis – je serais même plus sévère pour cette mascarade commerciale qu’est S&R à mon sens.
    Mince alors, j’émets un avis contraire au diktat…je suis fait !

  6. En effet Pyrame, en effet, les commentaires font très peur, et laissent un goût amer.

    De mon point de vue (car je ne vais pas rentrer dans une polémique sur la définition d’un plagiat, ou autre), ma première impression fut de jouer à Perudo.

    J’ai enchainé quelques parties ; au final le mécanisme n’est pas le même ; beaucoup moins d’aléatoire, beaucoup plus tactique.

    Le jeu n’est pas des plus profonds, je suis également d’accord, cependant, ce n’est pas la façon dont il faut voir les choses ; le style a beaucoup d’importance. D’ailleurs, j’y vois plus un clin d’oeil dans le gang « Werewolves » comme « Himself » qu’un coup de pub! Car qui connait Skull&Roses connait en général les loups garous. Et même !

    J’aime me retrouver autour d’un S&R, je le trouve plus convivial et accessible (et moins bruyant) que Perudo. Plus proche du poker, c’est un jeu de bluff plaisant.

    La simplicité, que certains d’entre vous reprochent est voulue. La partie est gagnée en seulement deux points, ce qui oblige les participants à prendre des risques de plus en plus gros pour éviter justement qu’un autre gagne.

    Simple à expliquer, c’est un jeu d’ambiance que j’aime avoir sous la main, de même qu’un Dobble ou Digger.

  7. Je suis très partagé sur ce jeu qui de par sa durée de vie comme de par sa complexité n’est pas pour moi, cependant, le look et la simplicité sont deux qualités à mes yeux.
    Après, c’est vrai que cela fait plus jeu publicitaire distribué sous sachet sur les plages qu’un produit professionnel de l’industrie ludique, c’est ce qui sans doute explique certaines crispations.
    Mais je trouve bien que le jeu français sorte ce type de produit également, même si j’ai joué deux parties, et convenu ensuite que je n’y portait pour le coup pas vraiment d’intérêt, ce qui ne veut pas dire qu’il n’aura pas son public et que je ne vais pas le respecter.
    Après, un as d’or….des critiques qui crient parfois au génie…non désolé

  8. Pour avoir pu tester le proto qui s’appelait alors la roulette Moldave et pas fan du tout de ce type de jeu, j’ai pourtant été très séduit par l’ensemble. Certes je suis moi fan de son thème actuel mais le thème de départ pouvait aussi choquer les bonnes âmes. Donc je peux comprendre le changement. Après j’aurais tendance à dire que le thème on s’en fout un peu à vrai dire et reste l’ambiance autour de la table et là, je trouve qu’il a tout bon. Tout bon aussi sur la tension qu’il procure. Tout bon aussi sur sa simplicité. Et c’est là son point fort.

    Le comparer à Perudo… pourquoi pas. En fait j’en sais rien car je n’ai jamais joué à Perudo. Et quand bien même il ressemblerait à Pérudo… plein de jeu ressemble à d’autres sans pour autant que cela ne pose problème. Après on aime ou on n’aime pas, ça c’est le droit de tout le monde. Pour ma part j’ai bien aimé, j’en referais des parties volontier, même si c’est vrai que je n’aime pas trop le thème, préférant celui du proto qui était plus en phase avec le jeu.

    Enfin, concernant sa nomination à l’as d’or, là je trouve qu’effectivement je ne comprend pas mais je pense que j’ai définitivement arrêté de comprendre l’as d’or. Après, l’as d’Or ce n’est pas non plus le spiel et que son incidence, même en France, reste très limité. Donc si ça peut faire plaisir à certains tant mieux, moi ça me laisse très indifférent en fait.

    Enfin, chacun est libre de donner un avis sur un jeu. Chacun est libre de donner son point de vue. Chacun est libre de suivre un avis ou non et de ce faire son propre avis. Je ne vois pas ce qu’il y a de dérangeant là-dedans. C’est justement ça qui fait l’intérêt des critiques. Si toutes les critiques étaient convenues, carressant sans cesse les jeux et les éditeurs dans le sens du poil, alors elles n’auraient aucun intérêt et n’apporterait rien au secteur ludique. Donc continuez à être critique dans le bon sens car c’est ça qui permet de faire évoluer le jeu dans le bon sens.

Répondre à Hellicoidal Annuler la réponse.