Archives de Catégorie: jeux de rôle

Maîtres de jeu de rôle, écrivains, scénaristes, c’est pour vous!

Par défaut

fake

Fake Name Generator.

Voilà, tout est dit.

Si vous avez besoin d’inventer un nom pour un personnage, mais pas que, également sa profession, son adresse, sa taille, son poids, même son numéro de carte de crédit, ce site vous propose de le faire gratuitement pour vous et de générer tout une identité virtuelle d’un personnage. Vous n’avez qu’à choisir son sexe, sa localisation et son origine, suisse, hobbit, klingon, norvégien, etc.

Hyper utile. Surtout si vous êtes maître de jeu ou comme moi écrivain et scénariste et que ça vous arrive d’être parfois en panne d’inspiration.

Le lien de FNG

 Sinon, en beaucoup moins détaillé mais en plus riche côté base de donnée héroïque-fantastique, il y aussi GUNOF, mais on vous en a probablement déjà parlé.

gunof

Sherlock Holmes et les Chasseurs de Brumes, les photos

Galerie

Les Genevois se prennent pour Sherlock

Par défaut

geneve

Le GHI, le journal au plus gros tirage de la région genevoise, vient de sortir cette semaine une page entière sur les Sherlock Live et les Zombies Invasion. Bel article.

Alors, vous attendez quoi pour vous inscrire à POISON?

Pour lire l’article en PDF

poison

 

We need you ! Références Steampunk?

Par défaut
Steampunk Gun, Flickr, CC, by Sandy Mc Donald

Steampunk Gun, Flickr, CC, by Sandy Mac Donald

Pour un futur scénario Sherlock Holmes Live, polar urbain transmedia & interactif, nous aimerions planter une ambiance Steampunk.

Du coup nous avons besoin de vous!

Quelles références Steampunk pourriez-vous nous conseiller en

films
bédés
livres
jeux
autre inspi

Laissez-nous un commentaire.

MERCI !

Sherlock Holmes et les Chasseurs de Brumes, c’est parti !

Par défaut

Notre nouvel événement Sherlock Holmes Live, un polar urbain multimédia interactif, vient juste de commencer, 25 équipes inscrites pour une centaine de participants.

Neuchâtel, 5 juillet 1894. De mystérieuses disparitions d’animaux secouent la région depuis quelques semaines : chiens, chats, bétail. Une affaire des plus étranges. Qui est derrière toutes ces disparitions, et surtout, pour quelle raison ?
Vivez une aventure passionnante. Répondez à l’appel de Sherlock Holmes, devenez pour quelques heures un enquêteur en ville de Neuchâtel et plongez dans une affaire surprenante.

poster-brumes

Le site officiel

Gus&Co, pour mettre de l’extraordinaire dans l’ordinaire

 

20140705-131714-47834374.jpg

20140705-131713-47833768.jpg

20140705-131714-47834078.jpg

13

Par défaut

poster-brumes

13, c’est le nombre de jours qui vous reste pour vous inscrire au prochain Sherlock Holmes Live Gus&Co.

Le jeu est gratuit, offert par la Ville de Neuchâtel.

Neuchâtel n’est pas si loin en fait, à  1h30 de Genève et 3h de Lyon / Strasbourg,

Venez nous rejoindre samedi 5 juillet, dès 13h.

inscriptions (1)

Chasseurs-intro

Les Chasseurs de Brumes

Par défaut

poster-brumes

Venez découvrir la superbe ville de Neuchâtel et vivez un polar inédit interactif et multimédia. 200 participants en 2013.

Les inscriptions pour ce prochain Sherlock Holmes Live Gus&Co viennent d’ouvrir sur le site du NIFFF.

Petit rappel: samedi 5 juillet. Le jeu est gratuit, offert par la Ville de Neuchâtel dans le cadre de la journée spéciale NIFFF Invasion.

Dès 13h, fin au plus tard à 17h.

Et si jamais, profitez-en pour faire un tour au NIFFF, George RR Martin sera également présent.

Les inscriptions sur le site du NIFFF

Évadez-vous le temps d’un jeu

Par défaut

logo

C’est sous ce slogan que la Fête du Jeu, organisée au Valais depuis 1728, un jeudi, que Martigny organise sa fameuse convention ce week-end du 2 au 4 mai, de vendredi 13h30 à dimanche 18h.

52h

3’000 jeux

Des tournois

Un apéro (sport national valaisan) jeux

Jeux de rôle

etc

Un beau programme

J’y serai d’ailleurs tout samedi comme membre du jury pour le concours de création de jeux. Venez me dire bonjour ça me fera plaisir. J’accepte les bisous végétariens.

Tout le programme ici

H.P. Lovecraft, le documentaire. Sa vie son oeuvre sa pointure de chaussures

Vidéo

Je ne sais pas si vous l’avez déjà vu, mais un excellente documentaire sur HP Lovecraft (Cthulhu) est sorti en 2008.

Le documentaire dure 90 minutes, c’est long mais complet, et de nombreux invités de marque (Guillermo del Toro, John Carpenter, Neil Gaiman) nous livrent leur relation à l’auteur et à son oeuvre. Un must-see pour tout joueur des Demeures de l’Épouvante et du jeu de rôle Cthulhu.

Ludesco, c’est partiiii

Par défaut

bandeau ludesco - v2

Ca y est, la méga-convention de jeux à la Chaux-de-Fonds en Suisse vient de commencer il y a quelques heures, et ça continue jusqu’à dimanche!

55h de jeu non-stop, avec un programme hallucinant :

jeux de plateau, jeux de rôle, chasse au trésor urbaine, tournois de Mölkky, de Magic, grandeur nature (dont une Panic Room Experience). Un programme de ouf comme ils disent les jeunes d’aujourd’hui.

Même Ignacy Trzewiczek fera le déplacement depuis la Pologne pour venir chercher son prix pour Robinson qui a reçu le Swiss Gamers Award.

Nous y serons toute la journée de samedi, venez nous dire bonjour, on vous fera un bisou. Sans la langue, je précise. Je suis végétarien.

Le site officiel

Superbe vidéo, super créative j’adore!

Sherlock Holmes Live 6, Save the Date !

Par défaut

poison

En grande avant-première, sept mois à l’avance, nous annonçons ici notre prochain Sherlock Holmes Live à Genève,

samedi 20 septembre 2014.

Incarnez un détective et préparez-vous à vivre une aventure surprenante.

Sherlock Holmes Live est un polar urbain multimédia organisé par Gus&Co.

Plus de 1’000 participants en 2013 aux précédents volets.

Le site officiel 

Réservez la date et prenez déjà vos billets en ligne ici

eventbrite_logo

Knights of Badassdom. Ouate de phoque?

Par défaut

Knights_of_Badassdom

Le film Knights of Badassdom vient de sortir au USA, enfin, après près de 2 ans de post production. Et je viens de le voir.

Pourquoi est-ce que je vous en parle ici, allez-vous me demander? Et bien parce que Knights of Badassdom parle de jeu de rôle grandeur nature. Et nous on aime le JdRGN, ou simplement appelé GN.

La trame (à deux balles)

Un groupe d’amis participe à un GN médiéval-fantastique en forêt, une histoire de guerre de territoires entre deux royaumes, avec des quêtes intermédiaires. Sauf que. Un des personnages a dégoté, on ne sait pas trop comment, un grimoire maléfique qui permet d’invoquer "pour de vrai" une entité démoniaque. Et paf. Vous imaginez la suite.

Par totale inadvertance, le "sorcier" invoque la créature qui s’amuse alors à trucider tout ce qui lui tombe sous les crocs. Une mise en abyme, donc, puisque les participants du GN sont alors réellement immergés dans une aventure fantastique.

Et ça vaut quoi?

En fait, pas grand-chose.

Si Knights of est l’un des seuls films qui parle du phénomène LARP, Live Action Role Playing, GN en français, il faut dire qu’il s’en moque beaucoup : décors de jeu crétin => une place de parking, costumes, scénar et personnages ridicules, bref, rien pour donner envie de se mettre à "larper" dans la joie et la bonne humeur. Knights est plutôt une grosse parodie du GN.

Le film soufre toutefois de plusieurs écueils :

1. Il ne sait pas vraiment sur quel pied danser : un film conique, pour parodier le GN? Un film d’horreur avec des scènes ultra-gores avec arrachages de tripes et autres organes vitaux à tire-larigot (j’adore cette expression)? Une comédie romantique avec un cheesy happy-end? Un film fantastique avec un déluge d’effets spéciaux miteux moisis pourris minables?

Dans Knights of, c’est un peu tout ça. Du coup, on est surpris, mais pas en bien, tous ces genres sont mélangés. Et n’importe comment.

2. Et les acteurs? Grosse brochette bien geek : Tyrion Lannister, Abed de Community, Terminator, Jason de True Blood. Il ne manque plus que Sheldon Cooper ou Rajesh Koothrappali. Les producteurs et directeurs de casting ont certainement dû trouver très drôle de réunir tout ce beau monde plein de références pour donner au film un aspect geek et jeune. Sauf que.

Sauf que les acteurs ont sérieusement l’air de s’ennuyer un max. Et nous avec eux. Ils suivent un scénario et un film plat sans intérêt. On les aura vus bien plus inspirés dans leur série respective (Game of Thrones, Community, Terminator the Sarah Connor Chronicles, True Blood).

Bref

Bref, Knights aurait pu être franchement plus drôle et réussi et parler du Larp de manière soit plus risible soit plus sérieuse, mais tous ces entre-deux ne finissent pas à convaincre et rendent le film plat et au final très amateur, comme l’image du Larp qu’il essaie de critiquer. Une mise en abyme, quoi.

Plutôt que de perdre un peu moins de deux heures de votre vie devant ce navet, Gus&Co ne peut que vous conseiller de chercher sur le net le prochain Larp / GN dans votre région et y participer (le nôtre aura lieu le 8 mars à Ludesco, The Panic Room Experience).

Ca paraît con mais ça peut servir

Par défaut

Si vous êtes, comme moi, maître de jeu dans des parties de jeux de rôle, il vous est parfois / souvent arrivé de vous retrouver à court d’idées pour décrire un donjon / cave / manoir. Vous avez alors improvisé un plan… foireux.

Ces deux dés Chessex vous sauveront la mise en vous proposant une disposition de salles à tirer au hasard, pour une fois différente de "les toilettes des gobelins se trouvent au fond à gauche".

Vous pouvez les commander sur Amazon ici

chessexdice

Cannes 2014 : le plan

Par défaut

plan-cannes2014-j2s

Le FIJ (Festival International des Jeux) de Cannes s’approche à grands pas, les portes s’ouvriront dans un peu plus d’une semaine, jeudi 28.2.

Voici le plan de toute la partie jeux de société sur le festival, sur 1 seule page, que vous pouvez télécharger ici.

Et n’oubliez pas la liste des nouveaux jeux à ne pas rater à Cannes

plan-cannes2014-j2s

Sinon vous pouvez aussi télécharger TOUT l’entier du guide visiteur ici aussi

guide-FIJ14

Jeux de rôle : Ambient Mixer, l’appli qu’il vous faut

Par défaut

mzl.rtehaait.175x175-75

Jouer aux jeux de rôle SANS musique de fond, c’est comme venir en Suisse et ne PAS manger de fondue. C’est juste pas possible.

Et aujourd’hui, grâce à Gus&Co, nous vous offrons gratuitement, non pas du Gruyère, mais Ambient Mixer, une appli iOS du tonnerre.

Avant que nous poursuivions, précisons toutefois trois choses:

1. Oui, il y a du tonnerre dans Ambient Mixer

2. L’appli est gratuite, mais on vous l’offre quand même gratuitement

3. Comme vous avez pu le constater, cet article a été écrit sous l’emprise de la drogue. Il est vraiment temps que j’arrête de manger du tofu.

Ambient Mixer vous permet de choisir parmi une bibliothèque de musiques d’ambiance hallucinantes, genre : taverne médiévale, à l’intérieure d’un vaisseau spatial, caverne humide et inquiétante, dans le cul d’une vache (trouvez l’intrus).

Et non seulement vous en trouverez des masses pour apporter un décor sonore crédible à vos parties endiablées, mais vous pourrez même les composer vous-même. Bon après sachez qu’il vous faudra payer l’appli (5.-) pour pouvoir sauvegarder vos œuvres… Rien n’est gratuit sur cette bonne vieille Terre…

Après, il faut quand même savoir que l’appli présente deux défauts :

1. Impossible de l’utiliser en fond / multitasking, dès qu’on ouvre une autre appli Ambient Mixer s’arrête automatiquement

2. L’affichage est moisi, l’appli s’ouvre d’abord obligatoirement en mode portrait pour basculer ensuite en mode paysage sans rotation possible. Mouaif.

Si vous n’avez pas de smartphone, vous pouvez toujours vous rabattre sur le site web qui propose exactement les mêmes ambiances. Mais c’est quand même vachement moins pratique d’avoir son ordi allumé toute la partie. Le site ici.

Bonne partie!

Le lien itunes

Envie de créer un nouveau monde?

Vidéo

Kate Messner est une écrivain et éducatrice américaine qui a écrit plusieurs livres pour enfants, ados et éducateurs.

Dans cet excellent TED-ED elle nous donne quelques conseils pour inventer un nouvel univers: lois physiques, environnement, etc.

Pratique pour se donner quelques lignes directrices pour jeux de rôle. Qu’en pensez-vous?

Ludesco 2014, un programme hallucinant

Par défaut

bandeau ludesco - v2

Comme chaque année depuis 1728, La Chaux-de-Fonds et l’association LUDESCO organisent une MEGA convention de jeux.

Cette année, la convention aura lieu du vendredi 7 au dimanche 9 mars.

Cannes, Essen, c’est has-been. La Chaux-de-Fonds, c’est là que ça se passe. La preuve, le programme est hallucinant tellement il est riche et chatoyant.

500 jeux de société à découvrir

Des tournois de Magic, de Mölkky, de Diplomacy, de Blood Bowl, des Aventuriers du Rail.

Du Jeu de rôle, avec des éditeurs invités.

L’annonce du Swiss Gamers Award, le prix suisse du jeu de l’année.

Du grandeur nature.

Une chasse au trésor urbaine.

Et aussi une Panic Room Experience (organisée on ne sait pas trop bien par qui. Ha oui, nous).

Tout le programme peut être téléchargé ici, ou sur le site officiel.

Nous y serons samedi dans la journée. Passez nous dire bonjour. On vous fera un bisou.

Classcraft, gamifions l’éducation. Ou la dérive du grand n’importe quoi.

Par défaut

Un enseignant canadien de physique a mis en place tout un système gamifié, ou ludifié, de l’enseignement. En gros, pour chaque activité et attitude des élèves, ceux-ci reçoivent, ou perdent des points d’expérience, de pouvoir et de vie.

points

Si les joueurs élèves perdent tous leurs points de vie, ils peuvent même "mourir", i.e. qu’ils leur arrivent des "bricoles" : retenues, moins de temps à disposition pour faire des exercices, etc

mort

Le tout est extrêmement riche, et complexe, avec également un système de pouvoirs, de personnages, de niveau, et même des événements aléatoires plus ou moins chaotiques / fun. Même la BBC en a parlé, le Courrier International ainsi que la Tribune, le journal québécois.

mage

Grand fan de jeux vidéo, et de jeux de rôle, surtout, ça me donne furieusement envie d’essayer le concept.

Sauf que non.

Car je suis un pédagogue et éducateur avant d’être animateur. L’école n’est PAS le lieu dans lequel on doit s’immerger dans un jeu vidéo, c’est un lieu dans lequel on apprend, on grandit, d’où le terme "élève" d’ailleurs. On peut bien évidemment jouer, si cela apporte quelque chose à l’apprentissage, comme pratiquer la langue (rien de tel qu’une bonne partie de Rencontre Cosmique ou Resistance en anglais) ou mieux comprendre et simuler un concept en géographie ou économie. Le jeu devient alors support didactique.

Sauf qu’avec ce système de points, on enlève le goût d’apprendre à l’élève pour lui donner le goût de gagner, de progresser, non pas dans son apprentissage mais dans le jeu.

Quel est le but ultime de Classcraft? Motiver les élèves, en les immergeant dans un jeu vidéo grandeur nature? Malgré son aspect complexe de gestion de points, Classcraft reste un moyen très simple pour motiver ses élèves, leur donner envie d’arriver à l’heure, de faire leurs devoirs (terme horrible d’ailleurs, les "devoirs", on devrait plutôt dire des "opportunités"). Le goût de la branche, de l’apprentissage est vite remplacé par le plaisir du jeu en soi. On va à l’école non plus pour apprendre mais pour jouer. Et les élèves sont constamment placés dans une dynamique de gratification, la carotte, et de punition, la carotte. J’ai entendu le mot "manipulation" au fond de la salle.

L’enseignant québécois a même mis en place un système de punition collective anti-pédagogique au possible (mais très courante dans les écoles de police et à l’armée. Ce qui veut tout dire…)

collectif

Les élèves ne font plus rien sans récompense, le plaisir est remplacé par l’appât du gain. Il faudra donc constamment "payer" ses élèves pour leur travail. Le jeu les motive, certes, mais pas à étudier, juste à faire ce qu’on leur demande. Fais-ceci et tu obtiendras cela. Ou comment déshumaniser les élèves pour en faire des ânes devant leurs carottes. Tout ça me semble bien extrinsèque et pas du tout intrinsèque, le plaisir vient de l’extérieur.

A Genève, une enseignante avait lancé l’année passée un système presque similaire, quoique moins riche et ludique, les "frêles", pour francs-élèves. Quelques mois plus tard, à cause du battage médiatique et de sa direction, l’enseignante a dû mettre fin à son expérience. J’imagine la tête des élèves quand l’enseignante leur a alors annoncé qu’ils allaient désormais faire leurs "devoirs" SANS recevoir de francs-élèves…

Ce qui est intéressant avec ce genre de dérive en gamification, c’est qu’on pense avoir trouvé LA solution pour (re)donner goût aux élèves. Plutôt que se poser la question de savoir pourquoi un tel élève arrive en retard, ou n’a pas de bons résultats, ou présente un comportement inapproprié, on préfère l’immerger dans une aventure épique, virtuelle et ludique.

Et là je suis pris d’une terrible envie de sortir une phrase généraliste à deux francs (ou deux euros, pour nos lecteurs européens): aujourd’hui notre société se doit de foncer, vite, s’il y a un problème, il faut trouver des solutions, vite, même si ces solutions n’en sont pas, plutôt que de s’arrêter deux minutes pour réfléchir au problème. On pense "médicaments" sans véritablement prendre le temps de chercher à comprendre ce qui ne va pas.

Classcraft est symptomatique de cette société qui ne prend plus le temps de s’arrêter et qui pense plus en terme de production et de rendement qu’en terme d’humanité, et là je sens que j’ai perdu la moitié de mes lecteurs en sortant le terme "humanité". Laissez tomber ce paragraphe en fait.

Après, en relisant mon article, je me demande quand même si je ne suis pas devenu un vieux con qui trouve que les jeunes font vraiment n’importe quoi aujourd’hui…

Classcraft, la présentation du concept, telle que décrite sur le site officiel:

Pendant un cours, l’enseignant joue le rôle de maître de jeu. Les étudiants peuvent lui dire les actions qu’ils veulent effectuer et l’enseignant saisit l’action dans la plateforme. Pour un cours d’une heure, la gestion du jeu occupe environ 5 minutes. Notre expérience montre que les étudiants ET étudiantes sont très motivés à bien réussir dans le jeu. L’incitatif à acquérir de nouveaux pouvoirs qui agissent sur le vrai monde et le risque découlant de la possibilité de mourir sont des factures qui rendent le jeu motivant. À notre connaissance, Classcraft est le seul jeu en éducation qui transforme complètement la classe en un énorme jeu. De plus, Classcraft ne dépend pas de la matière, c’est-à-dire qu’il peut être joué dans n’importe quel cours. Un autre avantage, c’est que le jeu peut être implémenté sans que tous les étudiants aient à jouer; les étudiants (environ 10%, jusqu’à maintenant) qui ne désirent pas jouer ne sont pas obligés de le faire.

Le règlement du "jeu"

Qu’en pensez-vous? Classcraft, vraie ou fausse bonne idée?

Auriez-vous aimé apprendre avec pareil système? Seriez-vous prêt à le mettre en place, ou au contraire l’éviter? Laissez un commentaire et vous gagnerez 10 points ainsi que 10 minutes supplémentaires de pause-pipi.

Et si jamais, sur le même sujet, vous pouvez lire :

Peut-on motiver sans récompenser?

flickr-3652188896-original

Ou aussi

Gamification, et si nous faisions-nous fausse route?

flickr-45295512-original

Donjons & Dragons Yoga. WTF?

Vidéo

Faire du jeu de rôle et du yoga en même temps, oui c’est possible à Brooklyn.

Les participants sont plongés dans une aventure, et ils utilisent leur corps pour représenter les actions : sauter, ouvrir, etc.

Fun ou ouate de phoque?

Et au fait, bon anniversaire à D&D qui vient de fêter ses 40 ans cette semaine. 40 ans. Comme moi, tiens. Ça veut tout dire.